Cymbelîne: Fille de Radjah, prince d'Alkhabad

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cymbelîne: Fille de Radjah, prince d'Alkhabad

Message  Cymbelîne le Mer 26 Mar 2008, 17:29

Une vie...

L'histoire de Cymbelîne commence un soir dans le comté de Northshire. Un homme ce soir là, confie une gamine d'environ 4 ans à l'abbaye. Des bloucles rousses descendent en cascade jusqu'au milieu du dos de la fillette. Elle ouvre de grands yeux verts vers cette prêtresse qui la prend par la main....alors que son père disparait dans la nuit. Ses lèvres tremblent, elle voudrait pleurer, mais elle se retient. Il l'abandonne, elle le regarde partir. Il ne l'aime plus. Elle est malheureuse...elle a peur.

C'est là qu'elle restera jusqu'à ses 16 ans. On lui donna une éducation de prétresse, mais elle n'avait pas ce qu'il fallait pour ça. Trop dissipée, les livres l'ennuient. Elle préfere grimper aux arbres, et se faire des frayeurs la nuit, en se cachant dans les ombres, pour aller voler des gateaux dans le réfectoire.

Elle est trop jeune lorsqu'elle se marie.
Comme nombre de jeune filles, elle s'amourache du premier paladin blond et au sourire éclatant venu. Il lui dit des choses réconfortantes, il prendra soin d'elle, lui promet de la rendre heureuse....
Mais il est des hommes pour qui le mariage ne réussit pas. Avec la puissance, vient une certaine forme de gloire, avec la gloire, les tentations...de plus en plus nombreuses...Puis un jour, plus de gloire...rien ne reste sauf la puissance et l'infidelité. Elle veut le quitter. C'est devenu un être vindicatif, cruel, dévoré d'ambition, possessif et égoiste...un monstre. Il veut la garder près de lui, tel un trophée.....

Elle tente de fuire avec l'enfant qu'elle porte. Il finit par la retrouver. L'enfant, un fils...il la lui prendra, lui faisant croire à sa mort. C'est une pretresse, une femme aux cheveux argents, la nouvelle maitresse de son époux, qui l'élevera dans la haine de sa mère. L'enfant grandira dans la certitude que cette dernière l'a abandonné.
Quelques années on passé....Cymbelîne prend connaissance du mensonge. Elle tient tête au père, exige de voir son fils! C'est un désastre...le père et la maitresse ont bien oeuvré...dans le coeur de son enfant, il n'y a que haine et mépris à l'égard de sa mère...La bataille était perdue d'avance....voilà quelle fut la vengeance du père pour avoir osé le quitter. Le paladin dit "le déchu" et sa maîtresse aux cheveux d'argents sont satisafaits.

L'espoir de connaître une vie un peu meilleure lui vient en la personne de Blichtein Cet, un homme fort, et dur, cruel aussi parfois...mais avec elle, si tendre, si doux...
Leur idylle ne dur pas longtemps. La maitresse de son ex époux a des vus sur cet homme. Un soir, Cymbelîne et Blichtein, l'ex-époux et sa maitresse, se retrouvent nez à nez. Cymbelîne entend une voix dans sa tête....il lui faut tuer Blichtein....la voix est forte, mais pas encore assez...elle parvient à résister...et c'est en ses propres côtes que s'enfonce la lame...
Lors des semaines qui suivent l'amour que Blichtein porte à Cymbelîne se mut à son tour en haine et mépris, sans aucune raison apparente...telle une signature. Comme si quelqu'un avait décidé de triturer ses pensées pour l'éloigner d'elle.
Cymbelîne, reste persuadée à ce jour, que la prêtresse aux cheveux d'argent y était pour quelquechose...

Elle vit désormais seule, évitant au mieux son ancien époux qui continue à la harceler.
Tantôt mercenaire, tantôt assassin, tantôt cambrioleuse, tantôt barde...sa vie continue, une journée à la fois.
Les amis sont nombreux, les ennemis aussi...et un soir...

Cela se passe dans les catacombes de la ville. Elle s'apprête à assassiner une ignoble ordure, Radjah l'écorcheur , tel est son surnom. Le combat est rude, il lui donne du fil à retordre...il en arrive à prendre le dessus...il hésite, elle en profite...mais quelque chose retient sa lame. Un médaillon qui n'a pas sa place autour du cou de cet homme....il lui faudra du temps, beaucoup de temps, pour accepter que cet homme, ce salaud puisse être son père.
Elle apprend ainsi l'histoire de ses origines, sa descendance royale d'un autre monde.
Ca lui fait une belle jambe...
Elle accepte enfin son père...pour le perdre à nouveau quelques jours plus tard...la trève fut courte, mais la mort se fiche des trèves.

Son père n'aimait pas ce pirate repenti qu'on appelait Salazare. Mais c'est bel et bien avec lui qu'elle se laisse enfin aller à la passion. Ce n'est pas de ces hommes qui se marient, Salazare, pourtant il insiste. Elle reste sur ses gardes. Elle garde de bien mauvais souvenirs de son premier mariage...mais à la longue, elle finit par accepter.
Elle aurait du écouter son père...le temps d'être heureuse n'était encore venu pour Cymbelîne. Leur union n'est pas habité par l'amour, c'eut été là un doux ephémisme de parler de ce qu'il y a là entre eux...mais bel et bien par la passion. Une tempête de feu qui perdure bien plus longtemps que la moyenne...à des années lumières des fêtus de pailles traditionnels...mais la nature profonde du pirate fini par resurgir, son passé par le rattraper. Et la souffrance fait chemin au sein de leur couple.
Elle l'aime encore...et elle sait à quel point il continue de l'aimer en retour....mais elle est princesse héritiere du trône d'Alkhabad, le sang des Zhahâmets coule dans ses veines. L'affront ne peut être lavé que dans le sang. C'est en lui faisant l'amour une dernière fois, qu'elle lui dit adieu...il n'aurait pu en etre autrement... elle lit dans son regard toute la passion et le regret qui l'haibitent encore...il ne fait rien pour l'en empêcher pourtant il sait...elle pose ses lèvres sur les siennes pour inspirer son dernier souffle, ses larmes se mêlent aux siennes alors que sa dague s'enfonçe en son coeur...mettant fin à la passion.

Elle reste troublée quelques temps par son souvenir.
Le nombre de ses ennemis s'accroit.

Puis la vie reprit son cours.
Elle reprend ses activités, ce pourquoi elle est douée.

Aujourd'hui vous la trouverez qui traine là où se trouvent nombre de personnes portant un tabard aux couleurs de la Mortelle Onction. Ne soyez pas trop étonnés si, parmi ces membres se trouve une pretresse aux cheveux d'argent...


Dernière édition par Cymbelîne le Jeu 26 Aoû 2010, 14:57, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Première page du journal d'une prêtresse

Message  Cymbelîne le Jeu 19 Juin 2008, 17:59

L'écriture est ronde, enfantine, la première date remonte à environ une vingtaine d'années


Cher Jornal,

Je l'ai reconnu hier, je regardé depui ma fenette et je lai vu qu'il été là. Il était encore habillé toute en noir. Je crois qu'il est encor malheureux.
Pourquoi il m'a abandonné ici? Je veut être avec lui, je l'aime mon papa! Pourquoi il veut pas de moi?
Le jour où il m'a amener ici, il a dit que je devais acheter les peches de mes anzetres (c'est les papas et les mamans de mon papa et de ma maman et leurs papas et mamans à eux aussi). J'ai pas bien compri mais il a dit que je comprendrer plus tard, quand je serai grande. Je veux vite être grande pour aller avec mon papa. Mon papa je sais pas si il m'aime beaucoup. Un jour quand il était an colère après moi parceque j'avai renversé le lait il a dit des choses méchantes. Il a dit que j'ai tué ma maman quand je suis née. Je me rappelle pu. Pourquoi j'ai fais ça? J'ai vu une peinture de ma maman, elle été belle, j'aurais bien voulu lui faire des calins, mais je peux pas, je l'ai tué.

une tâche sur le papier, sans doute due à une larme ayant coulé en cet endroit

Je suis punie, je crois. J'ai fait du mal à ma maman et à mon papa. Et maintenant je dois acheter des peches. J'aime mieux les fraises moi.
Mais c'est pas grave, quand j'aurais acheté les peches, peut être que mon papa il m'aimera après.
Je vais aller au lit maintenant, j'ai encor regardé par ma fenette, mais j'ai pu rien vu, et si soeur Kristine m'attrappe, elle va pas être contente de voir que j'écris des lettre dans mon lit.
Bisous


Dernière édition par Cymbelîne le Ven 20 Juin 2008, 13:16, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Lettre de Radjah

Message  Cymbelîne le Ven 20 Juin 2008, 13:16

Les pages contant l'enfance de Cymbeline écrite de sa main suivent la première. Quelques fleurs sechées se trouvent entre les pages, témoins de jours plus ou moins heureux mais portant l'empreinte d'une profonde mélancolie, étrange pour une enfant de cet âge et traduisant sans doute un mal beaucoup plus profond. A mesure de la lecture, on se rend compte que la petite fille encore naïve et innocente, souffre énormément de l'absence de son père.
Quelques années ont remplis les pages...une nouvelle lettre.


Cher Journal,

J'ai reçu un paquet aujourd'hui! C'est père qui me l'a envoyé! Je suis dans un tel état d'excitation! Mais soeur Kristine dit qu'une jeunne fille bien éduquée doit savoir contrôler ses émotions en publiques. Je vois pas pourquoi. Si c'est pour devenir aussi aigrie et amère qu'elle. Enfin bref.
Dans mon paquet il y a de la laine, et de la soie, et de quoi apprendre à coudre. Et puis un petit mot.

Chère Cymbeline,
Je sais que je ne prends que peu souvent le soin de t'écrire, mais sache que je pense à toi très souvent et que je ne manque pas une occasion de venir te voir quand je peux. Je sais que tu me vois de loin. Je sais que tu te demande pourquoi je ne viens pas te rendre visite.
Les choses sont parfois compliquées, et je sais que je ne serais pas le bienvenu à Northshire. Certains me prennent pour un assassin, un bandit de grand chemin, mais ils se trompent. Je me fiche de ce qu'ils peuvent penser, mais toi, je veux que tu sache que je ne suis pas ce qu'ils disent.
Tu dois être en âge de comprendre à présent pourquoi je t'ai laissé à l'abbaye de Northshire.
u es là pour racheter les pêchés de tes ancêtres, afin que cette fichue malédiction prenne enfin fin. Tu dois devenir prêtresse ma petite fille. C'est là mon souhait le plus cher. Ainsi tu seras à l'abri, rien ne pourras t'arriver et ils ne pourront rien contre toi, même si tu es ma fille.
J'espère qu'ils ne l'apprendront jamais.
Mon crime, ma petite Cymbeline, a été d'aimer ta mère très très fort. Quand je te vois, j'ai le souffle coupé. Tu lui ressemble tant. Cela me fait encore mal après toutes ces années.
Je regrette les mots que j'ai pu te dire lorsque tu étais encore enfant. Ce n'est pas toi qui est à l'origine de la mort de ta mère, c'est cette malédiction.
Je t'aime beaucoup ma petite fille.
Demain est une grande journée pour moi car je dois aller affronter la faucheuse. Si tout va bien, tu recevras une autre lettre de moi. Sinon, sache que je t'aime ma petite fille, plus que tout en ce bas monde. Plus que ma propre vie.

Ton père qui t'aime

R


Je mets sa lettre ici, Journal pour pas la perdre.
C'est maintenant mon trésor le plus pressieux, et je veux pas que soeur Kristine me la prenne.
Je suis sure que père va encore m'écrire et qu'il va lui botter les fesses à cette dame Faucheuse! (je suis sure que ça doit être une parente de soeur Kristine, parcequ'elle non plus a pas l'air très commode)

Bisous Journal


Dernière édition par Cymbelîne le Mer 13 Jan 2010, 08:12, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Arrivée de Kerianne

Message  Cymbelîne le Ven 20 Juin 2008, 13:21

Cher Journal,

Aujourd'hui est arrivée une nouvelle. Elle s'appelle Kerianne.
Elle sait faire des choses avec les plantes que sa grand mère lui a apprit.
On est vite devenue amies, ça a pas rpit beaucoup de temps.
En fait, alors qu'elle déballait ses affaires (son lit est juste à côté du mien!) elle m'expliquait les différents petites fioles qu'elle avaient: une pour les verrues, les hauts de coeur, la constipation, les plaies...et j'en passe. Elle a l'air d'une nature assez fragile Kerianne, ce qui explique peut être tous ces trucs.
Soeur Kristine est arrivée et lui a rouspété parcequ'elle allait pas assez vite et que l'heure des vêpres allait bientot commencer, alors je l'ai aidé.
J'ai prit sa fiole contre la constipation, et j'en ai mit dans le vin de messe que soeur Kristine devait boire. On a bien rigolé! Elle a pas arrêté de courir aux latrines! J'ai essayé de me retenir, mais moi et Arianne on arrivait pas et soeur Kristine a comprit qu'il y avait un truc.
Elle a puni Kerianne parcequ'elle a cru que c'tait elle.
Arianne a rien dit et a laissé faire.
Je suis allée voir Soeur Kristine pour dire que c'était moi.
On a été punies toutes les deux.
Mais on a été punies ensembles. On a parlé longtemps toutes les deux. J'ai apprit que sa grand mère avait été brûlée pour sorcellerie par les inquisiteurs. Elle l'aimait beaucoup sa grand mère. Moi j'ai raconté pour mon père, alors on s'est juré de toujours être là toutes leus deux, l'une pour l'autre.
Kerianne, c'est ma meilleurs amie.
Je suis contente d'avoir une amie.

Bisous, journal


Dernière édition par Cymbelîne le Ven 27 Juin 2008, 10:07, édité 3 fois

Revenir en haut Aller en bas

Fugue

Message  Cymbelîne le Ven 20 Juin 2008, 18:57

Cher journal,

Hier, moi et Kerianne ont a fait semblant d'être malades (c'est facile pour Kerianne, elle est tout le temps très pâle). Mais on est pas allé à l'infirmerie....on s'est cachée dans la charette du vieux qui habite la Marche de l'oeust. Je voulais que Kerianne prenne un peu l'air et voit du pays...
On est allé en direction de la plage...y avait de drôles de bestioles avec des dents longues...on a fait très attention...ils nous ont pas vu.
On a trouvé un petit coin pour se baigner...et tu sais quoi journal...on a nagé jusqu'à une île! On l'a appelé l'île de Cymbianne, parceque c'est à moi et à Kerianne maintenant. On a inventé des histoires de sirènes et de pirates, on a joué comme des folles! Libres enfin libres! Kerianne avait l'air d'aller mieux. Je voulais pas revenir, mais elle a insisté...elle avait peur de se faire gronder. Tu parles...comment on se serait fait gronder si ils savaient pas où nous trouver?
On a finit par revenir.
LEs vêpes venaient tout juste de sonner.
On s'est faite attraper parcqu'on avait les pieds sales et les sandales toutes crottés. Punies, comme d'habitude...Mais ça en valait la peine journal. C'était une des plus belles journées qu'il m'ait été donné de passer...Moi et Arianne on a promis de retourner sur l'île de Cymbianne...c'est notre île, notre secret. On a promis d'en parler à personne...on a mêlé notre sang....

Toujours pas de nouvelles de père.
Mais je sais qu'il n'est pas mort, je le sens dans mon coeur.
Les jours passent. Bientôt ce sera mon anniversaire. J'aurais 16 ans. Il faudra que je choisisse si je continue mes études du coté du sacré ou du magie de l'ombre...j'hésite encore entre les deux.

A bientôt, journal, je sais que je t'écris moins, mais y a Kerianne maintenant pour confier mes petits secrets, mais promis, je ne t'oublierais pas, je t'écrirais encore


Dernière édition par Cymbelîne le Lun 23 Juin 2008, 11:51, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Le Medaillon

Message  Cymbelîne le Sam 21 Juin 2008, 14:56

Cher Journal,

Mon père m'a offert un médaillon pour mes seize ans.
C'est celui que porte ma mère sur la petite peinture que j'ai d'elle.
Je sais que c'est père qui me l'a offert, il est toujours en vie. J'ai trouvé le médaillon emballé dans une petite boite sous mon oreiller. Il a du pénétrer dans le dortoir sans se faire voir.
Arianne a un petit copain, il s'appelle Menuin et c'est un paladin. Il dit qu'il va veiller sur elle. Elle a de la chance. Arianne a eu son premier baiser, elle m'a tout raconté.
Dans le bâtiment à côté, les paladins s'entrainent. Y en a un qui sourit jamais: c'est Blasius, c'est Meruin qui l'a dit à Kerianne parcequ'elle lui a demandé (j'espère qu'elle a rien dit d'autre, elle dit que non, mais on sait jamais)
Ca a été le plus bel anniversaire que j'ai jamais eu: mon père est venu m'apporter un cadau, et j'ai apprit comment s'appelle le paladin que j'aime bien regarder s'entraîner. Hier, il a même regérdé dans ma direction, mais je crois pas qu'il m'ai vu. Après tout, pourquoi me remarquerait il? Je ne suis qu'une apprentie prêtresse qui vient à peine d'avoir 16 ans. Faut que j'arrête de me raconter des histoires et me consacrer à mes études. Soeur Kristin dit que je suis pas assez concentrée, et si je prends pas gare, je deviendrais une prêtresse médiocre. Je veux pas être médiocre. Je veux être la meilleure. L'ambition c'est mal, mais je peux pas m'en empêcher.

A bientôt, journal
Merci d'être là.


Dernière édition par Cymbelîne le Lun 23 Juin 2008, 11:52, édité 3 fois

Revenir en haut Aller en bas

La Dispute

Message  Cymbelîne le Sam 21 Juin 2008, 14:59

Marre! Marre! Marre!

Je me suis fâchée avec Kerianne.
C'est arrivé à cause de son imbécile de paladin, Menuin.
J'avais été punie pour avoir "déconcentré" mes camarades de classe (je racontais des blagues à voix basse sur les nains et tout le monde rigolait) alors j'ai du aller frotter le sol du réfectoire.
J'étais toute seule, les autres étaient en sortie (j'avais été privé, comme d'habitude) et c'est là que Menuin est arrivé.
Au début, on faisait que parler, moi à quatre pattes en train de frotter, lui debout, avec son nouvel armure tout fier. Il voulait mon avis sur un cadeau à offrir à Kerianne.
Je sais pas comment ça s'est passé, mais le seau d'eau s'est renversé.
Il s'est baissé pour m'aider à éponger. On riait parceque j'avais plus qu'à tout recommencer, c'était pire qu'avant.
Puis, je sais pas ce qu'il lui a prit à cet energumène, mais il m'a embrassé.
Le temps que je me remette de ma surprise, j'entendais la voix d'Kerianne qui était venue pour m'aider: "Comment as tu pu?" Menuin s'est levé pour essayer de la rattrapper.
Je suis resté plantée là, je ne sais combien de temps à essayer de savoir ce qui s'était passé.
Il avait gaché mon premier baiser cet imbécile, un moment qui devait être magique. Et il avait fait du mal à ma meilleure amie. Jamais je n'ai hait quelqu'un à ce point.
Kerianne veut plus me parler.
Je me sens coupable, même si je n'ai rien fait.
Menuin depuis s'est excusé. Il dit qu'il sait pas ce qui lui a prit, que les hommes sont ainsi, ils obéissent à leur instinct, et son instinct à ce moment là avait été de me voler un baiser.
L'histoire a fait le tour des paladins, ils ont trouvé ça drôle je parie. C'est toujours drôle de faire souffrir une fille, ça les fait sentir fort je suppose.
Dans mon malheur il y a au moins quelque chose de bien: Blasius est parti et donc il aura pas eu vent de l'incident. Lui au moins, ne pensera pas que je suis une fille facile comme les autres semblent le croire.
J'ai entendu dire qu'il avait été présenti pour devenir Haut Commandeur.
Je doute le revoir un jour, sans doute ne reviendra t il plus à Northshire.
Je ne me suis pas sentie aussi seule depuis le jour où mon père m'a amené ici.

C'est étrange...à mesure que les années passent, les larmes se font plus discrètes, moins nombreuses, mais ô combien amères lorsqu'elles naissent.

J'ai mal.
J'ai perdu mon amie.
On m'a volé mon rêve de premier baiser.
Grâce à Menuin et à sa bande d'ami dont Auro le gros plat de soupe, j'ai à présent la réputation d'une fille facile (ben oui, c'est plus facile de dire que c'est moi qui ai tenté Menuin que de dire que c'est lui qui est rien d'autre qu'un goujat)
Je suis, il faut bien le reconnaitre, une apprentie bien médiocre.
Et mon beau paladin qui ne sourit jamais s'en est allé sans même s'apercevoir que j'existais...

Le papier ondule à quelques endroits, comme si les larmes depuis séchées, étaient venues ponctuer cette page.

Revenir en haut Aller en bas

Eloignement

Message  Cymbelîne le Mer 25 Juin 2008, 14:21

Cher Journal,

Je pars demain pour Stormwind.
Soeur Kristine m'a conseillé de m'éloigner quelques temps de Northshire et m'a proposé d'aller donner un coup de main à l'orphelinat près de la cathédrale à Stormwind.

Je n'y suis jamais allé que de passage, pour y acheter quelques petites choses. Je n'aurais jamais pensé y habiter un jour.
Moi et Kerianne sommes de nouveaux amies, mais ce n'est plus tout à fait comme avant. C'est comme si quelque chose s'était fissuré. J'espère que mon éloignement et le temps nous aidera à surmonter ça.
En tout cas, on s'est mise d'accord sur une chose: les paladins sont tous de fiefés imbéciles trop imbues de leur personne avec un ego démesuré pour compenser un manque de virilité dû sans doute pour la plupart à leur jeune âge.
On s'est fait la promesse toutes les deux de jamais plus laisser un garçon se mettre entre nous! Et crois moi, pas demain la veille que je manquerais à mon serment!

Soeur Kristine me paraît bizarre depuis quelques temps, comme si, quelque chose la tracassait, elle d'ordinaire si stoique...peut être que c'est tout simplement son âge qui l'adoucit et l'empeche de cacher ses émotions comme avant, ce qui lui donnait autrefois cet air si terrifiant et sévère.

C'est une femme brave et courageuse. Et malgré qu'elle donne l'apparence d'être sans pitié, je ne me souviens pas qu'elle se soit jamais montré injuste avec une de ses pensionnaires...pas même moi.
Je sais qu'elle m'aime beaucoup à sa manière et que je vais lui manquer, et je n'aurais jamais cru dire ça un jour, mais, je crois qu'elle aussi va me manquer. Elle a, par certains aspects, su remplir ce vide laissé par celle qui m'a tant manqué toutes ces années, sans bien entendu la remplacer, et je lui en serais je pense éternellement reconnaissante.
Voilà, mes bagages sont prêts, il ne manque plus que toi, j'espère que tout ira bien à l'abbaye et que les nouveaux sauront à leur tour évincer le danger des loups trop nombreux et des défias à Northshire, sans compter ces ignobles petits kobolds (Kerianne en a toujours eu une sainte horreur).

Kerianne m'a promit de venir me rejoindre à l'orphelinat quand elle aura terminé ses classes elle aussi. Plus que deux mois à attendre donc.

Bonne nuit cher journal, demain sera le premier jour de ce que sera sans doute une nouvelle vie pour moi.
J'espère que père saura me trouver, mais quelque chose me dit qu'il sait déjà que je pars.

Revenir en haut Aller en bas

Débuts à l'orphelinat

Message  Cymbelîne le Mer 25 Juin 2008, 14:24

Cher Journal,

Je crois que je vais finir par en prendre un pour taper sur les autres.
Ces enfants peuvent parfois être insupportables. J'en aurais jamais, j'en veux pas.

Sinon, j'ai commencé à prendre mes habitudes ici.
Le soir, j'aime rester sur la grande place devant la cathédrale pour regarder les passants.
Pas de chance, la plupart sont paladins, parfois j'en reconnais un ou deux de ceux qui étaient à Northshire. Je les trouve de plus en plus hautain, présomptueux et imbus de leur personne.

*la page ici est arrachée sur à moitié*

Plus qu'un mois avant qu'Erianne me rejoigne...je sens que ça va être long...

Revenir en haut Aller en bas

Lettre de Kerianne

Message  Cymbelîne le Mer 25 Juin 2008, 14:27

J'ai reçu une lettre de Kerianne ce matin.
Je la range ici.

Très chère Cymb,

J'ai hâte de venir te rejoindre là bas à Stormwind!
C'est devenu si ennuyeux ici depuis ton départ. Même soeur Kristine semble morose.

J'ai réfléchi à pas mal de choses depuis que tu es plus là et je me rends compte que j'ai été sotte de t'en vouloir à toi pour Menuin. Il a déjà eu deux autres petites amies depuis, il ne valait vraiment pas la peine qu'on se fâche pour lui. Plus jamais on ne se disputera à cause d'un garçon, d'accord? Moi je t'en fais la promesse en tout cas, j'ai été trop déçue.

Quand tu me manque trop, je regarde le médaillon que tu m'a prêté. J'en prends grand soin comme promis et j'en reviens toujours pas que tu me l'ai confié en attendant que je vienne te rejoindre. Je sais ce qu'il représente pour toi.
Je t'ai emprunté aussi ta robe verte, celle qui était devenue trop petite pour toi (t'as qu'à pas avoir de si gros lolos hein!) mais si tu veux la récupérer, je te la rendrais quand j'arriverais à Stormwind. Comment ça, tu te rappelais pas de me l'avoir prête! Oups...je te l'ai peut être prise sans m'en rendre compte, comme toi tu fais des fois avec mes affaires, hein, ma grande?

Depuis quelques temps (y a qu'à toi que je peux confier ça!) je crois que j'ai un "admirateur secret".
Je sens quelqu'un qui reste là à me regarder, aussi bien dehors que quand on est à la prière ou au réfectoire. Je sais que c'est pas Menuin. J'espère que c'est pas un autre paladin en tout cas. Un prêtre peut être? En tous cas, il a l'air timide, car quand j'essaie d'aller à sa rencontre, il disparait. J'espère voir qui c'est bientôt, ma curiosité me dévore!

Pas de nouvelles de ton Blasius. Il est venu une fois en coup de vent pour voir l'instructeur mais il est reparti aussitôt, il a même pas passé la nuit à l'abbaye.
Oublie le va, ça a l'air d'être le genre d'homme à pas s'embêter avec les femmes. Pas comme Menuin qui s'y interesse un peu trop.

Bon, plus que deux semaines!
A bientôt ma Cymb!

Kerianne

Revenir en haut Aller en bas

Rencontre avec Blasius

Message  Cymbelîne le Ven 27 Juin 2008, 10:03



Dernière édition par Cymbelîne le Mar 06 Avr 2010, 08:43, édité 3 fois

Revenir en haut Aller en bas

Lettre de Soeur Kristen

Message  Cymbelîne le Ven 27 Juin 2008, 10:05

*une lettre ayant été froissée se trouve ici entre les pages*

Chère Cymbeline,

Ce que j'ai à te dire m'est particulièrement difficile.
Kerianne a été retrouvée hier près de la mine derrière l'abbaye.
Jour et nuit, nous la veillons et prions pour elle. Elle est au plus mal.
Le porteur de ce message a été payé pour t'escorter jusqu'à l'abbaye pour que tu reviennes sans encombre.
Hâte toi, je crains que ses heures ne soient comptées.

Mon coeur saigne, autant que le tiens je sais, en lisant ces lignes.

Soeur Kristine de Northshire

Revenir en haut Aller en bas

Un adieu

Message  Cymbelîne le Mar 01 Juil 2008, 10:28

Cher Journal,

Kerianne est morte.

C'est comme si elle m'attendait.
Elle n'avait déjà plus la force de parler, mais je comprenais ce qu'elle me disait avec son regard...j'entendais sa voix tel un murmure frêle sur le point de rompre, résonner dans ma tête:

"Je veux pas mourir, Cymb, pas maintenant, on a encore trop de choses à faire, à finir, à commencer. Je ne veux pas partir, je veux rester avec toi. Pourquoi? Pourquoi, Cymb, pourquoi? Quel mal ais je fait en ce monde pour en arriver là, sans même pouvoir te dire au revoir, sans même pouvoir te dire que tu vas me manquer. J'ai peur, Cymb, si peur, j'ai froid aussi. La mort est si froide, me laisse pas ma Cymb, me laisse pas, je veux pas partir."

De son regard agonisant, perlait les larmes versées sur ce qui ne serait jamais, sur cet avenir partagé, nos rires, nos souvenirs à venir, nos rêves à l'état embryonnaire qui rendaient leur dernier souffle en même temps qu'elle.

"Je suis contente d'emporter ton image, celle de l'être qui me fut le plus proche, celle qui fut pour moi, une soeur. J'emporte une partie de toi avec moi, je t'attendrais là bas, de l'autre côté, je dois lacher prise, je n'y arrive plus. Adieu, ma Cymb, vie ta vie, pour nous deux et ne m'oublie pas..."

Je suis restée près d'elle, ma tête posée sur son oreiller, contre la sienne je ne sais combien de temps. Jusqu'à ce qu'on vienne nous séparer. Je ne voulais pas la quitter. Je voudrais avoir le pouvoir de remonter le temps et être là pour empecher que tout ça se soit passé.

Elle me manque...même si sa voix résonne encore...

Revenir en haut Aller en bas

A ma soeur.....

Message  Cymbelîne le Mar 01 Juil 2008, 10:30

*quelques mots griffonés sur un bout de parchemin jauni*


J'aurais voulu continuer à te tenir la main
A deux aurions découvert ce qu'était la vie
J'aurais aimé continuer à partager ton destin
Au lieu d'être celle qui porte ce fardeau maudit

J'aurais aimé continuer à essuyer toutes tes larmes
Qui, coulant sur tes jouent pâles ressemblaient aux cristaux
J'aurais toujours été celle qui tes peurs et doutes désarme
Pour que tu puisse être heureuse, et voir enfin en plus beau

J'aurais toujours été celle qui de sa tendresse te cajole
Après qu'un homme te leurrant, ton coeur aurait brisé
Dans mes bras j'aurais été celle qui toujours console
Et qui t'aurais guéris à coups de doux mots murmurés

J'aurais voulu continuer à partager ces secrets
Faisant éclater les rires, que nous seules comprenions
J'aurais voulu être celle qui t'aurais protégé
Pourquoi mon amie, ma soeur, si cruel abandon?

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi?

Message  Cymbelîne le Lun 21 Juil 2008, 11:08

Cher Journal,

On dit que le temps suffit à atténuer même les douleurs les plus grands.
C'est pas vrai.
Voici deux mois que Kerianne a été assassinée. Par qui, et pourquoi, nous l'ignorons encore.
Tout que l'on sait, c'est qu'elle est sortie après les vêpres avec Lylia pour aller se promener un peu. Elles sont allées jusqu'à la rivière quelques temps. Lylia dit que Kerianne semblait nerveuse et qu'elle ne cessait de regarder au dessus de son épaule comme si quelqu'un les surveillait, mais à chaque fois que Lylia se retournait pour suivre la direction du regard d'Erianne, il n'y avait rien. Lylia affirme qu'Erianne portait toujours mon médaillon lorsqu'elle l'a quitté, elle s'en souvient car Kerianne ne cessait de la toucher.
Quand Lylia a voulut prendre congé d'elle, Kerianne lui avait affirmé qu'elle la rejoindrait à l'abbaye dans les dix minutes, qu'elle avait quelque chose à vérifier.
J'ai eu beau longer le bord de la rivière de long en large, passer et repasser des centaines de fois à l'endroit où elle a été vu pour la dernière fois, je n'ai rien trouvé. Je ne sais à vrai dire ce que je cherchais, mon médaillon certainement à défaut d'un indice peut être...

J'ai quitté l'orphelinat pour aider la guide de Blasius. Il me faut penser à autre chose à présent...pour essayer d'oublier...non pas Kerianne, mais la douleur que m'a causé sa mort.
Travailler...ne plus penser...ne plus chercher à comprendre...

Revenir en haut Aller en bas

Questions sans réponses

Message  Cymbelîne le Lun 21 Juil 2008, 11:10

Cher Journal,

Kerianne me manque.
Père me manque.
Je me sens si seule.

Soeur Kristine est venue me voir à Stormwind. Elle semblait toujours aussi accablée par la mort de Kerianne.
Je me souviens encore de son étreinte. elle me serrait si fort, que la douleur suffit à m'empecher de sombrer dans un moment de folie passagère.
C'est une femme bien, soeur Kristine. Tant d'années à la craindre? Non, à la respecter plutôt. Heureusement qu'elle est toujours là.
Elle m'a remit un paquet qui avait été livré à l'abbaye pour moi.
Elle contenait une dague. Je suis sure de l'avoir déjà vu à la ceinture de père.
Il n'y avait pas de lettre.

*le reste de la page a été déchirée*

Revenir en haut Aller en bas

Une nouvelle voie...

Message  Cymbelîne le Lun 21 Juil 2008, 11:16

Cher Journal,

J'ai rendu ma robe de prêtresse.
Là n'a jamais été ma voie.
Les enfants n'ont pas à racheter les erreurs de leurs ancêtres. Mon père m'a abandonné ici. Je ne lui dois plus rien.
Je suis plutot habile de mes mains et souple, très souple...agile aussi
J'ai demandé qu'on me forme, qu'on m'apprenne le lancer de couteaux.
Cela m'occupera l'esprit.
Il faut que je pense à autre chose.

Et je me suis rendue compte que j'adore danser devant chacune de mes victimes, tailladant tantot une veine, tantot enfonçant ma lame, et recommençant comme au rythme d'une musique que seule moi entendrais. C'est comme si c'était quelque chose que j'avais en moi, en mon sang et que j'essayais de taire...où plutôt qu'on tentait de me faire taire...

Tuer...sans pitié, sans retenu...cela m'aide à penser à autre chose...

C'est à cela que j'étais destinée...

Revenir en haut Aller en bas

Salazare

Message  Cymbelîne le Lun 21 Juil 2008, 11:23

*de nombreuses autres pages ont été déchirées...puis...*

Cher journal,

J'ai commencé mon enquête pour tenter d'en savoir plus sur celui qui a envoyé les lettres empoisonnés: "Un admirateur".
J'ai demandé à ce pirate.
Je sais qu'il ne cherche pas à me courtiser, et pour cause, il a déjà trois compagnes! Pourtant, la manière dont il me parle, les choses qu'il me dit...

C'est un charmeur, il est dangeureux, mais il me fait rire. J'aime l'entendre me parler de ma beauté, de mon parfum, de toutes ces choses qui rappellent à une femme qu'elle est femme. Et je pense qu'il se permet certaines répliques justement parcequ'il sait que je ne faillirais pas. Nombreux comme lui disent que Blasius ne me mérite pas. Pourtant, ils savent que ce que je ressens pour lui est très fort, malgré notre passé.


*à nouveau, de nombreuses pages déchirées, il ne reste aucune autre page dans ce journal*





Fin

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une rôdeuse...

Message  Cymbelîne le Mar 22 Juil 2008, 00:15

Un autre cahier de notes, un autre journal...une autre personne aussi...pourtant l'écriture reste quasiement la même....

Toute ma vie semble se résumer dans les pages de ce journal que j'ai trouvé dans mes affaires.

Qui suis je vraiment? Qu'elle genre de femme?

Les circonstances pendant lesquelles j'ai perdu la mémoire restent floues.
On m'a parlé de plusieurs noms, des personnes qui m'auraient connues, qui en sauraient plus.

Blasius, ce paladin dont je parle dans le journal qui fût mien. nous étions mariés.

Mystiruis, une femme étrange, qu'on cerne difficilement, toujours à ses côtés.

Blichtein, un homme qui aurait commis des actes atroces, fils d'inquisiteur, il serait lui même devenu inquisiteur.

Quelqu'un semble vouloir ma mort. Mais qui, pourquoi?
Suis je devenue gênante pour quelqu'un? ou alors, a t on peur que je retrouve la mémoire et me mette à révéler des secrets qui mettraient quelqu'un ou quelque chose en péril?

Plus j'avance, plus il y a des questions qui restent sans réponses.

J'ai rencontré ce Blasius. il me semble bien torturé. Sous ses airs de guide et de chef, et bien qu'il sache mener ses hommes d'une poigne de fer, il semble incapable de prendre sa propre vie en main, subissant certaines choses, présences, tourmenté entre ce qu'il désir, sans savoir s'il les désir vraiment.

Il m'a apprit bien des choses sur celle que j'étais...ainsi j'aime les framboises, la couleur rouge est ma couleur préférée, et je préfere les plages chaudes aux montagnes enneignées...
Ca semble bête, mais ce sont là de petits détails qui m'aident à me repérer.

Quand je l'ai rencontré, bien entendue, la prêtresse aux cheveux argents était à ses côtés. Elle me fait froid dans le dos. Derrière ses airs de fausse sainte, quelque chose chez elle me met mal à l'aise.
Elle ne vit que pour lui, guettant ces instants où il se retrouve seul, là où il semble le plus vulnérable pour agir. Au lieu d'être un appuie, elle cède à tous ses caprices...par amour dit elle...allant même jusqu'à fermer les yeux lorsque d'autres entrent dans sa couche... parcequ'il les désiraient.

Je suis restée quelques jours à Darnassus avant de me retrouver ici. Je sais des choses sur cette guilde qui semblent aller à l'encontre de celle qu'ils disent représenter.
Cette guilde a des allures de secte par certains aspects...Oh, ils s'entraident bien sur...mais c'est le reste qui semble étrange.

Pourtant ce n'est pas eux qui m'avaient attirée là bas...mais ces dieux que je vénéraient autrefois...je les ai servie... avant de m'en détourner...pourquoi ais je fuis?

Je les priés, pour qu'ils m'apportent des réponses....mais ils ne semblent pas entendre mes prières.

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une rôdeuse

Message  Cymbelîne le Jeu 24 Juil 2008, 11:35

Les réponses que je cherche doivent se trouver là, quelques part dans les pages de ce vieux journal, celui que j'ai écrit autrefois.
Je suis sure que c'est là, je les ai lus, encore et encore, afin de pouvoir ressentir, vivre à nouveau un passé qui fut mien et dont je ne me souviens toujours pas.

Kerianne...toi qui fut ma soeur,je ne puis me souvenir de ton visage,de ta voix, de ces moments et secrets que nous avons du partager.

Je suis sure que tu es la clé...

Le mystère qui a entouré ta mort est resté dans l'ombre.

Je donnerais cher pour tenir ce médaillon que je t'aurais confié. Le seul objet, hormis mon premier journal, qui me lie à mes origines, à mon passé, à la vérité...ma vérité.

"Je ne me suis jamais sentie aussi seule qu'en cet instant..."
Ce sont les mots que je lui ai dit, à lui, celui qui déjà autrefois peuplait une des pages de mon ancien journal. Je sais que c'est lui. Je ne me souviens peut etre pas...mais je sens...je continue à sentir, à présentir les choses.

Personne n'est à ma recherche...pas même ce père dont je parle...mort sans doute...comme moi.
Qui a tenté de m'éliminer? Tout cela n'a aucune importance...je sais à présent, que morte, je ne manque à personne...je n'appartiens à personne.

Il est temps que je revienne à la vie...et que j'aille chercher ces réponses au lieu d'attendre qu'elles viennent vers moi...les secrets se terrent et restent cachées...mais je les trouverais...


Dernière édition par Cymbelîne le Jeu 24 Juil 2008, 11:42, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une rôeuse

Message  Cymbelîne le Jeu 24 Juil 2008, 11:42

Pourquoi ais je cherché à savoir?

Certaines vérités devraient rester dans l'ombre...

J'ai cherché à savoir qui avait placé ce contrat sur ma tête...j'ai rencontré celui qui avait été chargé de le remplir..je lui avais donné un ultimatum...au lieu de ça...

C'est lui qui avait le médaillon que j'avais confié à Kerianne...
J'ai voulu le tuer...
La tête me faisait mal à mesure que des milliers d'images d'une partie... de mon passé défilaient devant moi...je me souvenais...

J'aurais tant aimé tuer cet homme de mes mains...Cheena m'en a empêché...

Le médaillon, il s'en serait emparé lorsqu'il a assassiné le véritable assassin de Kerianne. Ce dernier avait été envoyé pour me tuer moi. En fait, c'est moi qui ai tué Kerianne, je l'ai tué le jour où je lui ai demandé de porter mon médaillon, le temps qu'on soit de nouveau réunit. Il l'a prise pour moi. C'est moi qui aurait du mourir, pas ma Kerianne.

Je le hais...je le hais pour n'avoir pas été celui que je cherchais pour venger Kerianne...je le hais...ça aurait été si simple si ça avait été lui...

J'étais folle de rage, de colère, de désespoire...

C'est là qu'il a ôté le foulard qui dissimulait son visage....

Un visage qui n'avait pas changé...un visage que je n'avais revu depuis plus de 20 ans...J'ai d'abord cru à de la sorcellerie...j'ai cru a une nouvelle forme de torture...psychologique, cruelle..

C'était pire...c'était la vérité...une vérité à laquelle que je n'étais préparée à faire face...

L'homme qui m'avait pourchassé, celui qui a voulu m'assassiner pour un contrat...

...cet homme est mon père...Autrefois moi je l'appelais "papa", les autres, l'appellent Radjah...


Dernière édition par Cymbelîne le Mar 29 Juil 2008, 18:05, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une rôdeuse

Message  Cymbelîne le Jeu 24 Juil 2008, 23:42

J'évite de croiser mon "père", je sais qu'il ne peut que me nuire malgré ce qu'il tente de me faire croire.

J'ai rejoins une guilde qui s'appelle "Tendre Aurore", il est temps que je recommence une nouvelle vie.

Et il y a cet homme...j'ai comme l'impression de l'avoir toujours connu.
Je ne veux pas tomber amoureuse. Pas d'un homme comme lui, non, il ne le faut pas.

Il est dangeureux, ô combien dangeureux...il est de ceux qui vous disent ce que vous voulez entendre, ce que vous voulez croire...
Dois je courir le risque de...

Je ne sais plus quoi faire...j'ai envie de le croire, j'ai envie de le fuire, j'ai envie de rester près de lui...
Je le déteste...je déteste ce qu'il fait naître en moi, j'ai déjà trop souffert. Et pourtant...c'est comme si c'était lui qui m'avait été destiné...mais est ce vraiment le cas? Non, je m'égare...je sais que je m'égare.
C'est un homme, moi une femme...ça s'arrête là...
Je ne tomberai pas amoureuse...je m'y refuse...je ne veux plus être faible.

Il est temps que je relève la tête et que je continue mon chemin....

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une rôdeuse

Message  Cymbelîne le Ven 25 Juil 2008, 10:50

Bien des choses se sont passées depuis les dernières lignes de ce nouveau journal.

Etrange comme le fait de simplement mettre par écrit certaines pensées nous permettent d'y voir plus claire.
La mémoire me revient par bribes, tels les morceaux d'un puzzle. Les moments les plus douleureux refaisant surface comme si, le temps les ayant rendus amorphes, les avait rendus plus supportables.

Blichtein...je t'ai aimé...
Comme lui, tu m'a trahie...
A elle, Mystiruis, tu lui a fait un enfant...tu t'es laissé piégé car tu doutais de mon amour.
Comment les hommes peuvent ils à ce point être aveugles? Est ce leur égo, leur vanité, cette puissance qu'ils désirent pour prouver leur virilité?
Ils rencontrent l'amour...doutent...mais il est parfois normal de douter, sinon l'amour serait d'un banal...et pourtant...quel prix à payer, le prix du sacrifice pour simplement avoir douté.

Tu le hais, et lui aussi te hais...mais si tu savais à quel point vous êtes tous deux semblables...

J'étais prête à y croire...parce que je t'aimais...je t'aimais sincèrement.
Pourquoi as tu murmuré son nom, alors qu'elle devait s'unir à lui? "Mystiruis, non..." Les choses rentraient dans l'ordre...ils devaient rester à deux, et nous aussi...à la suite de ce murmure, tout à basculé...le mariage n'eut pas lieu...et le doute, c'est en moi qu'il s'était immiscé...

Les jours passèrent...ta fille vint au monde...tu es accouru pour la rejoindre à son chevet...je crois que c'est là que j'ai compris que, quelque soit la puissance de l'amour...même si on accorde le pardon...rien ne peut plus être comme avant...la trahison est le pire ennemi de l'amour et ne peut amener qu'amertume et regrets...

C'est toi qui m'a sauvé cette nuit là..la nuit où Blasius avait ordonné à Mystiruis de me tuer...mieux que ça...elle controlait mon esprit...le bras que je levais, qu'elle me faisait lever...tenait le poignard que je devais plonger en ta poitrine...mais dans un dernier effort, c'est mon amour pour toi qui guida ma main...et c'est en mon sein que s'enfonça ce poignard...pour te sauver mon amour...toi qui m'avais trahie...toi aimée de celle qui voulait ma mort.

J'appris plus tard que c'est toi qui m'amena à ce druide, que tu me soigna tant bien que mal....j'ai survecu grâce à ce rêve d'émeraude...mais au prix d'un traumatisme qui me fit perdre mes souvenirs...jusqu'à ceux que nous partagions...si seulement ma tête n'avait heurté ce minucule bout de roche en tombant...

Pourquoi m'avoir laissée errer dans le noir? Pourquoi ne pas avoir cherché à savoir ce qui m'était arrivé après ça?

Jusqu'à cette nuit, dans cette auberge, ou tels deux étrangers nous nous retrouvâmes...tant de reproches...tant d'amertume...cette nuit là, nous nous retrouvâmes...pour ne plus jamais nous revoir...

Pourtant...je t'aimais...

Pourquoi avoir douté?


Une note a été ajoutée en bas de la page, l'encre semble plus frâiche:

La roue tourne...

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une rôdeuse

Message  Cymbelîne le Lun 28 Juil 2008, 13:58

Combien de fois peut on véritablement aimer au cours d'une vie?
Des amourettes, flirts, jeux de séductions, j'en passe...sont une chose...mais combien de fois peut on vraiment aimer de toute son âme, se laissant délicieusement consummer par le feu de la passion...dont l'intensité est si proche de cette douleur qui mène inévitablement à la folie?

C'est à Darnassus que notre union eut lieu...
J'étais vêtue de noir...cela en a surpris plus d'un. Ca m'amuse...Je suis seule à connaître la raison de ce deuil.

Salazare...il prend là un risque énorme...il en est conscient. Il ne me pose pas trop de questions...il n'en a pas besoin. Il sait...le reste n'a pas d'importance.

La vie est souvent une succession d'erreurs qu'on se refuse d'admettre au moment où on les vit...le temps seul , de ses douces caresses, parvient à nous faire entrevoir leurs véritables nature en les éloignant...afin qu'on puisse mieux les voir...

Il m'accepte telle que je suis, il ne cherche pas à me changer ou à me rendre à l'image d'un idéal qui n'existe que dans les rêves, les fantasmes...je suis bien avec lui, je n'ai pas à faire semblant, à avoir peur de decevoir...je suis...ça lui suffit.

Son passé, je le connais bien sur...étrange comme tous les regards se sont focalisés là dessus et ont omis de voir le mien de passé...plus sombre, plus dangereux peut etre...mais je commence à connaitre la nature des hommes...ils préferent s'attarder sur des choses faciles, et la moquerie, la jalousie, l'envie en sont...

Blichtein...que faisais tu là, à la cérémonie? Toi que je ne revis plus depuis que tu m'avais laissée sans te retourner ce soir là au Darkshire. Qu'étais tu venu chercher? Je l'ai senti...ton regard glacial se poser sur moi...je me sentais presque nue...comme si j'étais coupable de quelquechose...
Je n'ai rien à me reprocher...tu m'as abandonnée...tu m'a laissé errer dans le noir..quand j'avais besoin de toi...J'ai errée...attendue, je ne sais qui, je ne sais quoi...c'est toi que j'attendais...mais jamais tu n'es venu...
Je ne me sentirais plus jamais nue devant ton regard aussi glacial soit il...

A présent, tous savent à qui j'appartiens...

Combien de fois au cours d'une vie peut aimer de toute son âme, se laissant délicieusement consummer par le feu de la passion...dont l'intensité est si proche de cette douleur qui mène inévitablement à la folie?
La réponse sans doute, la connaitrais je, avant de rendre mon dernier souffle...car c'est vers l'objet de ma passion que volera ma dernière pensée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cymbelîne: Fille de Radjah, prince d'Alkhabad

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum