Morghan "Le Loup Noir" Damaryan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Morghan "Le Loup Noir" Damaryan

Message  Morghan Damaryan le Mer 10 Fév 2010, 09:25

Présentation générale



Prénom, nom : Morghan « Le Loup Noir » Damaryan
Age : Vingt sept printemps
Sexe : Masculin
Race : Humain de Lordaeron
Taille : L’individu frôle le mètre quatre vingt ce qui fait de lui ni un court-sur-pattes, ni un Tauren.
Classe : Chevalier de la Mort


Signes particuliers :


Morghan arbore un héraldique gravé sur l’intégralité du flanc de son épaule droite, l’œuvre représentant une tête de loup, faites de mains de maîtres à la vue de la qualité de l’esquisse, celle-ci semble avoir était faite par un tisonnier à en jugée par les brûlures, brûlures auréolées d’un voile d’encre noire.


Apparence :


L’individu qui se présente à vous mesure un mètre quatre vingt à vue de nez, une taille que l’ont qualifiera de plutôt équilibrée, celle-ci semble se mariée à ravir avec la corpulence de l’individu, corpulence et musculature forgée par et pour les armes, pour et par la guerre.

Cet homme que vous continuez de toisé, après réflexion semble être âgé physiquement d’un bon quart de siècle, les traits de son minois sont fins et gracieux bien qu’un brin saccagés par la vilaine balafre qui débute au dessus de son arcade sourcilière gauche et s’avère dans les tréfonds de sa joue droite et par l’expression d’errance et de solitude que son regard dégage, les contours du visage du jeune homme sont auréolés et garnis par la présence d’un collier de pilosité facial finement taillé, serait-t-il soigneux ? Coquet ?

L’être porte un cache-œil à l’œil droit, pourtant si votre attention est totale, vous remarquerez aisément que les contours du cache-œil manques de balafres, as t-il vraiment un œil en moins ? Serait-ce un accessoire de mode ? Ou dissimule t-il autre chose ? Là est la question.

Enfin, la chevelure du chevalier arbore une teinte pouvant être assimilée aux noirceurs et ténèbres des profondeurs de la nuit, cette dernière est nouée en une queue bien que quelques mèches rebelles viennent survoler le visage de l’individu, se plaçant entre votre personne et la sienne, ce qui inspire une certaine provocation, volontaire ? Accidentelle ?

Si ce dernier vient à s’exprimer par les mots, ce sera par le biais d’un ton calme, posé et neutre à souhait traduite par une voix rauque et brisée.

Le voile de silence dans lequel il a pour coutume de se nimbé se verra souvent trahis par les sons peu mélodieux qui accompagnent ses gestes, crissements, râles et fracas métalliques rétorqués par ses atours d’argent et de saronite seront au rendez-vous.


Psychologie :


Si la vie et ses aléas forge l’esprit de l’être, l’être ne devient au final qu’un pâle reflet de la réalité, de là est issue l’expression de condamné à la solitude que rétorque le regard de notre individu.

Ses attitudes princières, sa façon de jouer des mots avec élégance, grâce et charme et son art de maîtrisé les gestes n’est que le dernier vestige de son passé à Lordaeron et de sa noblesse d’antan, qu’importes ce que l’être subit, qu’importes les tourments qu’il vit, nul ne change réellement sa vraie nature et ses réelles intentions, ce Chevalier en est un exemple.

Bien que ses attitudes et ses actions en ville fasse de lui un homme tout à fait fréquentable et comparable à un Paladin mais repoussé pour le lien qui l’unit aux Chevaliers de la Lame d’Ebène, ce chevalier est tout autre lorsqu’il est confronté au fléau mort-vivant ou lorsqu’il est en faction sur un champ de bataille, le qualifié de berserker ou de guerrier sanguinaire vous sera chose aisé, un don et un plaisir que lui aurais laissé le Fléau Mort-vivant avant de s’en séparer ?


Ce que l’ont dit de lui :


Un nain armé du choppe : « Pfeuh ! Répète un peu ça ?! T’as croisé une salop’rie d’ch’valier d’la Lame d’Ebène avec des façons d’faire similaires à celles des paladins ?! Bon sang ! Tu mens ! C’peut pas exister un truc pareil ! »

Une catin refoulée en Elwynn : « D’habitude, après une tentative de charme, les hommes me sautent dessus ! Goujat ! Raclure ! »

Un passant, quartier commerçant : « Tiens… Un Chevalier aux allures princières… Ca change. »


Citation(s) favorite(s) :


« Les gestes communiquent souvent bien mieux que les mots. La parole exprime, la gestuelle affirme. C’est un fait adaptable à tout, menaces comme sentiments. »

Revenir en haut Aller en bas

Re: Morghan "Le Loup Noir" Damaryan

Message  Morghan Damaryan le Mer 10 Fév 2010, 09:28

Prologue - Les fibres du destin



Le destin... Il est monnaie courante que les gens mentionnent son nom, annonces pouvoir le lire, le contempler et comprendre les moindres parcelles et fibres de particule de cette entité complexe, il leur arrive à ceux là de dire vrai.

Mais il y en a d'autres d'avantages en proie à la folie et à l'illusion qui hurlent jour après jour qu'ils exercent un contrôle oppresseur dessus, qu'ils en sont les maîtres absolus, qu'ils sont également apte à commander et à diriger le destin d'autrui, ces individus tyranniques n'ont tout simplement jamais compris que la seule chose placée sous leur contrôlent est leur propre volonté et non pas la destiné.

Certains comme Morghan Damaryan considéreront le Destin comme le Roi des Seigneurs, comme une entité souveraine aux moult esclaves, esclaves qui se contentent de suivre jour après jour les dogmes dictées par leur maître sans émettre d'opinions ni de paroles, un peu comme des brebis suivants leur berger et perdues sans ce dernier lui accordant une confiance aveugle.

Le Destin est leur guide, un guide aux choix et aux jugements sans retours, un mentor équitable qui leur inflige tourments et douceurs, mais il est également une assurance, une protection aux épaules que ses serviteurs chargent jour après jour pour se justifier de leurs actes, un peu à la façon des illuminés qui se libèrent la conscience des atrocités commises en les annonçant comme étant la sainte œuvre ou la simple parole de la Lumière.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Morghan "Le Loup Noir" Damaryan

Message  Morghan Damaryan le Sam 13 Fév 2010, 08:48

Chapitre I - La douceur de la soie et la rugosité des mots. [Partie 1/3]



Installé confortablement dans un fauteuil, près d'un feu de cheminé chaleureux à souhait se tiens un jeune garçon, la mine joviale, en plein extase devant la contemplation des écrits d'un tome louant les vertus et les prouesses de la lumière.

_ Petit Sire ? Navrée de vous importunée mais, vos parents vous ont apportés de nouveaux costumes d'apparat en provenance de Dalaran, pour faire de vous le plus charmant jeune homme de la cour du Roi Terenas, votre mère quémande votre présence dans vos appartements pour un essayage en vue du bal de ce soir.

Aurore gratifie le jeune Damaryan d'un sourire chaleureux tout en lui présentant sa main, l'invitant à s'y réfugier la sienne, le semblant d'homme s'exécute, sans se faire prier, posant son bouquin sur le canapé avant de se laisser entraîner par la main d'Aurore sans brusqueries, sautillant joyeusement en chemin.

Jeune Sire, calmez-vous un peu, vos parents réclament que votre démarche soit noble, en tout lieu et à tout moment, je n'aimerais pas que vous soyez à nouveau grondé.

L'enfant lâche un léger soupir, avant d'apporter une réponse aux paroles de sa bonne.

_ Bombé le torse avec fierté, les épaules légèrement en retrait... Le pas souple et élégant... A l'exception de m'apporter l'ennui, je ne comprends pas à quoi cela sert Madame Aurore, je préférerais pouvoir m'amuser avec les garçons de mon âge. Pourquoi suis-je condamné à rester ici, dans une cage de soie ?

_ Vos parents s'efforcent simplement de vous faire goûter au meilleur de ce monde, jeune Sire, n'en soyez pas offensé ou triste, nombreux aimerais être à votre place.

Lui répond Aurore, sur un ton doux comme à son accoutumé, sans réelles convictions.

_ Sans doute, Madame Aurore.

La bonne s'immobilise devant la porte des appartements du jeune garçon, pour en ouvrir la porte, lentement.

_ Le voici, Dame Damaryan.

_ Mieux vaut tard que jamais, disposez. Quant à vous autres, au lieu de bayer aux corneilles qu'attendez-vous pour commencer ? Et Forcez sur l'huile de coude !

Exprimes cette dernière, sur un ton sec, à l'attention d'Aurore et des quelques suivantes présentes sur place, celles-ci se mettant aussitôt à l'ouvrage, s'attaquant aux vêtements du jeune garçon, pour lui permettre de se contempler auprès d'un miroir dans ses nouveaux costumes d'apparat.

_ Et celui-ci Mère ? Me convient t-il ?

La Dame hausse lentement son sourcil droit, fermant son éventail dans un claquement, avant de lui répondre sur un ton tout aussi déplacé que celui qu'elle use envers ses boniches.

_ Tiens toi droit !

_ Oui, oui, oui... Tu parviens enfin à atteindre la cheville de ton Père, en matière d'élégance, tu porteras ce costume au bal de ce soir. D'ailleurs en parlant de ton Père, il t'attend, en salle d'entrainement. Toi là, aides-le à enfiler ses atours de cuir et guides le jusqu'à la salle.

_ Bien Dame.

La Dame se détourne de son fils, dans un claquement de talon, avant d'emprunter la porte de sortie, suivie prestement par ses deux autres suivantes.


Dernière édition par Morghan Damaryan le Jeu 04 Mar 2010, 17:06, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Morghan "Le Loup Noir" Damaryan

Message  Morghan Damaryan le Mer 03 Mar 2010, 20:37

Chapitre I - La douceur de la soie et la rugosité des mots. [Partie 2/3]


L'ouverture de la porte de la salle destinée à l'entrainement, laisses apparaitre la présence d'un homme à la stature imposante, vêtu d'une armure de cuir clouté, épée en bois à la main.

_ Bonjour, Père.

Exprime le jeune Damaryan, jaugeant la bête maussade de son regard blasé.

_ Bonjour, Fils, ne masques pas ta joie.

Rétorque l'ainé.

_ Pardon Père, mais vous savez très bien que je n'aime pas manier les armes... Je préfère la lecture et l'écriture.

_ Lecture... Ecriture... Deux choses importantes pour un futur homme de ton rang, mais n'y prend pas le goût de la passion, laisses la passion des lettres aux femmes. Les hommes n'ont pas besoin de s'investir autant dans de telles futilités. Alors, Fils ? A quelle gentes t'apparentes tu ?

_ A celle des hommes, Père... Mais...

_ Il n'y a pas de « mais » et n'arbore pas cette mine déçue, Azeroth a été bâti et est devenue ce qu'elle est par la pointe d'une épée, si tu souhaites y séjourner longuement, savoir manier l'épée et se prétendre « guerrier » est la première étape pour y vivre, tout comme un fils se doit d'être obéissant envers son Père. Tu comprends ? Le choix ne t'appartient pas, tu es né pour apporter le prestige à notre maison, né pour épouser une femme de ton rang... Alors, n'oublies pas qu'aucunes familles de Lordaeron n'abandonneront jamais l'une de leurs héritières aux mains d'un semblant d'homme craignant le combat.

_ Je présume que vous avez raison... Père.

_ Ne présume pas, ingrat, soit en assuré. A présent, qu'attends-tu pour dégainer ?

Le jeune garçon tire son épée de bois, avançant son pied gauche tout en laissant son pied droit se mettre en retrait, arborant une posture semi-offensive, mi-défensive, la garde haute.

_ Le placement de tes pieds sont bons, cependant la garde de ton épée est maintenue trop haute, ceci est non conforme au style de combat de notre famille, ne lui fait pas honte, prouves lui que tu es digne d'en apprendre la maîtrise et tant qu'à faire... Prouves moi que tu es digne de porter mon nom et mon sang.

Morghan s'exécute baissant un peu sa garde, la plaçant à hauteur de milieu de poitrine, avant de se projeter en direction de son ainé, arme de bois pointé vers ce dernier, paré à l'empaler, l'assaut se voit esquivé par le biais d'un simple pas exécuté sur le côté, puis l'enfant propulsé au sol par l'accueil d'un coup de pied en plein derrière.

_ Pas une seule nuance d'hésitation, c'est bien, mais ce n'est pas une raison suffisante pour t'exposer à de telles failles et pour foncer tête baissée vers ton adversaire, redresses toi et recommences.

Le gamin se frotte l'arrière train, avant de se redresser pour revenir à la charge et se faire accueillir d'un croche-pied.

_ La hâte mène à l'erreur, l'erreur à l'échec, pour un homme de ton statut, l'échec est intolérable, tiens toi le pour dit ! Soumet moi à la parade et blesses moi Fils, si tu le peux.

Le jeune Sire ce remet lentement sur pied, s'élançant dans une nouvelle charge vers son Père et Maître d'Armes, que ce dernier esquives, offrant généreusement son flanc gauche à son élève, l'élève pivotes tentant d'expédier la pointe couverte de frète de son épée de bois vers l'ouverture, forçant l'ainé à heurter son épée contre cette dernière, pour la parer, avant de la chassée brusquement d'un coup d'épée.

Morghan se place aussitôt en retrait, garde placée à hauteur de la plaque abdominale, prêt à encaisser la charge future de son aîné qui se présentera sous la forme d'une parade et se conclura par le biais d'un vol plané du jeune Sire, sous le poids et la puissance du choc.

_ C'était mieux que la dernière fois... Tu manques d'endurance et de force. Arrêtons nous ici, car à ce rythme... Tu risques d'assister à l'événement de ce soir dans un piteux état.

La pointe de l'épée du Seigneur Damaryan viens ce caler sous une serviette posée près du râtelier, pour l'expédier en direction du gamin, qui s'en saisit.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Morghan "Le Loup Noir" Damaryan

Message  Morghan Damaryan le Jeu 04 Mar 2010, 18:31

Chapitre I - La douceur de la soie et la rugosité des mots. [Partie 3/3]


(En cours)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Morghan "Le Loup Noir" Damaryan

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum