Fëarielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fëarielle

Message  Fëarielle le Ven 04 Juil 2008, 08:35

Au fond d'un crypte, seule la lueur maladive de deux torches permettent de donner un semblant de vie à l'endroit. Un simple crissement de plume sur un grand volume. Une jeune femme écrit sur la première page de ce livre. Et voilà ce qui y apparait.

"A l'heure où j'écris ces lignes, les premières années de ma vie restent fragmentaires et éparses. Seuls les instants les plus marquants demeurent. le lecteur m'excusera de ceci et trouvera peux-être des compléments d'information ultérieurement. D'autres me sont trop chères ou trop honteuses pour que je les révèles aussi tôt. Dans ces premières lignes, vous lirez à peu près tout ce qu'on vous dira de vrai sur moi. Le reste demeurera incertains tant que je n'aurai pas la force d'en parler.

Je me nomme Fëarielle Claircoeur, née en 598 dans les environs de Lordaeron, à Brill pour ceux qui en ont encore le souvenir. La famille Claircoeur est une ancienne famille de mage qui aurait pu plus mal tourner. De mage à démonistes en une seule génération, erreur d'un ancêtre quelconque. Bien que peux versée dans l'art du combat, nous affections l'étude de l'histoire et des démons. Nos pouvoirs? Le peux que nous avions, nous ne nous en servions pas. Les gens ont cette tendance à bruler tout ceux qui jouent avec le Néant Distordu. Le seul sort dont nous faisions usage est une sorte de rituel qui, au lieu de recommander notre âme à la Lumière, la donne à la Légion, fusionnant avec un démon. Le démon ainsi crée se "donne" alors au service de son plus proche parent qui l'invoque. "Donne" entre guillemet car jamais un démon n'est entièrement maîtrisable. Seuls les quelques réminiscence de sentiments humains permettent cette "affinité". Utilité toute relative donc, mais qui paya lors de l'invasion du fléau.
La première invasion Orc nous confina dans Lordaeron mais resta sans conséquences graves pour notre famille. Mais l'arrivée du fléau fut une surprise pour tous. Et mon père tomba le premier, suivi de ma mère peu après, morte de chagrin. Curieusement, le rituel les soustraira à la maladie. Ils ne se relevèrent jamais. Mon Oncle nous fit donc fuir vers le sud. Mon frère tomba quelques jours seulement après notre départ, non loin de Southshore. Mon Oncle pratiqua la rituel pour lui. Quand à lui, il me l'enseigna, une dernière fois, au cas où. Pour une jeune femme de moins de vingt ans c'est un exploit honorable, mais certains effets du rituels semblaient imprévus. Jusque là, chaque membre de la famille ne "possédait" qu'un ou deux démon. Là, j'avais ma famille au grand complet, telle que je l'ai toujours connue. Car mon oncle décéda aux environs de Southshore. Mais je ne sentais pas le fléau. Aucune trace, aucune fatigue si ce n'est celle de la marche. Mais je les entendais, ma famille, non... Les démons eux-mêmes qui me chuchotaient à l'oreille. Pouvoir. Puissance. Voilà leurs promesses. Tant de tentation à la fois. Une cinquième voix rejoignit les autres. C'était celle de mon grand-père, mais défigurée par la haine. Et bientôt une sixième... Je mis un certains temps à la reconnaître comme étant la mienne. A Southshore, on recueillait les orphelins et on les menaient par bateau à Elwynn Je décidait d'aider et de les accompagner...
Ce fut là que j'eu ma première crise. Par une belle nuit, j'étais debout à la proue du navire et je fixais les étoiles. Ressassant le passé, je laissais les voix m'envahir sans vraiment y prêter attention. Mais la mienne chassa les autres et je ne gardais qu'un souvenir flou de la suite. Toujours est-il que quelques instants plus tard le ciel si clair c'était transformé en un ouragan ténébreux. Heureusement pour moi, je ne fut pas identifiée comme la source de cette tempête qui eu des conséquences dramatiques... Morts, blessés, mais le bateau arriva finalement à bon port. Désormais je devais prendre garde.

A Stormwind, je poursuivit mon travail à l'orphelinat. Et je faisait peur à beaucoup de monde. Les crises étaient rares, et je m'arrangeais pour me cacher... Mort des animaux, tempêtes, combustion spontanée d'objets. Tels étaient les effets les plus fréquents. On m'envoya en pèlerinage à Northshire. Je servis à l'abbaye jusqu'à la fin de la guerre... C'est ici qu'a commencé ma nouvelle route. Les vielles légendes, et surtout, l'histoire de la première Croisade Ardente me passionnent. Je veux des réponses, pour ma survie et celle des autres. Seule la Lumière peux m'aider mais on me la refuse. Dois-je la trouver par la force, où me tourner vers l'Ombre. Les voix me parlent à nouveau. Pouvoir, puissance...
avatar
Fëarielle


Feuille de personnage
Guilde: Ordre des Hospitaliers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum