Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Maryande le Ven 18 Juin 2010, 14:35

S'il n'est pas si rare de trouver des écrits de Liucia, aussi dispersés qu'en soient les feuillets, dénicher ne serait-ce que quelques lignes de la main de Tienebra relève en revanche de la gageure. Comme si un vent brûlant avait soufflé sur les cendres encore chaudes de son existence. Seuls ceux que le vent a marqués sur son passage se souviendront encore d'elle. Restent parmi les cendres quelques braises, qui peut-être raviveront le foyer ici ou là... Ce sont ces braises, mots venant de l'Âme, emportés par le vent, qui seront rapportés ici.
[Hrp : Vous l'aurez compris (oupas), les textes qui suivent, petits bouts de vie, pensées du jour et autres rêveries, ont été rédigés par Tienebra pour être brûlés par la suite quasi systématiquement, et sont donc introuvables (les éventuelles exceptions seront indiquées, ou vous pouvez me demander par MP). Ils sont livrés ici un peu pêle-mêle, même si une certaine chronologie est plus ou moins respectée pour aider à la compréhension.]

"Plus tard, quand je serais grande, je serais Princesse. Cœur aussi."
"Non, magicienne ! Pour jeter des sorts à tous ceux qui se moquent de Cœur !"
"Cœur est tombée, je l'ai relevée. Ses jambes veulent plus la porter loin comme avant, alors j'irai pour elle. C'est douloureux, ça brûle dedans. Mais faut sourire, pour pas que ça pleuve dehors."
"Je cours, Cœur me l'a demandé. J'aime bien. C'est chaud. Oh, le monsieur est revenu me voir. Je vais être magicienne, pour de vrai ! J'espère que les leçons ne seront pas trop longues, je ne veux pas faire attendre Cœur..."
"Maitre m'a appris le Feu aujourd'hui.
J'ai brûlé un morceau de papier, c'était joli.
Je recommencerai avec celui-ci."
avatar
Maryande

Personnages Joués : Posée

Feuille de personnage
Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Maryande le Dim 20 Juin 2010, 04:10

"Cauchemar. Pas moi, Cœur. Elle était poursuivie, on lui voulait du mal. Cœur saigne, moi aussi dedans. Si seulement je pouvais mettre fin à ses mauvais rêves... Mais je sais pas faire, je rêve pas, moi.
J'ai nettoyé, et j'ai veillé son sommeil. Elle ne s'est aperçue de rien, je crois. C'est mieux comme ça."
"Nous sommes allées prier à la Cathédrale aujourd'hui. C'est un lieu calme et apaisant, enfin surtout pour Cœur. Je n'ai pas sa patience, mais je suis prête à tous les efforts pour elle."
"Maitre trouve que je progresse vite.
J'ai montré mes Flammes à Cœur, elle en a été ravie.
Mais elle s'y est brûlée en approchant la main..."
"L'histoire d'aujourd'hui était très jolie, Cœur raconte si bien. Les autres enfants sont stupides, ils ont pas aimé, ils ont rien compris. Ils lui ont même dit des méchancetés. Je les brûlerai, je les brûlerai..."
"L'oreiller du grand - Ted je crois ? - qui avait traité Cœur de folle a pris feu cette nuit. Ses cheveux de paille sont presque tous partis en fumée avant qu'il ne trouve la bassine d'eau. J'ai ri en le voyant, il m'a pointée du doigt. Ce n'est pas moi pourtant, et personne ne l'a cru, même si on me regarde bizarrement.
J'ai bien dormi après ça."
"Je cours encore, pour Cœur, pour moi. Parce que elle ne peut plus, parce que j'en ressens le besoin. Elle est heureuse quand je cours, elle m'accompagne par la pensée. Nous serons pour toujours ensemble, et je suis sûre qu'elle courra à nouveau à mes côtés un jour."
avatar
Maryande

Personnages Joués : Posée

Feuille de personnage
Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Maryande le Sam 26 Juin 2010, 09:16

"Ça brûle en moi. Si fort que j'ai cru me consumer sur place un bref instant. J'en ai serré le bras de Cœur, je crains qu'elle ait encore la marque. Elle a compris, tout de suite, bien sûr, alors que moi-même ne comprenais pas bien. Un simple hochement de tête de sa part, et j'ai couru. Longtemps je crois. Je ne me souviens plus très bien. Mais c'était si agréable..."
"Maitre était en colère contre moi.
Je ne sais ce que j'ai fait pour le contrarier.
Je fais beaucoup d'efforts et de progrès pourtant.
Et j'apprends bien mes leçons.

Il a parlé d'y mettre un terme.
Je m'en moque, j'aurai plus de temps pour Cœur.
Et je n'ai pas attendu pour apprendre sans lui."
"Je regarde Cœur dormir. Son sommeil est calme cette nuit. Je l'imagine en train de rêver de nous deux, à courir ensemble, voler presque, dans les rues de la ville, et plus loin encore. J'aimerais tant rêver auprès d'elle... Mais si c'est le cas, ou si ça l'a été, je ne m'en souviens pas. Je ne m'en souviens pas... Je vais dormir, un peu. Je n'en ai pas tant besoin après tout."
"Qui était-ce ?! Par la Lumière, qui a osé pareille farce, si tant est que l'on puisse l'appeler ainsi ? Pourquoi suis-je incapable de me figurer un visage, alors que nous sommes passées tout près ? Bon sang, Cœur a manqué de se noyer ! J'ai cru ne pas être assez forte pour la sortir de là, mais ce n'est pas à moi qu'en revient ce mérite. Grâce soit rendue à Cœur, et à la Lumière, par Elle nous nous sommes retrouvées à flotter au dessus du canal. Si je le retrouve..."
"Qu'ai-je donc fait hier ? J'ai oublié, je ne sais plus... Cœur m'a dit que j'avais couru, beaucoup. J'ai chaud, encore."
"Oh, je suis si heureuse ! Cœur aussi je le sais, même si elle l'exprime moins. Adoptées, nous allons être adoptées ! Avec une famille, même une grande sœur, à ce que j'ai entendu dire. Ça me fait bizarre rien que d'y penser. Nous quitterons bientôt Hurlevent, ce n'est pas pour me déplaire, même si je sens bien que Cœur souffre à l'idée de s'éloigner de la Cathédrale. Je l'emmènerai la voir, je lui ai promis. Je me suis entrainée dur pour ça, afin d'être sûre qu'il n'y ait aucun risque pour elle à voyager comme cela avec moi.
Notre futur nom sonne si bien... A-L-R-U-N."
avatar
Maryande

Personnages Joués : Posée

Feuille de personnage
Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Maryande le Jeu 08 Juil 2010, 19:38

"Je ne l'aime pas. Cette elfe, avec ses grands airs, qui est venue nous aborder au parc, qui a prétendu pouvoir nous aider. Elle donne l'impression de tout savoir sur tout, et en même temps celle de se servir de nous pour obtenir ce qu'elle ignore encore. Je ne suis pas dupe, Cœur non plus sans doute, mais elle a choisi de lui faire confiance, pour l'espoir que cela représente pour elle, pour nous, alors je la suivrai."
"Je ne me lasserai jamais de cette histoire. Cœur raconte si bien. Au moins les spectateurs ont-ils eu l'air d'apprécier cette fois, même si m'est avis que la plupart n'ont pas plus compris que les gosses à l'orphelinat. Demain, demain nous rencontrerons Père et Mère. J'ai entendu dire que celle-ci était malade, j'espère que tout se passera bien..."
"Je brûlerai ces mots sitôt écrits. Ce n'est pas quelque chose dont il faut se souvenir, Cœur ne voudrait pas... J'ai besoin de m'épancher pourtant, de m'en libérer... Mauvais Présage. Pourquoi aujourd'hui ?! Pourquoi en ce jour qui aurait du être si magnifique pour Cœur et moi ? Par la Lumière, rencontrer Père dans cet état...

Je voulais tant que cela se termine bien, alors j'ai insisté, plus que de raison, plus que ne l'aurait osé Cœur. Père a cédé, à contrecœur, et nous sommes allées rejoindre cette sœur, Leizen, que nous ne connaissions pas encore. Et c'est bien une bataille que nous avons livrée ensemble, accompagnées de soldats en armes, contre un ennemi fait d'Ombre. J'ai vu souffrir, j'ai eu peur que cela n'arrive à Cœur, aussi ai-je voulu me battre aussi, participer à ce jeu, cette folie. J'ai oublié qui m'a soufflé la réponse attendue, puisse-t-il - ou elle - en être remercié, je n'aurais supporté que Cœur me voie me faire assaillir par les Ombres.

Mais même cela n'a pu nous préparer au spectacle qui nous attendait. Voir Mère ainsi... J'en tremble encore. Quand à Cœur, ce fut là trop d'efforts pour elle. Nous les avons ramenées toutes deux auprès de Père par les voies magiques, Leizen et moi. Personne d'autre n'a touché Cœur, j'y ai veillé."
[Malgré sa volonté de détruire cette page, c'est l'une des rares qui puissent être retrouvées, faute d'avoir voulu s'en débarrasser trop vite. Un domestique aura sans doute sauvé des flammes ce papier jeté au plus pressé. Quand à savoir ce qu'il en a fait...]

"Folie, folie, quelle folie... Quelle folie ? Est-ce moi ? Je peine déjà à me souvenir de cette soirée... Quelques bribes me reviennent, cela s'annonçait si bien... Nous venions... voir notre sœur, sous de meilleurs auspices. Notre anniversaire évoqué, passé il y a peu. Une rose de glace en cadeau... Je l'ai encore, mais qu'ai-je donc fait pour qu'elle soit... ? Oh, la rose oui, l'amie de Leizen... Le... chat ? Je ne sais plus, je ne sais plus. J'ai couru je crois, sûrement. Oui, j'ai couru. Je ne demanderai pas à Cœur ce qui s'est passé, je ne veux pas l'embêter avec ça, cela n'a pas tant d'importance.
Nous reverrons dame Nòlmë bientôt..."
avatar
Maryande

Personnages Joués : Posée

Feuille de personnage
Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Maryande le Mer 21 Juil 2010, 03:00

"Je la déteste, vraiment. Ou plutôt le devrais-je. Mais je n'y parviens pas. Je ne sais que trop bien ce qu'a ressenti Cœur quand elle nous a annoncé que j'étais moi-même atteinte par la maladie qui la ronge... Pourquoi alors est-ce que je n'arrive pas à haïr cette femme, qui fait souffrir Cœur davantage encore ?
Peut-être... est-ce parce qu'au fond de moi, je suis heureuse... heureuse de partager ce fardeau, de pouvoir enfin aider Cœur à le porter. Et puis... quand bien même ses paroles sont cruelles et blessantes, la dame Elfe représente tout de même un espoir, si ce n'est de guérison, de réponses à certaines questions.
Réponses qui soulèvent d'autres questions, que seule l'expérimentation saura résoudre, selon ses dires. Le fait que je n'affiche pour l'heure aucun symptôme par exemple. Elle a évoqué la possibilité de faire des tests sur moi, Cœur s'y est refusée alors que je m'y serais volontiers prêtée si cela pouvait lui venir en aide. Je n'ai pas insisté devant son obstination, mais je ne veux pas qu'elle soit la seule à se sacrifier pour nous...

Pour ce qui est de sacrifice, le sien consiste en un étrange cadeau de la part de l'elfe : un pendentif, empli de magie, censé lui offrir l'énergie dont elle manque. C'est en revanche à double tranchant nous a-t-elle dit, cela pourrait avoir l'effet inverse et accélérer l'évolution de la maladie. Mais c'est le seul moyen d'en apprendre davantage, aussi Cœur s'y est volontiers offert.

Je n'aime pas cette idée, je veillerai sur elle de plus près encore."
"Il n'a pas fallu longtemps pour que les effets se fassent sentir. Cœur est fiévreuse, elle dit qu'elle a chaud. Sa nuit a été agitée, j'ai veillé sur son sommeil, comme promis. Oh, je lui enlèverais moi-même ce maudit collier si je ne craignais de la faire souffrir davantage. Elle endure tout cela, je le vois bien au travers de ses prières. Je me dois d'en faire autant."
"Cœur semble aller mieux, j'en suis heureuse. Je l'ai même vue rougir, alors que je ne saurais même plus dire à quand remonte la dernière fois que cela lui est arrivé. Me suis-je donc inquiétée pour rien, y a-t-il vraiment un espoir ? Je n'ose y croire encore, cela serait si fabuleux !

Oh, nous allons à l'anniversaire d'une comtesse ce soir, profitant de la santé recouvrée de Cœur. Leizen se fait déjà une joie de nous la présenter, bien qu'elle nous ait mis en garde contre son... excentricité. J'ai tellement hâte d'y être !"
"Noire, noire, Flamme soufflée, souillée.
Le Feu s'est consumé, n'a laissé que braises.
Trop vite éteintes, dans cette glaciale étreinte.
Lame chauffée à blanc, noircie par le sang.
Ne reste en bouche que le gout, cendres amères.
Cendres amères."
"Je ne sais quand j'ai écrit ces mots. Cela ne me ressemble pas. Pourquoi les aurais-je conservés ? Cela n'a pas réelle importance, après ce qu'il s'est passé...

La soirée s'était si bien déroulée pourtant... Les festivités, et ce Lien à la Terre... Je m'y suis sentie tellement apaisée. Alors pourquoi ? Pourquoi ?! Maudite amulette ! Maudite Elfe ! Est-ce de sa faute, tout cela ? En un sens, je suis... soulagée que cette femme ait choisi de s'en prendre à moi, et pas directement à Cœur. Mais je ne veux plus jamais revoir cette souffrance et cette colère dans ses yeux. Je ne veux pas la faire pleurer.
Tout s'est passé si vite... J'ai été libérée de l'étreinte, du couteau sous la gorge, et je... À voir Cœur ainsi, je me suis laissée emporter, je crois. Il ne m'a fallu guère de temps pour me retourner vers mon assaillante déjà maitrisée et... Par la Lumière, qu'ai-je fait... ? J'ai déversé ma fureur, mes Flammes sur elle... Et puis... le noir.
Oh, Cœur, que de soucis t'es tu fais pour moi... Tout était si embrumé quand j'ai repris mes esprits, à l'auberge. Mais cela m'est revenu, si vite, moi qui peine à me souvenir d'habitude... On m'a dit que j'avais été droguée, sans doute par peur que j'aille plus loin dans mon geste. Geste qui au demeurant n'a pas eu d'effet, elle portait semble-t-il une protection. Même maintenant, je ne saurais dire si je suis heureuse ou déçue de l'entendre... Que se serait-il passé si j'avais...

Cœur en a le sommeil agité, plus encore que de coutume. Ce n'est guère étonnant, tant cela a du être éprouvant pour elle, surtout en ce moment... Je vais tâcher à ce que rien n'en paraisse, pour elle, d'autant que nous ne sommes pas seules. Nos... cavaliers veillent encore derrière la porte, à la demande de notre sœur. Il ne faut pas que...

Cœur ! Chht, tout va bien, je suis là... Ils ne nous feront pas de mal, je reste avec toi."
avatar
Maryande

Personnages Joués : Posée

Feuille de personnage
Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Maryande le Lun 26 Juil 2010, 02:56

"La Dame elfe est venue nous trouver dans notre chambre, à l'auberge, pour récupérer les écrits que Cœur lui a laissés, concernant ses ressentis sur l'effet du remède. Leizen nous a dit que la femme qui s'en était prise à nous pour l'amulette lui était liée, l'une de ses cobayes alors qu'elle travaillait pour une organisation dont j'ai oublié le nom. Elle même a été plus que vague devant nos questions, évoquant le fait que cette femme lui en voulait certainement, pour quelque chose de passé et qui n'avait plus lieu d'être. Mais surtout, elle nous a renvoyées vers notre sœur, précisant que nous n'étions peut-être pas si différentes qu'il n'y parait. J'aimerais tant comprendre...
Oh, Dame Nolme nous a conté une histoire avant de nous quitter. Il était question d'un Roi, et du test qu'il faisait passer aux prétendants à la couronne. C'est curieux mais... je ne parviens pas à m'en remémorer la chute. Je sais pourtant avoir apprécié, et Cœur aussi."
"Courir ! Cœur va sûrement pouvoir courir à nouveau ! C'est merveilleux !
C'est ce que Dame Nolme a dit, tandis qu'elle ajustait l'amulette pour Cœur. Oh, je lui aurais presque sauté au cou ! Une rune, c'est cela qu'elle est venue graver sur le pendentif, nous enseignant le pouvoir de ces tracés, liés aux lignes telluriques. Maitre m'en avait parlé, je crois...
Cœur s'est couchée tôt, elle ne se sentait pas très bien. J'espère que c'est seulement l'émotion due à pareille nouvelle, je ne voudrais pas que nos espoirs soient faussés. Mais cela semble lui réussir déjà, elle n'a pas fait de mauvais rêve."
"Ficelles. Découper. Tu n'as pas été sage.
Je garderai ces mots pour moi, je ne veux pas que Cœur sache qu'elle les a prononcés durant son sommeil, se relevant comme un pantin. Je ne lui dirai pas toute la peine que j'ai eue à la recoucher, à l'empêcher de se mordre la langue. J'espère que la marque à mes doigts s'effacera vite..."
"Il faut que je cesse de m'inquiéter, Cœur n'aime pas ça. Mais sa santé est si fluctuante ces jours derniers, sous l'effet de ce pendentif... Je veux y croire, m'y accrocher autant qu'à elle. Mais j'ai si peur de la perdre. Elle parait... ne plus être là par moments, et ses absences se font toujours plus fréquentes et plus longues. Et elle m'en revient plus fatiguée encore, malgré le repos de son corps... Bénie soit la Lumière, ses prières parviennent encore à l'apaiser. Je veille sur ses longues heures de sommeil, malgré toutes ses suppliques pour que je pense un peu à moi."
"Dame Nolme est revenue nous voir, pour nous faire part de ses premières conclusions. Si je m'étais attendue... Créées, nous avons été créées, d'après ses dires. Par qui ? Dans quel but ? Les quelques réponses qu'elle nous offre ne font qu'ajouter aux questions. Cœur serait un... catalyseur, à une réaction dont je serais la source d'énergie. Je peine à croire ce que j'écris, et pourtant, si cela est vrai...
Mais il y a d'autres préoccupations. Elle nous a bien vite expliqué les absences de Cœur par le fait que le collier est déjà vidé de son énergie, lui en privant du bénéfice. Énergie... Ne suis-je pas censée en être la source ? J'ai eu tôt fait de me proposer pour 'nourir' Cœur, mais Dame Nolme nous l'a déconseillé, précisant que cela risquait d'être... déplaisant pour moi. Cela m'est égal, mais pas à Cœur, aussi une fois encore, je n'ai pas insisté. La Dame Elfe a toutefois déjà envisagé une solution de rechange, et nous fera parvenir un wyrmelin, une créature de mana, à laquelle Cœur pourra puiser sans qu'elle ne s'épuise.
Il lui faudra bien patienter le temps que nous le recevions. Peut-être alors pourrais-je la convaincre. Je veux tant lui venir en aide..."
"Lumière ! Pourquoi donc suis-je si faible, au point de ne pouvoir mener Cœur à Toi ?
Elle s'est levée, a voulu aller prier, chose que je ne puis lui refuser malgré son état. Aussi l'ai-je guidée, soutenue, jusqu'à la Cathédrale. Elle paraissait être un spectre blanc, contre moi si vivante... Je crois que nous avons fait fuir les rares passants à cette heure tardive. Il y en eut un toutefois, pour assister au triste spectacle que nous avons pu donner. Un homme de Lumière, la servant par les armes à en juger son allure. Je n'ai fait que peu de cas de sa présence au devant de la Cathédrale - je crois bien qu'il sermonnait une gamine -, trop absorbée que j'étais par ma tâche. Ces marches, ces quelques marches à franchir avant d'en être libérée...
Ce fut là trop rude ascension, malgré mes efforts, ceux de Cœur. Elle s'est effondrée, alors que nous étions presque en haut, si près... Oh, je n'ose imaginer, si je n'avais trouvé la force de la retenir encore... Je l'ai allongée là, au devant de Sa demeure, me résignant à demander de l'aide. C'est ce paladin qui est venu, s'enquérant de l'état de Cœur. Je lui ai simplement dit qu'elle était malade, et que c'était de repos dont elle avait besoin, que nous avions une chambre à l'auberge.
Puisses-tu me pardonner de n'avoir pu t'y porter moi-même, Cœur. Je sais ô combien tu n'aimes pas qu'un homme te touche, et j'ai empêché celui-ci de le faire plus qu'il ne lui était nécessaire. Je crains en revanche de ne l'avoir assez remercié, alors qu'il nous a laissées toutes deux sans poser plus de questions.

Cœur s'est éveillée finalement. J'ai du lui raconter ce qui s'était passé. Elle s'en veut bien sûr, autant que moi de ma propre faiblesse. Aussi... lui ai-je proposé, une nouvelle fois. Je regrette d'avoir eu à insister autant, mais son état se dégrade trop pour qu'il en soit autrement. Elle a cédé, a promis que si demain la Dame Elfe n'était pas revenue, elle me laisserait faire.

Demain... Demain je m'offrirai à Cœur, de toute mon Âme."
avatar
Maryande

Personnages Joués : Posée

Feuille de personnage
Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Maryande le Mer 25 Aoû 2010, 23:26

"Qu'ai-je donc fait ?! Ô Sainte Lumière, pardonne-moi. Elle te soufflera dans ses prières qu'elle est seule fautive mais ce n'est pas vrai, c'est moi qu'il faut blâmer, pas elle. Elle a assez souffert, et souffre encore davantage, par ma faute. Ma faute...
Je voudrais tant oublier, et je sais que cela arrivera sans doute si je me contente d'attendre, comme à chaque fois. Mais il ne faut pas, je ne dois pas. Ce serait si simple, mais je me dois d'endurer ma faute. Ne serait-ce que pour ne pas commettre la même erreur une nouvelle fois.
Aussi vais-je coucher par écrit ce qu'il s'est passé, pour m'en imprégner, m'en marquer... Que cela reste gravé dans cette mémoire défaillante.

La nuit dernière a été particulièrement éprouvante pour Cœur, je n'ai pu qu'assister impuissante à ses cauchemars et lui offrir tout mon soutien lors de ses rares moments de lucidité. Elle s'est mordue, jusqu'au sang, ses lèvres, sa langue, et mes doigts, que je lui ai offerts sans regrets pour qu'elle cesse. Elle s'est levée à de multiples reprises, et je me suis vue contrainte de l'empêcher de quitter la chambre dans son état. Et les paroles qu'elle a prononcées durant ce sommeil ô combien agité n'ont eu que trop peu de sens à mes oreilles pour me rester en tête, aussi ne saurais-je les retranscrire ici.

Elle s'est éveillée assez tôt, trop pour que je puisse remettre la chambre en ordre. Je n'ai eu que le temps de nettoyer le sang à ses lèvres, elle en avait encore sur ses mains... Je lui ai caché les miennes, à défaut de pouvoir lui masquer le triste spectacle qu'offrait notre chambrée. Il n'en a pas fallu plus pour qu'elle souhaite nettoyer le bazar qu'elle se doutait bien avoir mis... Elle n'a pas voulu me laisser le faire seule, bien sûr, aussi nous sommes-nous partagées les tâches, elle s'occupant de changer les draps pendant que j'effaçais les traces aux sols et aux murs.

Nous en avions presque terminé quand on est venu frapper à notre porte. La Dame Elfe, venue livrer le wyrmelin, comme promis. Son arrivée n'a manqué de me rappeler la promesse que Cœur m'avait faite de me laisser lui faire don de mon essence propre. Comment ai-je pu souhaiter qu'elle ne soit pas venue ? C'est l'égoïsme dont j'ai pu faire preuve qui est la cause de ce qu'a subi Cœur...
De fait, le petit animal autour du poignet, Cœur ne savait pas comment procéder à la "ponction", comme dit Dame Nolme, pour prélever l'énergie dont son corps a besoin. Aussi ai-je été chargée de le faire pour elle, la manipulation de la manne faisant partie des choses que l'on m'a enseignées sur les Arts Magiques. J'ai été emplie de joie à m'entendre dire qu'il faudrait que je 'nourrisse' Cœur ainsi jusqu'à ce qu'elle apprenne à le faire d'elle-même. Je... ne sais plus qu'en penser maintenant. Je crains de lui faire davantage de mal.

Ce sont là les mots les plus durs à coucher sur papier, ce qui s'est produit alors que je mettais tout mon cœur à l'ouvrage... Et ce n'est pas peu dire que de le formuler ainsi. Ma main au poignet de Cœur, enserrant le wyrm, je me suis concentrée afin de transférer les flux magiques de l'animal vers ma sœur. Je ne sais que trop bien ce que j'ai fait, tandis que les flux passaient par mes veines... J'y ai mis du mien, de ma propre énergie, à petites touches. Je ne puis le nier, j'ai eu la prétention de croire que je pourrais être le remède au mal qui ronge Cœur. J'avais été prévenue pourtant, que ce pourrait être un mal plus grand encore.

Comment décrire ce qui est arrivé ensuite ? Rien n'aurait pu nous y préparer... Cœur s'est sentie bien un instant, et s'est levée. Et puis... Elle est devenue comme... un ange de Lumière, s'est mise à pleurer du sang... C'était... tellement beau, et effrayant à la fois. J'ai eu davantage peur, peur de Cœur, peur pour elle... Oh, comme je m'en veux pour cela aussi. Je... Je crois lui avoir crié d'arrêter, je l'ai serrée contre moi, dans mes bras, et elle s'y est effondrée. Je l'ai ramenée sur le lit, priant pour qu'elle se réveille. Ce que la Dame Elfe a fait tout ce temps, je n'en ai pas la moindre idée, toute absorbée que j'étais par l'état de Cœur.

Elle n'a pas tardé à émerger, j'en ai été ô combien soulagée, d'autant qu'elle paraissait se porter bien, à sa mine et selon ses dires. Mais le soulagement a été de courte durée, quand elle a ajouté... qu'elle ne voyait plus. Aveugle. J'en aurais hurlé, si seulement elle en avait fait autant. Cœur, elle... est restée si calme, comme résignée déjà avant même d'avoir ouvert les yeux. J'aurais voulu crier, oui, et courir, longtemps. Mais il était hors de question que je me détache de Cœur en cet instant. J'ai pleuré je crois, j'ai voulu lui dire, que c'était entièrement de ma faute. Je ne sais plus ce que j'ai dit vraiment.

C'est Dame Nolme qui m'a fait revenir à la dure réalité, à vouloir savoir ce qui s'était passé. Elle souhaitait que je répète l'opération sur elle, exactement comme je l'avais fait pour Cœur. Je me suis exécutée - ou du moins ai-je essayé - sans trop rien dire, me surprenant à trembler. Je ne suis arrivée à rien bien sûr, que ce soit du fait de l'émotion, ou de la peur de refaire du mal à quelqu'un... Elle a dit qu'il faudrait réessayer.

J'ai peur. Pardonne-moi, Cœur, de me montrer si faible alors que je m'étais promis d'être forte, alors que toi tu l'es malgré tout ce que tu as à endurer. Puisque par ma faute tu ne vois plus, laisse-moi être tes yeux, regarde à travers moi et dis moi ce que tu veux voir. Quoi que cela puisse être, j'irai le trouver pour toi.

Je te ferai voir, oui, je te ferai voir."
avatar
Maryande

Personnages Joués : Posée

Feuille de personnage
Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des mains pâles cernées de Flammes [Tienebra]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum