Tzyah, le visage des Sables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tzyah, le visage des Sables

Message  Nelapsi/Tsalyr le Jeu 03 Fév 2011, 03:04

Onze heure sonne a l'horloge de la Cathédrale. La place d'Hurlevent est éclairée de torche et de feux divers. La foule grouille, la musique raisonne. L'air regorge d'odeurs diverses, allant des épices a l'urine, y mêlant les odeurs de gâteaux chauds a celles des corps en mouvement.

Au milieu de tout cela, une grande estrade était dressée, entourée de tentures pourpres. Des musiciens se tenaient au fond, jouant avec ardeur, tendis que des saltimbanque effectuaient leurs tours. Jonglerie, contorsion, cracheurs de feu... Il y avait de tout. La foule applaudissait et retenait son souffle tour a tour, tendis que les malins masqués glissaient entre les badauds pour les délester de leurs bourses trop lourdes.

La fête battait son plein, quand la musique perdit en volume, et un homme richement vêtu s'avança sur la scène. Les artiste disparurent discrètement, lui laissant l'endroit en entier. Il se tenait droit, sa cape noire bordée d'or posée sur son épaule gauche. D'un geste large, il la laissa tomber a terre, révélant entièrement son costume bouffant, des mêmes couleurs que la cape. Le masque noir qui couvrait ses yeux ne cachait en rien son regard pétillant de malice, et ses lèvres s'étirèrent en un fin sourire.

Il leva un bras, réclamant le silence qui aussitôt s'imposa, et commença a déclamer d'une voix a la fois puissant et mélodieuse.

« Mesdames! Mesdemoiselles, messieurs.... Prêtez-moi une oreille... Et ouvre grands les yeux! Car, devant vous, ce soir... Va se dévoiler... une image... de rêve! Une image... de mystère! »


Il sourit encore plus, appréciant pleinement le frisson qui parcours la foule, avant de reprendre.

« Ma caravane a longtemps voyagé... a traversé milles contrées, milles paysages... Nous avons vu des monts et des merveilles que personne n'aurait jamais su imaginer. Mais rien, rien, mesdames et messieurs, rien n'aurait pu nous prédire ce que nous allions trouver, en arrivant sur le sable chaud du désert de Tanaris. Car c'est là, messieurs dames, c'est là qu'est apparut a nos yeux las et a nos esprits fatigués, une vision... de pure enchantement... Au détour d'une taverne, entravée, trainant derrière elle la chaine qui la retenait au mur, l'empêchant de sortir de l'établissement... Elle a commencé a danser. La grâce habitait chacun de ses mouvement, et son visage, bien que figé par la tristesse de son sort, semblait abriter toute la beauté du monde. Vêtu de chiffons qui ne cachaient vraiment que le minimum, elle se mit... a danser... »

Il laissa le silence s'installer, parcourant des yeux la foule passionnée par son récit, puis sourit.

« Mais que valent les mots, face aux actes?.... Regardez, et admirez... Tzyah, le visage des sables! »

Il releva d'un geste ample sa cape, disparaissant dessous. Quand la cape toucha le sol, une explosion retentit, et la foule poussa un « Ooooooh! »

Sur la scène, au milieux des nuages de poussière, apparut la belle. C'était une femme jeune, donc la peau mate et les cheveux sable rappelaient les désert de Tanaris. Ses yeux d'un bleu limpide semblaient être deux oasis vibrantes. A son cou pendait un pendentif en forme de scarabée tenant dans ses pattes un sablier.
Son corps a peine était caché par les voiles pourpres de ses vêtements, la poitrine emprisonnée dans un corsage doré. Elle leva lentement les mains au dessus de sa tête, baignant la foule de son regard turquoise. Puis la musique commença, et la belle se mit en mouvement.

Dans la foule, plus un bruit, plus un mouvement. Tous regardait la scène. Tzyah dansait, ondulant de son bassin en faisant tinter les clochettes accrochées a sa ceinture. Lançant ses jambes, son corps suivait a la perfection la moindre oscillation. Ses gestes étaient gracieux et précis, entrainant ainsi la belle dans une danse enivrante et hypnotisante. Puis la musique cessa, et la belle s'inclina. L'écho des notes resta un moment en suspend, puis la foule se mis a applaudir comme jamais, lui jetant des pièces et des fleurs, criant « Encore! Encore! ».

Sans un mot, Tzyah se releva. L'homme en costume arriva et lui pris la main, la levant haut pour l'inviter a s'incliner a nouveau. Elle s'exécuta, avant de ramasser la cape qui était encore au sol. Dans un tourbillon, elle passa sous la cape et disparut. L'homme en costume rattrapa le morceau de tissus au vol et se le remis sur l'épaule. Il souriant fièrement.

« Et maintenant, le spectacle continue.... »


---------------------------------------------------

La porte de la roulotte s'ouvrit. Vêtue d'une robe de chambre gris-perle, Tzyah entra et referma derrière elle. Elle promena son regard sur l'intérieur de ce qui était pour ainsi dire sa demeure. La vieille roulotte était pleine a craquer. Partout, des bouquet de fleurs, frais, séchés ou bien fanés. Les murs a la peinture écaillée étaient recouverts de tenture pourpres, et une vieille armoire branlante dans le fond vomissait des tonnes de tissus, de costumes, de vêtements et d'autres accessoires, tous plus riches et brillants les uns que les autres. Dans un coin, un petit lit recouverts d'épaisse couverture, et a deux pas en face, sur l'autre mur, une coiffeuse. Le miroir était recouvert d'un tissus bleu nuit. Sur la coiffeuse, une brosse, une panière a bijoux débordante, et quelque crayons a maquillage. Et sur l'autre extrémité, une boite a musique, visiblement ancienne. Le couvercle de la boite portait le même symbole que le pendentif, un scarabée tenant un sablier entre ses pattes.

Tzyah soupira et s'approcha de la coiffeuse. D'une main elle retira le tissus du miroir, avant de s'assoir sur le petit tabouret juste devant. Elle passa une main dans ses longs cheveux couleur sable et regarde son reflet. Un reflet... qui n'avait pas de visage.
La boite a musique s'enclencha alors toute seule. La mélopée s'en échappa, seul son dans la vieille roulotte. Distraitement, passant une main sur son visage qui se reflétait informe dans la glace, Tzyah fredonna l'air en cadence. Elle attrapa un crayon noir et se traça un trait a la racine des cils, avec application bien qu'a l'aveuglette.

Une voix masculine retentit dans la roulote.

« Belle représentation, ma beauté... Encore une. »

Tzyah ne bougea pas d'un pouce. Elle continuait de fredonner doucement en cadence avec la boite a musique. Dans le miroir au-dessus d'elle, un ombre apparut.

« Tu as été magnifique, comme toujours... Tu utilise a la perfection ce que je t'ai offert. »

La belle soupira, et leva enfin les yeux vers lui. Dans le reflet, son visage informe frémis simplement.

« Ce que tu m'as offert? Si tu me l'avais offert, je n'aurais rien a payer en retour.... »

L'ombre rit.

« Allons, voyons... Tu recommence? Veux-tu que je reprenne tout ce que je t'ai donné? »
Regardant son reflet sans visage, Tzyah soupira a nouveau.

« Ce que j'avais a la base me suffisait peut être, finalement... »


La voix sembla s'énerver légèrement.

« Tu était belle, Tzyah. Belle, mais esclave. Tu aurais voulu que je te laisse a ta chaine, a voir défiler sur ton corps si précieux tous ces ivrognes infâmes? Et tu voulais savoir apparaitre et disparaitre a ta guise. Tu voulais être une ombre sur le sable de Tanaris. N'est-ce pas ce que je t'ai donné? Et voilà comment tu me remercie?!»

Tzyah posa ses yeux sur la boite a musique qui continuait de jouer sa mélodie lancinante. Elle leva la main dans un geste pour l'envoyer loin, mais en sembla incapable. Elle laissa échapper un grondement rageur, tendis que sa main retombait sur la coiffeuse. Elle pris une profonde inspiration, et reporta ses yeux sur son reflet.

« Pardonne moi. Tu as été bon avec moi, je n'ai pas à être si capricieuse. Je veillerai a t'apporter ce que tu me demande. »

Un ricanement se fit entendre. Tzyah resta impassible.

« Tu n'oublieras pas de me rendre mon visage... »
« Un contrat est un contrat. Tu retrouvera ton visage quand j'aurais ce que je demande... »

La voix disparut. La boite a musique se tût. D'un geste las, la belle des sables se leva, recouvrit le miroir, puis souffla sa bougie.

Dehors, la foule s'était éparpillée, la fête était terminée. Le spectacle avait été magnifique, surtout celui de la danseuse... Mais... A quoi elle ressemblait déjà?

Car, parmi tous ceux qui avait été subjugué par les mouvements de Tzyah, aucun ne se souvenait de son visage.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum