Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Mer 23 Mar 2011, 10:14

Peur du Noir.


La flamme oscillait au rythme de courants d'air invisibles, fine et fragile, rassurante, seule lueur au coeur de l'obscurité, dernier rempart contre les ténèbres et contre ce qui y rampe et murmure...

Chaque nuit, c'était le même rituel. Chaque nuit, elle allumait une bougie dans un léger craquement et s'allongeait. Elle fixait alors cet ilot de lumière jusqu'à ce que le sommeil l'emporte vers des lieux plus cléments.
Parfois, elle se réveillait au milieu de la nuit, la bougie éteinte et les ténèbres omniprésents. Alors, l'angoisse la prenait, l'étouffant et la paralysant. elle se recroquevillait, hantée par des images et des bruits imaginaires que l'obscurité lui livraient. Elle voulait hurler, mais aucun son ne sortait de sa gorge. Alors pour lutter contre cette terreur qui l'envahissait et rongeait lentement sa raison, elle se mordait le bras au sang. La douleur et le gout cuivré du sang lui rappelaient alors qu'elle était en vie, la calmant, lentement, jusqu'à ce que l'angoisse la prenne à nouveau et lui rappelle ces événements passés encore.

Moÿra se souvenait du visage de son père, il lui souriait. Il disait toujours que le sourire effaçait les peines et les peurs. Mais elle sentait que cette fois il se forçait et ne croyait pas à ses propres paroles, et cela angoissait la jeune elfe. Son père lui murmurait qu'elle ne devait pas s'inquiéter et que tout se passerait bien. Il tentait d'accaparer son attention, mais les bruits de combat et les cris dans brume d'or se rapprochaient inexorablement. Il murmurait encore alors qu'il refermait la porte du réduit où Moÿra serait cachée. Alors que le dernier raie de lumière disparaissait, des larmes perlaient sur le visage de la jeune elfe et elle se remémorait le dernier conseil de son père :"rester silencieuse quoiqu'il arriverait..."
Comme une tempête, les combats, les cris et les hurlements déferlèrent aux portes de l'échoppe des Aubechants. Dans cette tourmente sonore, Moÿra tentait de se raccrocher à la voix de son père mais, vint un moment où elle ne l'entendit plus... Peu à peu le tumulte fit place à un silence de tombe, mais il fallut un moment pour que la jeune elfe réunisse suffisamment de courage pour tenter d'ouvrir la porte du réduit...la porte qu'elle trouva bloquée.
Bloquée !! Moÿra tenta de bander ses muscles pour faire bouger la porte mais rien n'y faisait, de plus l'exiguïté du réduit l'empêchait de bouger correctement. La panique commença à s'insinuer au fur et à mesure où toutes ses tentatives se soldaient par un échec. Une impression d'étouffer la prenait à la gorge et au bout d'un moment elle n'en pouvait plus; Elle appelait à l'aide de toutes ses forces. Mais à ses hurlements de panique, seul le silence répondait...

J'ouvre les yeux, mais je suis aveugle. Ou suis je ? suis je morte ? Est ce que je dors ? Je ne distingue rien...Je souffre le martyr, chacun de mes muscles se vrille sous les crampes... j'essaie de trouver une position plus confortable mais je n'y parviens pas... J'ai soif, je souffre... Les battements de mon cœur résonnent dans mes tempes, je vis...L'obscurité est la souffrance qui s'insinue en moi.. je souffre mais je vis... Le temps n'est plus rythmé que par ces vagues de douleur... Je vais mourir.

J'entend des sons, des reniflements et de faibles grattements. Je tend l'oreille, mais je ne perçois que le silence. Puis les grattements recommencent. Il me semble entendre des chuintements... Je retiens ma respiration et écoute, mais seul le silence me répond. La terreur me reprend, je deviens folle...

Le soleil pointait à l'horizon et sa lumière inondait la chambre de Moÿra. La jeune femme ouvrait les yeux et savourait la chaleur d'un rayon sur son visage. Elle souriait, une nouvelle nuit s'était écoulée.


Dernière édition par Moÿra Aubechant le Mer 23 Mar 2011, 10:16, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Mer 23 Mar 2011, 10:16

Passé

Extraits du journal de Moÿra


Je me souviens... Lorsque le fléau a assombrit nos terres et éteint la douce lumière du puit de Soleil...Je me souviens de ces jours. Je me souviens de la patrouille de Perigrins qui me retrouva par un des plus heureux hasards que ma vie ai connu. La jeune fille qu'il découvrirent alors, avait passée plusieurs jours et nuits bloquée dans un réduit et se trouvait dans un état plus proche de la folie et de la mort que de la vie et du sens commun.
Je me souviens que j'avais abandonné tout espoir lorsqu'ils m'avaient découverte et lorsque la lumière avait touché mon visage à nouveau, je croyais encore halluciner.Les jours qui suivirent furent une lente résurrection et alors que ma conscience m'appartenait à nouveau, je découvrais les ravages que le fléau avait laissé dans ma vie et celle de mon peuple. Lorsque les prêtres jugèrent que je pourrais réintégrer la société, le prince avait déjà fourni aux nôtres l'apprentissage de la ponction de mana, et la régence en place avait réorganisé un semblant d'administration.
J'appris que ma famille avait laissée derrière elle un pécule important à ma disposition, mais c'était là tout ce qu'il me restait d'eux et de la boutique que tenait mon père à Brume d'or, et j'hésiterais longtemps avant de l'utiliser...


La magie et le savoir ésotérique.. C'est à cause de mon état nerveux et de ma peur de dormir que je les découvrais. Chaque nuit où je ne pouvais dormir, je m'occupais l'esprit par la lecture de ces connaissances. J'obtenais alors des bases solides à mon sens, et pensais avoir les capacités pour devenir une mage compétente et peut être même une magistère. Quel espoir absurde... Aujourd'hui je me demande si je ne me raccrochais pas à ce rêve pour oublier les malheurs qui m'accablaient et revaloriser la vision que j'avais de moi même. Dans cet apprentissage, je dilapidais toute la fortune que ma famille avait mise de coté... J'effectuais un cursus moyen à l'académie, ne me démarquant ni par de bons résultats, ni par de mauvais.. et fatalement j'échouais, ignorant alors qu'un tel examen ne se jouait pas seulement sur les résultats mais sur de nombreux autres facteurs sur lesquels une simple apprenti et orpheline ne pouvait influer.
Mon échec me brisait et m'aurait jetée à la rue si, par ce qu'il m'avait semblé être un hasard à l'époque, je n'avais pas attiré l'attention d'un ancien enseignant proche de l'académie. Il se présentait comme le patriarche d'une maison noble mineure, la maison Lys'lheim. Il avait perdu sa femme et ses deux filles dans une tragédie dont il évitait toujours de parler et souhaitait apporter son soutien à une nouvelle tentative d'incorporation au sein du magistarium de ma part. En échange, il souhaitait que je reste au service de sa maison et que je gère une partie des ressources de celle-ci en plus de mes possibles devoirs en tant que magistère....
J'imaginais ce vieil elfe comme un généreux donateur, mais j'étais bien loin d'imaginer ce qui m'attendait plus tard. En acceptant, je scellais mon destin à sa famille, pour le meilleur et pour le pire; Et je n'imaginais pas le pire à l'époque.

Comment décrire la soif des arcanes ? Pour les autres races, ils interprètent notre dépendance comme celle d'une drogue, mais ils n'ont pas idée à quelle point ils sont loin de la vérité. Pour les Quel'dorei, la magie est une partie de nous, tout comme le sang s'écoule en toute créature, mon peuple est lié à la magie depuis plusieurs millénaires. Avec la disparition du puit de soleil, ce fut comme si on nous avait ôté le souffle, ou pris une partie de nous-même... C'est Un peu comme un artisan ayant perdu une main, il peut continuer son travail mais ce ne sera jamais pareil et il sera éternellement emprunt d'amertume du souvenir de l'époque où il était entier.
Contrairement à ce que croient les autres races, mon peuple est fort et déterminé, prêt à tout pour retrouver ce qui lui a été volé...et alors qu'aujourd'hui Le puit de Soleil diffuse sa douce lumière à nouveau, les Sin'dorei savent que tous les sacrifices qui ont été fait étaient nécessaires pour leur survie, notre survie.
Le génie est un talent...inné. Le prince déchu Kael'thas HautSoleil était un génie dans le maniement des arcanes, tout comme l'archimage Kargath ou bien la reine Azshara. Moi, je ne l'ai jamais été, et mon maitre s'en est vite rendu compte. Cependant je n'ai jamais renoncé au maniement des flammes ou de l'arcane et, pour soutenir la pression de mon tuteur, je décidais d'emprunter une voie plus accidentée...La gangremagie permet de compenser la faiblesse d'un mage dans le maniement des arcanes, plus simple, plus puissante, mais aussi plus dangereuse car elle affecte l'utilisateur physiquement ou mentalement.
Avec le peu de progrès dont je faisais expression et devant la colère sourde de Gorm je décidais d'étudier discrètement cette magie et comme je dormais toujours très peu la nuit, j'avais le temps d'en comprendre quelques principes. Ainsi, ma maitrise des flammes se faisait plus chaotique mais à la fois plus puissante et mon tuteur semblait un peu plus apaisé par mes progrès, même si il me reprochait mon manque de contrôle désormais.

Lige-arcane.. un mot qui ne doit pas évoquer grand chose à la plupart des gens. Quant aux arcanistes à qui cela peut évoquer quelque chose, on peut voir passer dans leur regard un éclair de dégout ou d'horreur et ils en nieront l'existence. Son origine date de la période où le prince Kael'thas nous fit parvenir le principe de la ponction de mana. Certains nobles sans scrupules et fortement affectés par la soif de mana ne se privaient pas pour voler la mana de certains de leurs serviteurs ou apprentis et, pour éviter que leur méfait ne soit connu, ils s'assuraient que leur lige soit contraint à l'obéissance par des enchantements ou des glyphes. Il y eu des remous dans les hautes sphères plusieurs fois, mais au final les responsables étaient rarement punis publiquement pour éviter l'ire du peuple envers la noblesse. Peu à peu ce procédé ignoble disparut au profit du commerce de mana pure et aujourd'hui avec le rétablissement du puit de Soleil, un tel acte parait inconcevable...
Avec le recul, je sais que mon maitre me manipulait, qu'il avait abusé de ma compassion pour se servir de moi et que ses enseignements avaient le même objectif que lorsqu'un fermier gave une de ses volailles... il m'arrive encore de maudire ma naïveté à cette époque, et je comprend les raisons qui l'avaient poussé àchoisir une Sin'dorei fragile mentalement et à la recherche de moyens pour se valoriser. Ces raisons, je les comprends, mais elles me dégoutent..

Peut on vivre sans espoir et sans but ? Je ne pense pas. Je me souviens des jours d'exil à Shattrath. Pour éviter que l'histoire d'un noble se nourrissant de ses serviteurs ne choque une population déjà malmenée on m'avait donné un petit emploi de scribe à la bibliothèque des Clairvoyants. J'étais libre certes, mais chaque jour ou j'observais mon reflet dans un miroir je voyais ce que ma naïveté m'avait couté. J'avais presque l'apparence d'une morte.. je perdais mes cheveux... ma silhouette me faisait honte au point que je ne porte que des robes amples et il y avait cette soif et cette fatigue...jamais elles ne me quittaient toutes deux. Je vivotais quelques temps ainsi, toujours avec mes livres comme seuls compagnons, refusant de nouer tout lien avec d'autres personnes de peur d'être a nouveau trompée. Je me souviens, j'observais parfois les autres avec envie... me maudissant sur mon sort...

Et puis, un matin je ne supportais plus ce que le miroir me renvoyait.

J'hésitais longtemps à m'ôter la vie et, dans un sursaut d'orgueil peut être, décidait de tenter à nouveau de trouver la place qui m'était due dans ce monde. Il devait bien y en avoir une... Il y avait cette académie en Kalimdor, elle formait des mercenaires certes, mais leurs talents étaient reconnus et il était pour moi hors de question de chercher en Quel'thalas car j'y avais trop de souvenirs douloureux..


Dernière édition par Moÿra Aubechant le Mer 23 Mar 2011, 13:46, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Mer 23 Mar 2011, 10:17

L'Académie Maestria


Extraits du journal de Moÿra - Vol I


De mes premiers jours à l'académie, je me souviens surtout des entrainements. Chaque jour, dés l'aube, les élèves de l'académie sont soumis à un entrainement physique drastique. Autant dire que ma forme physique à l'époque me dispensait de la plupart des activités. Courir et suivre une partie des entrainements étaient déjà une réussite en soi. Cependant, les instructeurs me poussaient quand même à me surpasser, ce à quoi je ne rechignais pas. On me donnait une chance, et je devais la saisir pour pouvoir me regarder dans un miroir à nouveau. Je me souviens d'une anecdote amusante, ou on me forçait à manger pour reprendre de la masse musculaire. Ces jours sont bien loin maintenant, mais je m'en souviens comme les premiers obstacles de cette nouvelle vie que je voulais me forger. C'était difficile et éprouvant, mais tout être possède des facultés d'adaptation et nous changeons tous d'une façon ou d'une autre. Aujourd'hui ces entrainements sont fatigants, mais ils sont désormais loin d'être les remparts comme je les percevais à l'époque.
Peut on juger d'un individu dés le premier regard ? La réponse que ma conscience me chuchote est non. Pourtant, il est parfois indispensable de savoir juger une personne dés la première rencontre. Ce genre de jugement est toujours subjectif, mais pourtant son but est de tendre vers la vérité car sur l'instant il est nécessaire de s'en approcher.
Je me souviens que Marà Isilien, la dirigeante de l'académie, avait jugée que j'avais peut être l'étoffe pour devenir Maestria plus tard. Comment d'un seul regard pouvait elle avoir fait ce choix ? Si je réfléchis objectivement, elle n'aurait pas due accepter la Sin'dorei rachitique et peureuse que j'étais alors. Etait ce de la pitié ou de la compassion ? Avait elle pu lire ma volonté de plier le destin ? A moins qu'elle ne se soit basée sur des expériences que son passé ai connu ? Je ne le saurais peut être jamais...

A l'inverse, d'un seul regard on m'avait condamnée...Je me souviens de l'expression de l'un des académiciens, Phergon, lorsqu'il avait découvert que j'utilisais de la gangremagie pour renforcer mes sortilèges. Il avait tout fait pour que je ne suive plus les enseignements des Arcanistes... et finalement je m'y étais pliée.
Aujourd'hui je doute qu'il puisse mesurer l'impact que son jugement a eu sur moi...Il n'a jamais été bien malin, mais la justice est ainsi, non ? Absente de tout raisonnement ou émotion, elle tranche dans nos vies sans jamais prendre tous les paramètres en compte.. Toujours subjective, jamais objective..

Il est tard ou tôt, je ne sais pas, mais je ne trouve toujours pas le sommeil. Mon corps réclame ce repos réparateur, mais mon esprit s'y refuse, terrifié à l'idée de retourner là-bas, à Brume d'Or... Aussi pour me changer les idées j'écris, mais rien ne me vient en tête au moment où je couche ces mots à la lueur de la chandelle.
Tout le monde est endormis dans les baraquements, Anythia semble s'agiter dans le lit superposé du dessus et les ronflements sonores de Cheleyne emplissent la pièce. Je souris et regarde en direction des autres lits occupés, et tous se reposent plus ou moins bruyamment de la dernière mission. Curieusement, cette situation me rends sereine, j'ai l'impression de ne pas être seule comme chaque nuit, seule avec moi même. Quand bien même certains me regardent bizarrement depuis qu'ils savent que j'utilise de la Gangremagie, la majorité semble m'accepter comme je suis... Est ce simplement par ignorance ? Je ne sais pas et je n'ai pas vraiment envie de le savoir...C'est très bien comme cela, je voudrais que cette situation dure le plus longtemps possible.
Je regarde la chandelle, il reste quelques heures avant l'aube... Je vais méditer un peu, cela me reposera peut être.

Pourquoi ? Pourquoi regarde-t-il d'une façon aussi condescendante ce qui a sauvé notre peuple de l'extinction et du chaos ? Phergon a encore appuyé sur le fait que je ne devrais pas suivre de cours d'Arcane car j'ai touché aux arcanes gangrénés. Il me dit corrompu, comme si j'étais capable des actes les plus sordides telle une de ces monstruosités du fléau ardent ! Et Marà va dans son sens, elle désire me trouver un enseignant adapté à cette magie sous peine de me renvoyer ! Ils ne comprennent pas que j'étais obligée !
Mais quand bien même, ils sont tous hypocrites ! Depuis que le puit de soleil rayonne de nouveau il est si simple de pointer du doigt ce qui nous a sauvé de la folie et de la soif...
Une fois guéri, dire que le médicament était un poison mortel est un non-sens ! La majorité des antidotes sont issus des poisons eux mêmes, et j'ai rarement vu une personne empoisonnée se plaindre de ce qui l'a sauvé...ce sont tous des hypocrites..

Je l'ai vu aujourd'hui, ma nouvelle enseignante...Elle ne m'inspire pas vraiment confiance, mais ai je le choix ? La première chose qui m'a frappée, c'est son regard pourpre, plein de cette énergie issue des ombres. Elle se dit néanthomancienne, maniant les énergies issues du Néant et l'entité obscure qui l'accompagne parfois et la recouvre tel un amant protecteur renforce ses dires. Elle m'effraye, comment Marà peut elle me confier à cette personne ? Non, je ne dois pas me poser de questions, je ne veux pas me retrouver seule encore.. Il suffira juste de suivre ses instructions, ca ne sera pas bien dur, j'ai l'habitude de me plier... et puis, après tout elle est payée pour m'enseigner à contrôler la Gangremagie rien de plus.
[...]
Aujourd'hui, Lyness m'a proposé de suivre une autre voie...peut être que mes compétences ne la satisfont pas, ce qui ne serait guère étonnant. Elle semble consciente de mes peurs de l'obscurité et elle m'assure que si je suis ses instructions, je saurais maitriser cette peur et faire de ces ténèbres que je crains tellement un allié. Elle m'a expliqué que le processus serait peut être douloureux et traumatisant, mais qu'en plus de me libérer de mes peurs il me permettrait certainement de voir l'ombre différemment. Je ne sais pas quoi penser, je m'éloigne tellement de ce que je connais...
L'aube se lève et je n'ai pas encore fermé l'œil de la nuit, les exercices me pèsent de plus en plus.
[...]
Je l'ai fait...Mais qu'ai je fait ?
Ce matin en observant mon regard dans le miroir, j'y vois une aberration au regard pourpre. Phergon avait peut être raison sur mon cas... Mon corps est saturé de ces énergies, que je contrôle à peine. D'un geste je peux teinter d'énergie du néant les flammes que j'utilise, avec un peu de concentration je peux rassembler les ombres environnantes et utiliser l'énergie en moi pour en créer une sphère d'obscurité dévorant toute chose, je m'effraie moi même... Lyness n'avait pas menti... mais qu'avais je fait ?

Lyness et moi avons eu de longues conversations sur les origines des énergies du néant distordu. Ce royaume de pur Chaos est la source de nombreuses magies liées à l'ombre et la Gangremagie. Elle prétend que de nombreuses créatures y vivent, y disparaissent et y sont engendrées. La nature de ce chaos est tel que lorsque nous le touchons, et tirons une partie de son énergie, il se produit une réaction inverse au sein du Néant distordu et notre geste a une conséquence sur cette dimension. J'avoue avoir moi même quelques difficultés à saisir ce concept... Une dimension chaotique ou le simple fait d'y pénétrer ou de l'effleurer peut avoir des conséquences au sein de la dite dimension. Une sorte d'effet boule de neige répété à l'infini, pas étonnant que tout esprit mortel y pénétrant se perde et n'y trouve que la folie.
[...]
Lyness m'estime capable de convoquer un des esprits du néant distordu et de le soumettre à ma volonté. Non, de m'y lier.. Lorsque j'aborde le fait qu'il y a une vaste différence entre se lier à une créature du chaos et le fait de la contrôler via des sortilèges, elle se permet de me rappeler sa vision du grand tout: Chaque chose a sa place... l'ombre est là pour sublimer la lumière et, la lumière là pour pointer la noirceur de l'ombre. Et qu'au fond peu importait notre place, dans l'obscurité ou la lumière, l'important était d'être là ou il fallait. Ainsi, me lier à cette entité ou la contrôler n'aurait guère de différence, mais que si je désirais en apprendre plus sur ces créatures et leurs pouvoirs il faudrait me lier à l'une d'elle.
A l'instant où je couche ces mots alors que tous dorment, je ne peux m'empêcher de me demander si je n'ai pas enfin trouvé ma place dans le grand tout comme dit si bien Lyness... Je donnerais ma réponse demain, je dois continuer à avancer.
[...]
Ce soir je ne suis pas seule...L'angoisse et le doute m'étreignent alors que je couche ces mots. Je sens sa présence dans un recoin de mon esprit, tapit, patient, guettant et attendant quelques chose de moi. Mais qu'attend il de moi ? Il m'a donné son nom, a moins que je ne lui ai donné ? Tulkath, l'ombre qui m'habite... A mesure que ma peur d'avoir fait une erreur se renforce, je crois imaginer une certaine satisfaction de sa part. Non ! Je dois me maitriser ! Comme me l'a dit Lyness, mon esprit est lié à cette créature du néant et c'est mon esprit qui la façonne, elles ne sont que vide sinon. Mais l'angoisse ne me quitte pas... et si mes anciennes peurs avaient une quelconque influence sur cette ombre ? Je devrais en parler à Lyness demain.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Ven 25 Mar 2011, 14:02

L'Académie Maestria


Extraits du journal de Moÿra - Vol II


Trahie Manipulée Abandonnée ! J'écris ces mots sous le coup des émotions alors que cela fait presque une semaine que je suis sans nouvelles de ma tutrice. Lyness a disparue du jour au lendemain, me laissant seule avec cette entité et cette énergie que je peine à contenir. Le doute m'envahit lorsque j'émets l'éventualité qu'elle ai tout prémédité...non il ne faut pas que je doute, cela le renforce...Il est simplement arrivé quelques chose de grave à mon enseignante et elle reviendra, je dois le croire. J'ai commencé a chercher des réponses dans les ouvrages et les objets ésotériques qu'elle a laissé à l'académie, mais je peine de plus en plus à garder le contrôle de mes émotions et de l'énergie qui m'habite. Seule la méditation arrive encore à m'accorder du repos mais même alors j'ai la sensation que l'entité ronge petit à petit mon esprit. Non, cette idée est une illusion, je dois garder espoir.
[...]
Mon contrôle se fait de plus en plus erratique. Je ne sais pas si j'en suis responsable ou si c'est l'œuvre de Tulkath, mais les ombres semblent s'altérer autour de moi, se déformant et bougeant parfois. Lorsque je croise le regard des autres j'y vois de la gène et parfois de la peur. Mais ce qui me choque le plus est de lire dans les yeux de Marà, de la culpabilité...
Oui, je devrais lui en vouloir, certainement, mais je ne dois pas éparpiller ma volonté à des choses futiles, sinon d'y perdre mon esprit. Je ne peux attendre d'aide de personne sinon moi même...JE dois garder le contrôle.
[...]
Je crois avoir découvert ce qu'il se passe et comment tout cela fonctionne ! L'énergie du néant distordu renforce l'entité, ce sont mes peurs qui l'ont façonné et qui la nourrissent. J'en suis certaine, cela expliquerait pourquoi Tulkath s'amuse a déformer et animer les ombres parfois. Il se nourrit de la gêne et de la surprise occasionnées. Ces sentiments étant des dérives de la peur générique, il les absorberait. Mais je ne vois toujours pas comment mettre un terme à tout cela. La solution serait peut être de me débarrasser de l'énergie m'habitant... Il doit peut être y avoir des idées applicables dans le domaine de la dynamique des flux arcaniques... A voir.
Cette journée a vu un évènement heureux dans ma vie. Même si le grand fracassement et le réveil de l'aspect de la mort ont changés la surface d'Azeroth et pris tant de vies, aujourd'hui il m'a été rendu ma chère sœur.
Irëlyn, je te croyais morte et emportée par le fléau alors que Dalaran avait subit l'assaut des forces d'Arthas. Tout comme nos parents, je te pensais tombée sous la lame d'une de ces créatures mortes-vivantes, mais je suis heureuse de m'être trompée...Longtemps je me suis demandée pourquoi le destin avait choisi de laisser en vie la plus pitoyable de cette famille, alors qu'il aurait été plus juste que la meilleure survive. Mais aujourd'hui, je sais que cette justice existe, puisque tu es vivante, Irëlyn, ma si chère sœur...tu me manquais tellement.
[...]
...et chaque jour, où je la vois, toutes ses réussites me renvoient à la figure mes misérables échecs... Là où elle fut promue magistrice, j'échouais plusieurs fois à l'examen final de l'académie de magie... Là où j'effectuais le travail d'une simple bonne, elle collaborait avec le Kirin Tor. Là où la maitrise des arcanes n'avait pas de secrets pour elle, j'en étais réduite à trouver de la puissance dans la gangremagie pour finalement manquer d'être possédée par une entité du néant distordu..
Irëlyn, il te semble si simple de charmer un interlocuteur ou de pratiquer la magie. Même l'art du combat à l'épée ne t'est pas inconnu. Tu m'es tellement supérieure..
Aujourd'hui, tu enseignes les arcanes de la magie à l'académie Maestria, et moi, je n'y suis qu'une simple étudiante...Je voudrais tellement...être plus forte...pour que tu sois fière.
[...]
...Je n'ai pas écoutée ma soeur et cette tentative de me libérer des forces qui m'habitaient a échouée lamentablement, me blessant dans mon orgueil et mon esprit. A mon réveil, elle ne m'a pas remise à ma place.. elle m'a juste bercée dans ses bras comme autrefois. Je pleurais, cela me faisait du bien mais aussi du mal, car au fond, je n'étais toujours qu'une gamine pour elle... une gamine incapable de réussir par elle même.

Et je la détestais pour cela.

Voilà plus de deux ans que j'étudie une solution pour me débarrasser de l'énergie du néant qui m'imprègne et de l'entité de terreur qui m'habite. Deux années de supplices pendant lesquelles j'ai du développer une volonté de fer afin de résister à cette lente érosion mentale. Deux années où j'ai du m'aventurer seule sur les territoires dangereux que sont la magie noire et la gangremagie. Même si j'y découvrais parfois des voies qui auraient pu m'aider, je me refusais souvent à les emprunter, de peur de m'y perdre complétement et d'y entrainer ceux qui veillaient sur moi...Je ne progressais pas et cela me perdrait tôt ou tard.
C'est dans cette situation que Marà m'apprenait qu'elle m'avait trouvé une nouvelle enseignante. J'appris qu'elle appartenait à un détachement de l'armée de Lune d'Argent, nommé les Fils de Quel'thalas et que l'Académie avait tissé des alliances avec eux.
D'abord hésitante, j'acceptais finalement de suivre ses enseignements. Elle ne devait m'apprendre qu'à me contrôler et utiliser ces énergies. De plus, le fait qu'elle ne soit pas une parfaite inconnue devait m'assurer qu'elle n'abuserait pas à nouveau de moi, comme ma précédente enseignante...et ce simple fait m'avait convaincue.
[...]
Xzelia ... est une Sin'dorei d'une rare beauté et d'une intelligence surprenante. Elle semble souvent peser chacune de ses paroles et ne jamais dire tout ce qu'elle pense. J'ai entendu des rumeurs sur elle et ses habitudes... mais je préfère les ignorer. Même si ses tenues provocantes et sa facilité à attirer les regards vont dans leurs sens, ce sont ses enseignements et ses connaissances qui m'intéressent, et pas les vulgaires ragots sur elle.
[...]
Xzelia et moi avons discutés longuement sur l'origine de mon manque de contrôle et sur la façon dont l'entité prenait l'avantage sur moi. Elle semble avoir les mêmes points de vue que Lyness a propos de la nécessité de l'existence de l'ombre mais cela s'arrête là. Elle trouve inadmissible qu'on m'ait poussée à me lier à une entité du néant et qu'on m'ait abandonnée ainsi. Au final, elle et moi sommes d'accord sur l'origine et sur les deux points à travailler. Maitriser ma peur et apprendre à imposer ma volonté à l'entité... Demain nous devrions essayer d'avancer sur le premier point.
[...]
Ce soir je couche ses mots à la chandelle et je ne sais pas si je dois me considérée trahie ou aidée par ce qu'a fait Xzelia aujourd'hui. Nous devions travailler sur la maitrise de ma peur, et j'étais loin d'imaginer ce qui allait se passer. Xzelia m'avait demandée de l'accompagner dans les Terres Fantômes, ce qui ne m'enchantait pas vraiment car j'en gardais des souvenirs plutôt dérangeant mais j'obéissais en espérant que cela m'aiderait.
Le trajet jusque Tranquillien avait été un lent retour en arrière, et alors que nous continuions notre voyage, je me perdais dans des souvenirs douloureux pour, au final, m'apercevoir avec effroi que notre étions parvenues aux portes de Brume d'Or..

C'est là que Xzelia me jouait un vilain tour.. mais je ne sais pas si je dois lui en vouloir. Après tout, les médicaments ont rarement un goût agréable.
Sur place, Xzelia me confiait un talisman constitué d'un cristal noir. Celui-ci devait me protéger et me donner plus de confiance alors que nous allions revenir aux sources de mes angoisses en parcourant le village hanté. Ce que j'ignorais c'est que ce charme avait pour but d'anéantir mes défenses mentales et de me plonger dans un monde illusoire qui me ferait revivre d'une certaine façon l'un des pires moments de ma vie.
Au final, ce tour ne m'anéantissait pas... et je compris que ce que j'avais toujours pris pour un lieu destiné à m'infliger peur et souffrance n'était rien de plus qu'un refuge. Et que seul le destin avait voulu qu'il se change en véritable chambre des tortures...
A cette heure ou tous dorment paisiblement, les ombres qui dansent au rythme de la flamme de la chandelle ne m'effraient plus vraiment. Il reste cependant une sensation dérangeante, mais je ne sais si Tulkath en est responsable ou si il faudra plus de temps pour que je guérisse et puisse regarder l'obscurité sans peur.
[...]
...et c'est décidé. Demain, j'emmène Xzelia sur le lieu où j'ai passé le pacte avec l'entité et m'y suis liée. Elle pense que là bas je pourrais trouver le moyen de la convoquer avec ou sans son accord, ou bien de briser ce lien qui devient un véritable carcan.
J'ai bon espoir que nous réussissions au vu des résultats que nous avons eu sur ma phobie...Xzelia a toute ma confiance.

L'écriture semble hésitante et saccadée.

Je ne sais pas quel jour nous sommes ni si tout ce que viens de lire est vrai... ou faux... Mes souvenirs sont comme si ils ne m'appartenaient pas. J'ai la curieuse sensation de n'avoir jamais été l'actrice de ce que ma mémoire me rapporte. Dans chacun de mes choix je ne me reconnais pas et la lecture de ce journal ne fait qu'amplifier ce sentiment...j'ai l'impression que je suis folle...
Même lorsque je me regarde dans un miroir, je ne reconnais qu'avec difficulté le reflet que celui-ci me renvoie...Mes cheveux ont blanchis et l'éclat caractéristique de mes yeux a retrouvé une teinte vert sombre. J'ai la sensation d'être prise entre rêve et réalité..
A mon réveil, Marà et les autres m'ont raconté ce qu'il s'était passé... je suis restée dans un état proche de la catatonie pendant plusieurs jours et ce n'est qu'après le travail de deux prêtres sur mon esprit que j'ai repris conscience de la réalité... Je sais cependant que le lien entre Tulkath et moi est brisé et que le démon a été renvoyé au néant... curieusement songer a l'entité ne provoque en moi aucune peur ou désagrément... Je songe au démon de la même façon qu'un enfant qui regarderait une image sans en saisir le sens profond.
A l'Académie, ils semblent inquiets car je présente d'après eux un caractère différent. Xzelia les a rassurés en appuyant sur le fait que j'avais subit un traumatisme psychique important et qu'il faudrait du temps pour que tout redevienne comme avant. Pour ma part je ne sais pas quoi en penser, car hormis ce sentiment étrange à propos de mes souvenirs, je me sens plutôt bien et je n'y vois pas de gène à être ainsi.
Tout me semble plus simple, un peu comme si on avait ôté un voile de devant ma vue, mes doutes et mes peurs me semblent aujourd'hui irraisonnés et j'ai beau tenter de retrouver ces sensations, celles-ci m'échappent toujours. A l'opposé de ce sentiment de simplicité, ma mémoire antérieure à cette crise est devenue une source de frustration. A chaque souvenir qui me revient à l'esprit, je dois effectuer un travail d'introspection minutieux pour y remettre une cause logique. Malheureusement, les résultats sont parfois décevants car dépourvu de sens...aussi j'essaie de ne me focaliser que sur le présent et le futur.


Dernière édition par Moÿra Aubechant le Mer 13 Avr 2011, 15:06, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Jeu 14 Avr 2011, 14:45

De très nombreuses pages ont été arrachées, ce passage semble être le dernier du journal.

J'ai longuement hésité à ne pas bruler ce journal et tout son contenu. Mais l'histoire démontre qu'il est bon de garder trace du passé afin de ne jamais oublier. Cependant, j'ai jugé bon de l'épurer de tout ce qui pourrait entacher l'image que les autres se font de moi et ce dernier paragraphe n'est la que pour me rappeler que j'ai fait les bons choix.
Il est important d'appuyer sur le fait que mes décisions depuis les "évènements qui m'ont affectés" n'ont reposées que sur la logique et la raison, loin de ces sentiments qui nous égarent et nous poussent aux pires idioties. On pourrait contre-argumenter en appuyant sur le fait que je suis folle, et je ne le nierais pas. Car après tout, la folie n'est que la manifestation apparente d'un esprit différent.
Oui, mon esprit est différent depuis que Tulkath est retourné au néant distordu, emportant un fragment de mon âme et détruisant mes peurs et mes doutes, mais c'est cette différence qui m'ouvre les yeux sur la réalité de ce monde et qui renforce mes convictions.

Ce monde civilisé n'est guidé que par l'hypocrisie.

Les vertus que tous défendent telles que l'honneur, la générosité, la compassion.. toutes ne sont que de la poudre aux yeux. Lorsqu'on débarrasse cette civilisation de ce joli vernis, on ne découvre que des bêtes guidées par des désirs égoïstes. C'est cette même hypocrisie qui met les arts sombres au banc des autres arts de la magie. Mais lorsque cette même civilisation est sur le point de disparaitre, elle sait se souvenir de cette noirceur et nos pseudo valeurs sont vites oubliées au profit d'une seule chose: Notre désir de survivre.
Ce désir satisfait, nous revenons à ces valeurs illusoires en essayant de croire que nous sommes meilleurs alors qu'il n'en est rien.

La Dame m'a montrée la voie et, maintenant que je connais ses motivations, je sais que mes choix sont les bons. Contrairement aux adeptes des "justes valeurs", je sais qui je suis vraiment et je n'ai pas peur de regarder l'ombre au fond de mon esprit. Ceux et celles qui suivent la Dame savent qu'elle a raison. Les arts sombres ne doivent pas disparaitre ou être restreints car lorsque notre chère civilisation sera à nouveau au bord du désastre et qu'il faudra les employer pour la sauver, qui pourra le faire si, poussés par nos illusions de vertus, nous les avons délaissés ?

C'est pourquoi ce que je fais est juste à mes yeux, mais peu de gens sont capables de comprendre ces subtilités, aussi il est nécessaire de sauvegarder les apparences. Je dois garder ce voile sur mes actes afin que ces moutons aveuglés par cette lumière menteuse ne puisse me juger sur des choix qu'ils sont à milles lieux de saisir.
Qu'ils s'y brulent pendant que nous explorons l'obscurité qui les entourent. Lorsque viendra le temps où il ne restera d'autre choix que de plonger le regard dans les abysses... nous serons là pour les guider et les empêcher de se détruire.


Dernière édition par Moÿra Aubechant le Mer 29 Juin 2011, 13:29, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Mer 29 Juin 2011, 13:18

Noirceur



I.Le Livre Noir.

Quelque part, au creux de l'ombre d'un bâtiment en ruine, la lueur d'une chandelle vacillante éclaire un bureau, il y règne un désordre sans nom et on peut y voir côtoyer parchemins et cristaux, organes conservés et esquisses variées...Au cœur de ce chaos trône un grimoire relié dans un cuir noir et résistant. Des pages arrachées semblent lui avoir été ajouté, l'écriture y est désordonnée et de nombreux commentaires viennent en compléter les différents textes...Le contenu qui pourrait choquer certains lecteurs est un mélange de journal et d'un charabia ésotérique lié aux arcanes et à la magie noire.

[hrp]Les notes sont organisées par thème et non pas par chronologie [/hrp]

Qui est elle ? Ce n'est pas la première fois qu'on évoque cette "Dame" devant moi. Xzelia semble en savoir plus qu'elle ne veut le dire. Et Khalendra semble y être étroitement liée..
D'après celle ci et la prêtresse qu'elle avait formée, Ariael, la Dame serait un guide.. elle proposerait une voie différente sans forcer les gens à la suivre. Une voie liée au savoir et à l'ombre ...J'ai beau chercher, il n'y a aucune référence sur elle, mais on m'a promis que je la rencontrerais si on m'en jugeait digne.

[..]

Je l'ai finalement rencontrée... Il m'aura fallut faire mes preuves plusieurs fois mais elle m'en a jugée digne. La Dame semble de souche noble, j'ignore son nom et je ne le saurais certainement jamais. Masquée, sa voix est indéfinissable, tout comme sa nature réelle.. je pourrais certainement partir sur des hypothèses aussi nombreuses que farfelues mais au final, son identité m'importe peu. Je voulais la voir et la comprendre, elle m'a proposé bien plus...
La Dame est une érudit comme j'en ai rarement croisée. Ses connaissances et sa conversation sont plaisantes. Elle reste distante mais j'ai l'impression qu'elle m'apprécie, elle a décidé de m'enseigner elle même la démonologie. Elle me laisse les choix et les décisions, respectant chacun d'eux, même les plus dangereux.

[..]

De nos conversations, la Dame m'a enseigné une vérité qui est devenu le pilier de ma volonté. La connaissance n'est ni bonne ni mauvaise en elle même. Il est de notre devoir de l'empêcher de sombrer dans l'oubli pour éviter de renouveler éternellement les mêmes échecs. Et c'est fidèle à ce principe que je couche sur ce grimoire les résultats de mes différentes recherches depuis ma décision d'arrêter mon journal... pour ma propre sécurité. Il aurait été génant que ceux avec qui je partage ma vie découvrent cette partie de moi même. Non pas qu'elle soit si terrifiante de mon point de vue, mais surtout que je reste persuadée qu'aucun d'entres eux n'est capable de saisir ce concept qui m'anime.


Rien que d'y penser j'en frissonne encore..j'ai découvert plus grisant que le plus fin des alcools. Plus jouissif que la ponction du plus pur cristal de mana. J'ai gouté au vin capiteux de la vie, à l'énergie volée du corps d'un prisonnier.. condamné.. mais offert à moi.. à moi seule.. et l'euphorie que j'en retirais, de sentir cette energie puissante quitter cet humain et s'écouler en moi était si intense qu'elle m'aveuglait. Et... alors qu'il rendait son dernier râle d'agonie, j'effleurais son âme.. et goutait un plaisir indescriptible...
Ce soir, je dine avec les autres membres de l'académie, inconscients de ma révélation. Tout me semble si fade que j'abuse des épices...même les couleurs des flammes du feu qui réchauffent la pièce me semblent pâles. J'ai l'impression que je ne gouterait plus jamais rien qui égalera cette expérience.

[..]

Mes différentes expériences sur la dynamique des flux arcaniques et les capacités de rétention énergétique de la matière m'ont permis de trouver une application avec certains minéraux comme les cristaux de gangrepierre. Non content de pouvoir emmagasiner la gangremagie, ces minéraux peuvent stocker aussi l'énergie vitale temporairement et par un principe de dissipation et de vases communicants se déverser dans un autre corps... Cette méthode a l'inconvénient d'avoir une perte considérable en énergie mais peut s'avérer utile comme soin de première urgence sur un champ de bataille, l'énergie accélérant la régénération des tissus. Il est fâcheux que ces minéraux soient si rares et que la ponction de vie nécessite un être vivant ou agonisant a disposition pour charger le cristal.. Il faudrait que je trouve un moyen de limiter les pertes énergétiques lors des transferts.

[..]

Xzelia m'a orienté sur de nouvelles possibilités pour stocker l'énergie. Il s'agit de synthétiser des cristaux par magie, l'architecture du cristal étant façonnée de A à Z, les pertes énergétiques dues à la structure du cristal sont minimes. De plus ce genre de cristal est capable d'emmagasiner plus d'énergie que tout autre matière avant rupture et s'avère indispensable pour piéger un fragment de l'énergie dégagée par une âme se libérant d'un corps. L'inconvénient de cette méthode reste l'énergie magique nécessaire à la synthèse des cristaux mais Les arcanes outrepassant la loi de conservation énergétique cette solution reste quand même la plus appropriée.




Dernière édition par Moÿra Aubechant le Jeu 07 Juil 2011, 21:04, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Jeu 07 Juil 2011, 21:04

Les cours touchent à leurs fins, je passe presque plus de temps à m'instruire seule qu'avec les cours de ma tutrice.
Hier soir, Xzelia m'annonçait que j'arrivais à un tournant de ma formation. Elle me proposait deux voies différentes à suivre: Une classique sur la démonologie dont elle prendrait la charge et une autre focalisée un peu plus sur l'ombre et ses applications. Éprouvant une certaine aversion des démons, je me tournais naturellement vers le second choix en me demandant qui pourrait m'enseigner si celle-ci ne prenait pas cela en charge.. peut être cette fameuse "Dame" dont nous avions parlé une fois ? Mais je n'eus pas le temps de me poser la question plus longuement car Xzelia me lançait un défi pour l'occasion , afin de juger de mes capacités d'analyses, d'adaptations et de puissance magique. Celles-ci seraient jugées par l'épreuve en elle même. Je devrais faire preuve d'intelligence, ne pas me découvrir et encore moins ma tutrice.
Ensuite, elle m'expliqua la nature de l'épreuve. Je devais découvrir les secrets d'une prêtresse de la flèche à Lune d'Argent. Du nom de Khalendra, elle officiait en tant que Guérisseuse mais Xzelia m'affirmait qu'elle cachait quelque chose et je devais le découvrir peu importait les moyens...

[..]

Khalendra officie en tant que guérisseuse, reconnue et respectée au sein de la communauté des prêtres de Lune d'Argent.
J'ai pu glaner quelques rumeurs sur elle mais n'ai rien appris de particulier sauf une histoire d'élève désastreuse qui avait brutalement quitté la communauté poursuivie par des rumeurs sulfureuses.
En réfléchissant, plusieurs possibilités s'offrent à moi, certaines plus brutales que d'autres. Je pense opter pour une approche subtile. Il suffit d'attirer son attention en prétextant des séquelles d'un accident lié à l'énergie du néant. Je ne mentirais que partiellement sur mon état et si la prêtresse me sondait mentalement, elle ne saurait pas quoi penser.

[..]

Nos premières entrevues se sont déroulées comme je l'entendais. J'avais réussi à attirer son intérêt en soulignant une affinité avec les énergies du néant, affinité qui n'était autre que mes propres compétences sur le sujet. De ces premières conversations, j'en ai gardé un arrière gout étrange .. Khalendra avait quelques chose de particulier que je n'arrivais pas à saisir.

[..]

Incroyable.. cette femme semblerait connaitre tout autant l'ombre que la lumière. Elle aurait déjà  initiée une autre prêtresse par le passé, mais celle ci se serait perdue lors de son apprentissage à son grand regret.
Khalendra m'a proposée d'apprendre à mieux contrôler mes pouvoirs et mon affinité à l'ombre sous sa tutelle... j'ai accepté, par soif de connaissance mais aussi afin de resserrer nos liens et découvrir ses petits secrets.
En revoyant Xzelia ce soir là, elle semblait plutôt satisfaite de la progression de ma relation avec la guérisseuse, et me poussait à l'entretenir. Lorsque j'évoquais cette sensation impossible à définir en présence de Khalendra, Xzelia me répondait d'un simple sourire en m'invitant à continuer de bénéficier des enseignements de la prêtresse et m'assurant que j'aurais peut être la réponse à cette sensation en cherchant bien.

[..]

...mimiques parfois inadaptées aux situations, pertes de conscience de l'environnement sans raisons...connaissances approfondie de l'ombre et de nombreux aspects ésotériques inhabituels pour une Sin'dorei... Cela fait quelques temps que je suis les enseignements de Khalendra et je suis de plus en plus persuadée que l'elfe qui me fournit ses enseignements n'est pas ce qu'elle prétend. Ces éléments m'ont poussé a rechercher parmi les livres que je compulsais à l'époque où mon esprit était lié à cette entité, Tulkath. Certains textes relataient ces possessions démoniaques sur les esprits faibles.. serais je en présence d'une de ces entités ? J'en ai la ferme conviction et je compte bien la révéler au grand jour.
Ce soir j'ai vu Xzelia et lui ai évoqué mes soupçons, elle m'a demandé ce que je comptais faire et je lui ai répondu qu'une fois que Khalendra m'aurait tout enseigné .. je comptais la confondre... en utilisant la force si nécessaire.

[..]

Tout ne s'est pas passé comme je l'avais prévu.. Je me remet difficilement de mes blessures, j'ai la sensation d'avoir échoué à cette épreuve.. même si j'ai percé son secret. Je ne m'étais pas préparée à ce que j'ai découvert.. au final j'aurais du mourir de mes blessures, mais pour je ne sais quelle raison on m'a épargnée.
C'est Falyne qui m'a retrouvée dans une maison délabrée des malterres, à la merci de la personne qui me retenait. D'après elle Khalendra voulait me torturer pour ce que je lui avait fait, mais tout est si confus...J'ai l'impression que de nombreux évènements se sont déroulés sans que j'en sois consciente... Il faut que je vois Xzelia.  

[en cours de redaction]


Dernière édition par Moÿra Aubechant le Ven 17 Juin 2016, 10:33, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Moÿra Aubechant le Ven 17 Juin 2016, 10:32

II. Etudes Impies.


[...]Guld'an avait ouvert la voie dans ce domaine. L'addiction à la gangremagie se manifeste par des altérations  mentales puis, sur le temps, physiques. La tentation d'abuser de ce type de magie est particulièrement vicieuse et l'esprit est le premier affecté par la corruption. Cela se manifeste par le besoin de continuer à recourir à cette magie pour ressentir la jouissance de la canalisation du pouvoir à travers tout son être. Décidément nous serons toujours esclaves de nos désirs les plus égoistes. Certains passages des recherches du sorcier laissaient penser pouvoir ralentir cette corruption par l'utilisation de fragments d'âmes pour servir de matrice et canaliser à travers le pouvoir brut du Fel. Placé au coeur de la matrice du sortilège, cette utilisation demande d'adapter les éléments somatiques et vocaux de l'incantation et permet de limiter les sensations addictives et corruptrices qui touchent l'esprit. Cela n'est pas sans rappeler les rituels sacrificiels, l'usage d'un élément ou d'un individu destiné à subir les effets secondaires négatifs lorsque l'on puise dans un pouvoir qui nous serait autrement destructeur.
Au final, je doute de l'efficacité des fragments d'âme pour limiter la corruption du Fel sur le long terme. N'oublions pas que le sorcier a mis toute sa volonté à servir le Fléau Ardent plus tard. De plus les ressources pour l'utilisation de cette méthode sont particulièrement limitées et contre-productives. Il reste que cette méthode existe et que nous ne devons pas l'oublier.

[...]Et ce soir j'ai pu enfin mettre la main sur ce traité sur les runes et leurs usages alternatifs. Je trouve particulièrement  cocasse que cet art utilisé originellement pour la canalisation d'une énergie arcanique aussi pure que celle des lignes de force puisse être utiliser pour alimenter des sortilèges obscurs. J'expérimenterais plus tard la possibilité d'une application des runes dans le cas des énergies du Néant ou du Fel. Mais il me faut un expert dans le domaine runique ouvert aux idées nouvelles[...]

Cela fait plusieurs années que j'arpente les archives collectées par la Dame et ses serviteurs, et j'en découvre les limites. Il est regrettable que les savoirs les plus sombres soient les plus éparses et les plus rares en Azeroth. Je ne comprendrais jamais cette mentalité à vouloir détruire des connaissances. La collecte du savoir est déjà suffisamment complexe pour que celle ci soit entravée par des émotions ou des sentiments injustifiés de bien pensants.
Toujours est il que j'ai décidé d'apporter mon lot de découvertes aux archives. Ma maitrise des arts obscurs est désormais freinée par ma propre collecte de savoir aussi je vais devoir faire des recherches moi même à travers le monde. Mes expéditions pourront servir l'idéal de la Dame en plus, c'est parfait. Peu m'importe la situation ou les conflits ridicules entre la horde et l'alliance, l'important c'est la connaissance. C'est ce qui fera la différence si un jour Azeroth devait être confrontée au pire, pas le fait de savoir qui ou qui  contrôle le monde.
J'ai donc fait une liste de lieu intéressants à parcourir, ou je serais à même de retrouver des éléments de savoir oubliés ou dissimulés... L'Outreterre sera l'une des mes destinations les plus importantes et je compte y rester un long moment, mais je comptais aussi sur l'exploration des profondeurs du Norfendre. J'ai l'étrange sentiment qu'il y a plus à apprendre des ruines d'Azjol Nerub que nul part ailleurs.. la civilisation Nerubienne a toujours été peu connue et le savoir contenue dans cette ancienne cité mérite tout notre intérêt d'autant que le Fléau est désormais retranché au nord. Je discuterais de la destination avec la Dame, peut être aura t elle un conseil ou un souhait particulier.

[en cours de redaction]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moÿra Aubechant - Fragments de vie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum