Nuances de gris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nuances de gris

Message  Blasphème le Mer 04 Nov 2015, 21:47

Mornefleuve était cloisonnée depuis maintenant… deux… trois semaines ? Les échanges commerciaux n’avaient jamais été nombreux, à présent ils étaient sévèrement régulés, nul n’y entrait désormais sans l’aval d’un cabaliste. L’argent de Sven Velendorf, le jeune noble récemment converti, permettait d’importer les réserves pour l’hiver, cependant cette manne providentielle ne durerait pas.

Le ciel était lourd et gris, rendant au village un nom plus qu’approprié. Je traversais mon propre quartier, celui rassemblant la plupart des habitations, pour rejoindre l’église sur la place centrale. Mon trajet longeait le quartier de Souilleur, espace qui ressemblait presqu’à un bois soumis à quelques vents capricieux, avec ces arbres qui se déplaçaient de temps en temps, golems végétaux aux branchages noueux. Les corbeaux aux pupilles d’un vert gangrené prenaient leur envol par deux ou trois, patrouillant dans un ciel uniforme.

Je savais que les noirs oiseaux surveillaient en particulier la cahutte de Kargatha. L’orque m’avait fait bonne impression, alliant compétence et maîtrise ainsi que la jugeote qu’il manquerait définitivement à d’autres démonistes comme Samaël.

Une fois sur la grande place, la façade de l’église corrompue se dessina devant le quartier du Maître des Morts. Drekkenov avait verrouillé son quartier. Seule la non-vie grouillait là bas, avide d’étoffer ses rangs des imprudents qui s’en approcheraient, ouvrant les bras à ceux qui commettaient la folie d’accepter l’offre du nécromancien « le rejoindre en devenant éternel ».

Je grimpais rapidement les marches qui menaient à la façade, traversais le narthex pour atteindre la nef centrale. Sous l’impulsion du Père, la physionomie de l’église avait radicalement changé. Les vitraux représentaient à présent des scènes d’apocalypse en l’honneur du Titan Noir, les cierges éclairaient les lieux d’une lumière verdâtre, maladive plutôt que tamisée. Le tapis rouge paraissait brun, couleur de sang séché.
Au dessus de l’autel, flottait une pierre de pouvoir, irradiant d’ondes de felmagie.

Une silhouette en robe de cérémonie bardée de dessins ésotériques, portant un masque à gaz, se tenait au pied de l’escalier qui menait au sommet du clocher. Je n’avais décidément pas de chance.
« - Bonjour Samael »
« - Gamine. » répondit la voix souffreteuse.

Une onde me remonta le long de l’échine, me faisant frissonner. Un hurlement lointain, rejoint par d’autres voix lupines, un appel de meute que je fis taire avec contrariété.

« - On a peur ? »
Je sentis la poigne invisible effleurer ma gorge, en souvenir qu’un geste qu’il aurait adoré terminer. Il nous haïssait tous et cette rage à peine contrôlée menaçait à tout moment d’éclater.
« - Non… je dois monter jusqu’au clocher » Et tu es sur le passage ! m’écriais-je intérieurement.
La magie du gangrelige devint caresse glacée le long de la carotide, menace voilée. Il voulait que je lui crie dessus, pour avoir une raison d’écraser ma trachée, pour le seul plaisir de me voir agoniser à ses pieds.
« - Et pourquoi une gamine voudrait-elle grimper jusqu’au clocher ? Si tu désires mourir, je me ferais un plaisir de t’y aider tu sais… »
Je savais. Je ne le savais que trop bien.
« - Vérifier si l’on peut apercevoir d’ici les frontières du territoire des Envers. »  
Se trouvant entre Elwynn et Bois de la Pénombre, ils pouvaient tout autant se trouver loin (en amont ou en aval) de la rivière, et dans le pire des cas, juste à côté sous le couvert d’un épais bosquet. N’ayant aucun moyen d’accéder au cadastre sans attirer la méfiance, il ne me restait plus qu’à tâtonner…

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nuances de gris

Message  Blasphème le Mer 02 Déc 2015, 18:58

« Il est beaucoup plus simple de prendre un village que de le garder. » constata Blasphème avec amertume.

Depuis leur prise de pouvoir sur Mornefleuve, la situation s’était dégradée. Les cabalistes avaient du faire face à deux disparitions, la déprédation du quartier de Souilleur, une émeute dans son propre quartier, et maintenant une épidémie qui s’aggravait de manière inquiétante.

La morosité pesait et ces ombres qui patrouillaient sur les toits n’arrangeaient rien. Drekkenov avait prêté une partie de ses troupes afin de maintenir la sécurité. Sous les habits noirs qui les couvraient comme des suaires, la cabaliste devinait des os blanchis des archers squelettes qui devaient composer les troupes. En de telles circonstances, rien d’étonnant à ce que la veille, quatre des habitants se soient offert au Maître des morts. L’espoir les désertait, drainée par cette atmosphère lugubre.

Pour combler le tout, Sven faisait parti des disparus. Avec la disparition du jeune noble, la manne financière dans laquelle Blasphème puisait pour maintenir un minimum de confort aux habitants venait de se couper.

Les problèmes s’accumulaient et les solutions se réduisaient comme peau de chagrin. Même secondé de Kargatha pour les soins, Souilleur aurait fort à faire pour nourrir la population restante. L’apport nouveau d’Œil Noir et Critique ne serait pas immédiatement impactant, pas en ce domaine en tout cas.

Il fallait trouver de l’aide à l’extérieur. Peut être le cabinet de ce médecin en ville… l’homme lui avait paru assez altruiste et elle aurait l’excuse d’avoir à lui rendre deux livres.

Blasphème prit soin de ranger sa faux avant de revêtir une tenue plus passe partout. Le contact de l’arme s’accompagnait toujours d’un léger bourdonnement. Des voix qu’elle ne devait pas écouter. Alors comment savait-elle que les complaintes, relayant autrefois douleur et remords, devenaient à présent plus vindicatrices, réclamant de la compagnie ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nuances de gris

Message  Blasphème le Ven 01 Jan 2016, 12:27

Blasphème n’arriva qu’au cours du repas qui se déroulait sur la grande place, où se tenaient en ligne d'innombrables tables, espacés par des braseros, positionnés en rectangle le long de l'allée principale. Un sourire sincère illuminait le bas de son visage encapuchonné. On lui avait répété le discours du Père, et elle s’était ensuite mêlée aux habitants afin de faire honneur à la bonne chère.

Ce soir les pupilles pétillaient sous l’effet de l’alcool, ce soir elle entendait des rires. Les cabalistes offraient un visage différent, loin de la peur et de la destruction, et les démons utilisés comme serveurs entraient un peu plus dans le quotidien des habitants de Mornefleuve.

La méfiance naturelle s’endormait face à la sensualité débridée des succubes et des incubes, face aux goûts exotiques et luxueux de mets proposés. Père faisait rarement les choses à moitié et ce soir encore, il avait magnifiquement œuvré.

Ils pouvaient changer la ville, en faire une base arrière plutôt que d’avoir à la détruire. En cela aussi elle avait le sentiment d'avoir réussi quelque chose.

La cathédrale était débarrassée de la pierre de pouvoir, les quartiers seraient bientôt propres : des arbres corrompus, des morts vivants, de leur passage. De leur passage, il ne resterait que la mémoire des habitants, convaincus que la Cabale venait de les aider à passer l’hiver.

Levant son verre avec les autres habitants, la voix claire de Blasphème se joignit aux leurs « à la nouvelle année ! »

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nuances de gris

Message  Blasphème le Ven 11 Mar 2016, 19:41

Elle n’avait jamais eu à recruter des mercenaires et ne comprenait que maintenant quelle chance elle avait eu jusqu’ici.
Blasphème dégagea le foulard qui protégeait son cou tout en se penchant vers le miroir. Un hématome  cernait entièrement son cou (les marques de doigts bien trop grands pour être humain ou même draenei auraient soulevés bien trop de questions…), la contusion donc, commençait à disparaitre.

Le rapport d’influence avec les nathrezims se mettait à peine en place et ce n’était pas le moment de faire appel à la Cabale. Sauf bien sûr si elle voulait se retrouver avec un seigneur de l’épouvante de trois mètres de haut dans son dos à observer le moindre de ses gestes. Non vraiment… non merci.

Il y avait trop d'inconnues...

En premier lieu la réponse du Maître des Morts et les conditions qu'il était susceptible d'imposer pour retrouver ce corps en Gilneas. Bien sûr il y avait d'autres solutions, moins risquées, moins couteuses, moins fiables aussi. Drekkenov lui n'échouerait pas.

La pondeuse ensuite. Elle étudiait l'espèce larvaire à Surwich, se préparer du mieux qu'elle pouvait, chaque étape, de la capture au dressage, comporterait un risque immense. Si seulement le mystère du lacis s'élucidait, elle obtiendrait alors un lieu sécurisé, loin de toute civilisation.

La cabaliste se mordit la lèvre inférieure. Si l'ermite gardait le silence. Encore une inconnue. Trop d'inconnues... Blasphème avait champs libre tant que le reste de la Cabale opérait au Norfendre. Ensuite... ensuite viendrait le temps des questions.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nuances de gris

Message  Blasphème le Jeu 14 Avr 2016, 18:32

Enclave Ardente – Gangrebois.

Blasphème n’avait jamais vu de satyre avant eux, n’en avait entendu parler qu’à travers « la mésaventure de Pharamond ». Elle ne s’attendait donc pas à cette sensation de malaise étouffante, ni aux répliques cinglantes, ni aux allusions de débauche.

En d’autres circonstances, peut être aurait-elle su en jouer comme le faisait Kargatha, l’orque menant les négociations avec Drekkenov... en réussissant plus ou moins à accorder leurs violons.

Les cabalistes avaient pour mission de nouer une nouvelle alliance… et si massacrer des elfes ne faisait pas broncher Blasphème, il en était autrement pour l’Ancien.

Le Père était furieux, ils préparaient le terrain pour un nouvel ordre, quelle différence un arbre de plus faisait-il ?
Tout.
Les hommes ont un cœur de traître, mais le reste...
La forêt lui offrait un toit, Maldraz lui avait permis de grimper sur ses branches, l’esprit de la biche l’avait protégée de la fureur de la malédiction. Ce n’était pas un commerce, il n’y avait pas de contre partie.

Au lieu de repartir vers "la maison", la cabaliste renvoya Zou avec un court message. La petite mécanique retrouverait son ingénieur de maître le lendemain.

De longues foulées dans sa course, l’air nocturne balayant sa capuche, Blasphème se sentait plus légère à mesure qu’elle s’éloignait du souterrain que les cabalistes utilisaient comme leur quartier général.

Les elfes ne réussiront jamais à protéger leur Ancien. Agir directement était impossible, si les elfes de la nuit ne l’abattaient pas, les nathrezims de la légion s’en chargeraient… manœuvrer un Khalal ou un Sylvetarm (encore fallait-il les trouver)… s'avèrerait ardu. Souilleur. Souilleur aurait peut être une idée mais lui poser la question les mettraient tous deux en position de dissidence...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nuances de gris

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum