Le journal de Drungnir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le journal de Drungnir

Message  Drungnir le Dim 17 Juil 2016, 10:55

Une histoire parmi tant d'autres, ces feuilles n'ont rien d'originales et sont recouverte de pattes de mouches. Ce n'est pas forcément bien rédiger et certains passages semblent indigeste mais sans savoir pourquoi vous vous plongez dedans.



Ceci est mon passé.

Le tonnerre gronde, un cri retentit…

C’est dans la douleur que je suis né, un soir de pluie battante et d’orage grondant dans les terres sauvages des Marteaux Hardis.

Mon père était un brave qui a connu la guerre des Trois Marteaux durant laquelle  mon grand-père périt aux mains des nains Sombrefers marquant à jamais une rancune familiale.

C’est ce que m’ont raconté les anciens du village dans mon enfance.
Mon enfance je la revois parfois lorsque je ferme les yeux, je revois ma terre natale, aux vents froids et puissants. Les odeurs des herbes humides et des arbres me reviennent des tréfonds de ma mémoire, je peux admirer ma demeure, le grand rocher qui se trouvait à côté et me rappelle au doux sourire de ma mère.

La terre tremble…

La terre tremble sous la botte des orcs et des créatures infernales de la porte des ténèbres. Le ciel est sombre et le vent porte l’odeur du sang.

La guerre est immuable, elle réclame les braves et ne laisse que des clans brisés. Je n’oublierai jamais la chute de mon père, ni celle de mes semblables.
Je fais mes premiers pas en tant que chevaucheur de griffon, je serai en paix si je ne revoyais pas sans cesse les visages de ceux qui sont tombés. Ma colère n’a de fin et mon marteau lui fait écho.

Les flammes, la chaleur…

Le rouge emplit le ciel, les gueules de dragon imposent leur domination dans les airs.
Ce dragon a bien failli être la dernière chose que je voyais. Les flammes et la chaleur de son souffle ont eu raison de Harbost, son corps et celui de sa monture se sont écrasés sur le sol alors qu’ils brulaient encore. J’ai profité de l’ouverture et placé un bon coup de hache au niveau de son poitrail mais j’ai dû me retirer du combat, nous étions trop peu !

Les morts marchent…

Les morts marchent sur les terres de nos anciens alliés. J’ai fait partie du détachement envoyé pour aider nos amis elfes mais lorsque nous sommes arrivés il était trop tard, la terre souffre le Fléau.
Le nord semble condamné malgré nos tentatives de résister.

Le temps passe…

Le temps passe et la guerre semble faire partie du quotidien.

Le Fléau a fini par disparaître, des héros se battent de l’autre côté de la porte, nous nous battons tous pour quelque chose mais je perds espoir pour mon peuple. Notre nombre diminue, le bras de nos guerriers est désormais fort et le ciel notre grâce à nos fidèles compagnons.
Je suis en pleine force de l’âge et pourtant il m’arrive parfois d’être fatigué, je souhaiterai des fois raccrocher mon marteau.
Ce que je vais dire peut sembler étrange pour un nain qui a passé sa vie à se battre mais j’ai l’impression de ne plus savoir pourquoi je me bats.

Un foyer menacé…

Mon foyer est menacé, le grand dragon noir a réveillé des forces qui n’ont pas de nom. La terre de mes ancêtres est bafouée par la présence impie du Marteau du Crépuscule et de leurs sombres desseins, le sol en porte les stigmates et le combat n’épargne personne de notre clan.

De sombres augures…

Le monde est décidemment plein de surprise et je me rends compte que nous sommes étrangers à notre propre Azeroth.

Je n’ai toujours pas rangé mon marteau et je vole toujours avec mon fidèle Gartnacht, son plumage trahis son âge mais c’est un compagnon loyal depuis son plus jeune âge.

Je me surprends à repenser parfois à sa découverte, menacé qu’il était par un grand ours sauvage, alors qu’il venait tout juste de sortir de l’œuf ; dans ces moments j’ai l’impression que lui aussi se souvient et cela nous rapproche.

Aujourd’hui alors que je venais consulter notre chaman, une chose étrange est arrivée. Je me trouvais sur le pas de son trou et pouvais sentir les effluves d’herbes aromatiques qu’il affectionne tout particulièrement lorsque je l’entendis pousser un cri d’effroi.
Arrivé à ses côtés dans la précipitation j’avais bousculé quelques affaires et le trouvais étendu sur le sol moussu, marmonnant de manière incompréhensible à propos d’une ombre recouvrant le soleil et de flammes.

Lorsque je relis ces quelques lignes de ma vie, les moments qui m’ont marqué, je me dis que j’ai eu une vie bien remplie. J’écris ces lignes depuis mon foyer, une bière à portée de main et un feu qui me réchauffe sachant que je ne pourrais jamais vraiment me reposer.
A ce stade vous vous demandez probablement qui suis-je ?

Je suis Drungnir « Barbe Drue » du village de Lingl, du clan Marteau Hardi et ceci est mon histoire.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal de Drungnir

Message  Drungnir le Dim 17 Juil 2016, 10:57

HRP: EN CHANTIER

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum