Lal', le pourquoi du comment.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lal', le pourquoi du comment.

Message  Ombre le Ven 09 Sep 2016, 20:55

Un Narrateur Inconnu a écrit:

" Lal' fut abandonnée par ses parents dès sa naissance,
ceux la n'ayant pas les moyens d'entretenir et d'élever cet enfant non-désiré.
Ils la déposèrent, emmitouflée dans une épaisse couverture en laine,
dans un petit panier au pied d'une colline.
Colline surplombée par ce qui semblait être un monastère,
on aurait même dit un joli monastère,
légèrement éclairé par la lumière de la lune en cette chaude nuit d'été de l'an 10 de notre ère.
Quelques jours seulement après celui que l'on nomme : «  Le Jour des Dragons »,
celui où, mené par Rhonin un groupe d’aventuriers de l’Alliance s’emparât de l’Âme du démon et la détruisit.
Mais si! Rappelez vous cette histoire épique, où finalement après dix milles ans,
grâce aux humains les dragons furent libérés du joug de Neltharion ( Aile de Mort) ;
rendant aux quatre autres aspects leur gloire passée et poussant le vol noir à l'exil.

M'enfin, revenons en à notre petite Lal', abandonnée par ses parents.

Ses géniteurs la laissèrent donc là, au pied de cette colline,
espérant qu'un prêtre ou un frère la recueillerait au matin.
Seulement quelques heures passèrent avant qu'une silhouette encapuchonnée n’arrivât, marchant silencieusement en direction de la colline.
Arrivée au niveau du panier, elle ne le vit pas au premiers abords et,
c'est en le dépassant qu'elle entendit un petit gémissement.
Surprise, la personne encapuchonnée s’arrêta et, après s'être baissée aperçut la petite, apparemment touchée par le fait que des gens aient osés abandonner ainsi leur enfant.
Avant d'attraper le panier par sa fine anse en osier, elle dit :

« T'en fais pas va, c'est mieux ainsi !
* Sachant pertinemment, que les parents coupables de cet acte n'auraient pu être,
en aucun cas, de bons parents.* »

Puis remonta, avec le nourrisson qui s'endormit sur le chemin,
vers le bâtiment surplombant la colline.
Elle ouvrit la porte et entra.

C'est au petit matin que Lal' s'éveilla pleurant et criant de toutes ses infimes forces,
perturbée par le changement d'endroit, d'atmosphère.
Au bout de quelques minutes de pleurs continus,
la personne qui l'avait recueilli dans la nuit arriva.
C'était une femme, aux yeux verts profonds et envoûtants,
entre ses deux yeux fascinant se dessinait un nez fin et légèrement pointu.
En la regardant beaucoup s’arrêtaient sur son sourire charismatique
en bonne partie dû à ses jolies lèvres douces et pulpeuses.
Cependant cette magnifique femme, simplement vêtue d'une robe sombre
et chaussée de sabots pointus n'avait rien d'un prêtresse ou d'une fidèle...

Le monastère n'en était plus un depuis quelques années,
détruit par un assaut d'Orcs durant la guerre,
les ruines avaient été par la suite investies par un mystérieux ordre
composé principalement de sorcières et de nécromanciennes ;
ordre antique, dont ces femmes avaient retrouvé un grimoire retranscrivant le dogme et les sombres rituels.
[Par soucis de sécurité pour ses membres ainsi que pour le narrateur, nous ne révélerons pas le nom de cet ordre antique.]

C'est ainsi que Lal' fut contrainte à grandir isolée du reste du monde.
Dès qu'elle eut l'âge de parler et de comprendre certaines choses,
Morgäne -la sorcière qui l'avait à présent adopté- commença à lui inculquer,
à force de répétition quotidiennes et multiples, les mêmes valeurs que son ordre.
Très vite la petite développa une intelligence hors du commun,
comprenant dès l'âge de 6 ans que pour battre un ennemi,
il fallait retourner ses propres armes contre lui.
Que donc, pour combattre la Légion Ardente,
il fallait asservir des démons et les retourner contre elle.
Mais également qu'en tirant ses pouvoirs du Néant distordu,
elle pourrait canaliser un effroyable flux d'énergie destructrice
et être à même de causer de lourds dégâts autour d'elle.

Ainsi, motivé par l'unique but s'offrant à elle, l'unique choix de vie qu'elle pensait possible,
elle fut très vite piquée au vif dans sa curiosité et se mit à étudier
énormément de sortilèges, de malédictions, d'affaiblissements et d'asservissement des démons.

Au fil du temps, elle s’imprégna également du caractère des démonistes avec lesquelles elle vivait, de l'égocentrisme à la folie en passant par la noirceur et la vanité...
Dès son adolescence elle a commencée à devenir froide,
calculatrice et condescendante envers ses semblables.
Néanmoins, elle comprit que ses pouvoirs ne devaient pas être utilisés à la légère,
ni être pris pour argent comptant.
Et également que le plus grand danger de la Légion Ardente
n’œuvre pas sur les champs de bataille mais dans les esprits des mortels,
les menant petit à petit, par des promesses murmurées, sur les chemins de la corruption.

C'est à l'âge de 16 ans qu'elle fut finalement autorisée,
pour la première fois, à sortir de l'enceinte de l'ancien monastère.
Il était temps, temps qu'elle prenne son destin en main.
A l'aube, elle partit seule à pied avec un ordre précis :
Se rendre dans la grotte sous la chute d'eau qui tombe dans la clairière
à quelques lieues à l'est du pied de la colline.
Une fois là bas elle devrait accomplir un rituel permettant d'invoquer un démon mineur,
avec lequel elle devrait pactiser. En effet, pactiser et non asservir, dans le cas des diablotins,
la servitude de celui ci provient du pacte de sang passé avec le démoniste,
liant leurs destins ensemble.
Les diablotins étant des démons mineurs, ils sont plutôt mal traités par les autres démons qu'autre chose et voient dans les démonistes un moyen d'échapper à cela.

Quoiqu'il en soit, elle s'y rendit, traversa la chute d'eau et pénétra ainsi dans une sombre grotte humide.
Là elle traçât un étrange pentacle sur le sol, puis fit appel aux arcanes gangrenées
afin activer les mystérieuses runes dessinés à l'intérieur du cercle.
Celles-ci s'illuminèrent et un petit diablotin aux grandes oreilles apparut,
il fixa Lal' d'un air sévère tout en restant immobile et silencieux,
sachant pertinemment pourquoi il était là.
Au bout d'une dizaine de secondes c'était trop.
Il se mit à sautiller sur place de droite à gauche jouant avec des boules de feu gangrenées dans chacune de ses petites "mains"...
Lal' sut directement que ce petit compagnon lui plairait.
Faisant naître une petite flamme gangrenée dans sa main elle lui envoya rapidement,
le diablotin effectua un petit salto avant de la gober un air malicieux brillant dans ses yeux.

La nuit commençant à tomber et son rituel accomplit elle rentra,
suivie de son nouveau compagnon, retrouver Morgäne et ses consœurs.
Cependant, c'est ce jour là qu'un groupe d'humains du village avoisinant avaient décidés de faire brûler les ruines de l'ancien monastère- à présent considérées comme maudites- et ses habitantes avec lui.
Ne sachant pas qu'ils commettait le génocide de la dernière branche d'un antique ordre fortement opposé à la Légion Ardente... Ordre qui aurait pu se révéler être un puissant allié.

Ainsi lorsqu'elle arrivât au pied de la colline, elle comprit ce qui s'était passé et s'effondra sur le sol, le brasiers encore incandescent qui surplombait la colline se reflétant dans ses yeux remplis de larmes.
Même le démon qui l'accompagnait ressentit le désespoir et la rage intérieur si puissants de sa nouvelle maîtresse qu'il se mit à frémir d'une extase presque orgasmique.
Lal' n'avait plus rien, si ce n'est son pouvoir, depuis ses premiers instants de conscience elle avait été préparée à devenir une puissante arme contre la Légion.
Elle le savait et ne gâcherais pas le sacrifice de ce qu'elle considérait comme la seule et unique famille qu'elle n'ai jamais eue.


Accoutumée depuis son plus jeune âge aux arcanes gangrenées,
elle gère son addiction comme elle le peut depuis bien des années...
Bien sûr, ayant passé toute sa vie au contact des démons et à l'utilisation des énergies démoniaques, son esprit s'en est vu modifié.
La plupart des humains la considéreraient comme folle à lier ou simplement venu d'un autre monde se matérialisant sous la forme d'une jeune humaine séduisante et charismatique. Cependant pour les gens intelligents ( «  ce sont les plus dérangeants ») qui sauront la supporter et l'écouter un peu, elle se révélera être d'une grande intelligence et une mine d'information sur les sujets liés aux arcanes, aux démons ainsi qu'au Néant Distordu.

M'enfin revenons en à nôtre histoire !

Elle était donc là, au pied de cette même colline que seize ans plus tôt... Seule à nouveau.
Remettant sa capuche en place, elle renvoya le diablotin et s'en alla d'un pas vif vers la côte.
Côte qu'elle longea jusqu'à tomber sur un petit village de pêcheurs,
elle en trouva un qui embarquait et lui demanda de l'emmener au port de la capitale Humaine, la majestueuse Hurlevent.
Celui-ci malgré la promesse d'une paye généreuse -dont il ne verrait pas la couleur-  
était superstitieux et refusa catégoriquement d'emmener une femme en mer sur son navire.
La réponse fut grosso-merdo semblable de la part des quelques loups de mer a qui elle demanda.

Elle continua donc sa route le long de la côte et,
après quelques jours à arpenter les marécages,
elle finit par arriver à une ville humaine un peu plus grande
dont partait des navires marchands.
Elle embarqua clandestinement en tout discrétion
et parvint ainsi à se rendre au port d'Hurlevent.
Elle cherchait des informations, et le meilleurs moyens de les trouver
serait d'aller la où les gens sont rassemblés en ces temps dangereux:
dans les grandes villes.
C'est là qu'elle apprit les récents avancement de la Légion, la mort du roi,
le récent traité de paix avec les Illidari et leurs Chasseurs de Démons,
nom qui attira grandement son attention et piqua à nouveau sa curiosité au vif.
Seule, n'ayant plus rien à perdre et rien d'autre à faire.
Elle mena ses recherches et, au bout de quelques jours , finit par rencontrer un Commandant Illidari.
Celui-ci était arrivé là après sa fuite du caveau des gardiennes
qui avait été assailli par les troupes de la légion ardente.
Il cherchait à rassembler des combattants Illidari
ainsi que des renforts avant d'embarquer pour les îles-brisées.
Là il installerait un camp de base & d’entraînement en vue de mener
diverses opérations militaire contre les hauts commandants de la Légion.

Sachant que c'était là un signe du destin,
elle lui jura loyauté dans sa cause et décida
d'embarquer avec lui quand le moment serait venu.

Elle pourrait enfin déchaîner sa haine et laisser déferler sa rage
sur les hordes de démons de la Légion, et ainsi faire honneur à ses consœurs,
à l'ordre et surtout... à Morgäne.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum