Les Elfes de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Elfes de la nuit

Message  Asra le Dim 05 Nov 2017, 14:13

Histoire des elfes de la nuit :

Les elfes de la nuit (ou kaldorei) sont une race puissante et mystique dont les origines remontent aux temps anciens, bien avant que les hommes ne foulent la terre. Ces êtres alors immortels ont été les premiers à étudier la magie arcanique, fondant une civilisation avancée qui, à son apogée, occupait un très vaste territoire sur le continent de Kalimdor. La vanité des elfes de la nuit aboutit à la Grande Fracture du monde et à l'arrivée de la Légion Ardente, si bien que les survivants de cette race ont conçu une société radicalement différente de leur ancien empire afin de ne plus répéter les erreurs du passé. Cet héritage étendu en fit des individus autosuffisants, mais dont l’isolationnisme est cependant remis en question par l'arrivée de nouveaux peuples à même de les combattre comme d'en faire des alliés.


La naissance des elfes de la nuit :

Il y a environ 15 000 ans, une tribu de trolls indifférente aux turpitudes de son espèce et en profonde harmonie avec la nature est venue s'installer près des eaux scintillantes du Puit d'Eternité, la principale source de magie d'Azeroth. Au fil du temps, le pouvoir cosmique des eaux du lac affectèrent ces trolls sombres, élevant dans la grâce leurs esprits et leurs silhouettes pour donner naissance à une nouvelle race : les elfes de la nuit. Beaucoup ont la conviction que c'est la déesse Elune qui les amena sur les rives du Puit d'Eternité. Quelque soit la vérité, ces nouveaux êtres abandonnèrent bien vite leurs anciennes traditions pour se tourner vers la déesse qu'ils pensaient sommeiller au fond du lac durant le jour et s'élever parmi les étoiles durant la nuit. Ils découvrirent le nom de "Kalimdor" et d'autres mots de la langue titanique pour communiquer avec Elune. Et leurs recherchent leur permirent de découvrir de nombreux artefacts dans la périphérie du Puit. Bientôt, ils adoptèrent le nom de "Kaldorei", qui signifiait "enfants des étoiles" dans leur langue natale.

Les premiers prêtres et voyants ont étudié le Puit avec une curiosité insatiable, poussés à découvrir ses secrets et maîtriser son incroyable pouvoir. A mesure que leur nombre augmentait, les elfes de la nuit ont exploré Kalimdor et rencontrés ses innombrables créatures. Les arbres, les fleurs et les créatures forestières les ont regardés s'épanouir, ce qui amena de puissantes entités primordiales à leur rencontre. L'une d'entre elles n'était autre que Cénarius, un demi-dieu de la forêt qui leur consacra du temps pour leur enseigner les secrets du monde naturel. Cénarius adorait les elfes de la nuit et croyait qu'ils avaient le potentiel pour devenir de grands gardiens de l'équilibre.  

Ainsi, les kaldorei ont développé une forte empathie pour les forêts de Kalimdor et se sont épanouis dans l'harmonie avec la nature. En parallèle, leur curiosité au sujet du Puit d'Eternité s'est embrasée et nombre d'entre eux se sont décidés à poursuivre l'étude des arcanes. C'est autour des rives du lac qu'ils ont bâti le coeur de leur civilisation ; une capitale du nom d'Elun'dris (l'Oeil d'Elune). Les seules créatures qui mirent en cause leur expansion furent les dragons. Ces êtres anciens étaient les protecteurs du monde et les elfes de la nuit pensaient que leurs secrets devaient restés gardés.


L'Empire Kaldorei :

Avec le temps, de plus en plus d'elfes aspiraient à une vie différente. Tout d'abord attirés par les arcanes, les secrets du Puit d'Eternité devinrent pour eux une véritable obsession. Ils ont rigoureusement étudié ses énergies et celles ci devinrent une part entière de leur civilisation, une source de pouvoir à portée de main dont ils se délectaient avidement. Avec l'aide de la magie, ils élevèrent d'immenses temples et bâtirent des routes aux quatre vents. Repousser les limites devint la force motrice de la race kaldorei et le règne de la Reine Azshara marqua l'entrée dans un âge d'or. La reine était adorée par tous les elfes, mais les castes inférieures de la société développèrent une certaine rancoeur envers ses plus grands serviteurs : les nobles Bien-nés. Elun'dris fût bientôt renommée Zin-Azshari (Gloire d'Azshara).

Seules les nations trolls furent ouvertement hostiles aux elfes de la nuit. Malgré leurs tentatives pour bloguer l'expansion de l'Empire Kaldorei, aucune nation n'atteint une échelle aussi vaste dans l'histoire récente de notre monde. L'influence d'Azshara était telle qu'elle éclipsait les rêves les plus fous de Lei Shen et des sages Zandalaris. Galvanisés par les énergies du Puit d'Eternité et détenteurs d'une magie toute puissante, les elfes de la nuit en vinrent bientôt à menacer directement les deux plus grands empires trolls d'Azeroth : Amani et Gurubashi. En seulement quelques années, ces derniers furent fragmentés. Cependant les elfes ne s'intéressaient pas à la conquête ; aux yeux d'Azshara, les trolls étaient une nuisance mineure et leurs guerres étaient la marque d'esprits primitifs, ou du moins non éclairés. Les trolls de Zandalar obtinrent une trêve durable, mais gardent encore de nos jours un profond sentiment de honte mêlé de haine à l'égard des elfes de la nuit qui les ont vaincus.

Ainsi l'Empire Kaldorei était au comble de sa puissance lorsqu'Azshara et les Bien-Nés réalisèrent qu'ils n'avaient encore exploité qu'une infime portion de la puissance du Puit d'Eternité. A mesure que leurs expériences progressaient, ils constatèrent qu'ils pouvaient altérer l'ordre même de l'univers, que ce soit pour créer ou détruire à loisir. Bien qu'ils aient convenu que la magie arcanique était intrinsèquement dangereuse, ils continuèrent à pratiquer leurs sortilèges avec imprudence, provoquant des séismes en cascade dans le Néant Distordu. Malgré ses avertissements, le demi-dieu Cénarius ne put que constater son échec à raisonner les mages Bien-Nés. Même si l'essentiel des elfes de la nuit continuaient de vénérer la nature, il savait au fond de lui même que l'arrogance d'Azshara avait franchi un cap de non retour. Si bien que les voeux de pureté de la race elfique formulés par la reine devinrent le terreau fertile d'une paranoïa qui allait durablement scinder la société.


La guerre des Anciens :

Au fur et à mesure que leurs pouvoirs augmentaient, les Bien-Nés devinrent de plus en plus cruels avec les individus moindres. Même la beauté légendaire de la Reine Azshara fût voilée par l’orgueil ; elle commença à se couper de ses sujets, préférant la compagnie exclusive de ses mages. Les pandarens, pourtant alliés de longue date avec les elfes de la nuit, décidèrent de rompre tout lien, anticipant peut être les dangers à venir. En dépit de son isolement relatif, Azshara attira bientôt l'oeil de puissance jusqu'à lors inconnues : Le Titan Noir Sargeras réussit à contacter la reine et son plus fidèle assistant : le Seigneur Xavius. En échange de nouveaux pouvoirs, il demanda aux Bien-Nés d'ouvrir une porte d'entrée vers Azeroth, promettant la bénédiction à venir de leur race. Dans leur insolence, les mages ont cherché à utiliser la magie de Sargeras à des fins plus personnelles, mais furent bientôt consumés par cette puissance qu'ils tentaient en vain de maîtriser.

A mesure que la barrière entre les mondes s’amoindrissait, Sargeras envoyait toujours plus d'émissaires démoniaques afin d'élargir le portail et de préparer sa venue de l'au delà. Ces monstres étaient les soldats d'une armée immortelle connue sous le nom de Légion Ardente, vouée à détruire l'ensemble de la Création. Tous les elfes de la nuit ne restèrent pas indifférents à ces incursions. Un petit groupe, dirigé par Malfurion Hurlorage, le premier druide, Tyrande Murmevent, la futur Grande Prêtresse d'Elune et Jarod Chantelombre réalisèrent la menace posée par Azshara et ses alliés maléfiques. Quand Sargeras apprit que sa victoire imminente était menacée par quelques elfes, il déchaîna ses armées sur Azeroth afin d'éradiquer tous ceux qui étaient indignes de sa venue : à savoir l'entièreté de la race kaldorei.

Une grande guerre débuta dans tout Kalimdor lorsque d'Anciens protecteurs ont surgi pour aider le jeune Malfurion face aux armée immortelles de Sargeras. Le demi-dieu Cénarius, les dieux sauvages, les Aspects draconiques, les Anciens et quantité de races se soulevèrent toutes ensemble. Les mois avançant, la Résistance Kaldorei parvint à obtenir des victoires décisives qui l'amenèrent aux portes de Zin-Azshari. Et au plus fort de la bataille du Puit d'Eternité, Malfurion parvint à perturber le sortilège maintenant le portail et couper définitivement la Légion Ardente d'Azeroth.


La Grande Fracture :

Les puissances déchaînées autour du Puit d'Eternité étaient telles qu'il implosa. Cela eut pour effet un immense cataclysme connu sous le nom de Grande Fracture. D'innombrables créatures furent envoyées au fond des mers alors que le continent même se déchirait. De l'emplacement du Puit d'Eternité subsiste à présent le Maelstrom, une tempête continuelle au milieu de la Grande Mer où les magie élémentaires se rassemblent pour former un vortex. Si l'essentiel des Bien-Nés disparurent lors de ces événements, une bonne partie de la race kaldorei avaient été massacrée par la Légion Ardente et ses suivants. Les survivants se détournèrent des arcanes pour se consacrer exclusivement à l'harmonie avec la nature. Ils s'installèrent dans la vallée du Berceau-de-l'Hiver, sur le flanc du Mont Hyjal et entreprirent de rebâtir la civilisation.

Malgré cette quiétude retrouvée, la profonde addiction à la magie du frère de Malfurion, Illidan Hurlorage, poussa ce dernier à commettre l'irréparable. Alors que le Puit d'Eternité étaient en train de s'effondrer, le chasseur de démons avaient rempli trois flacons de ses eaux. Ne pouvant plus supporter la disparition du Puit, il déversa les fioles dans un lac du Mont Hyjal, transformant celui ci en un nouveau puit. En refusant d'abandonner ses pouvoirs et en mettant de nouveau en danger son peuple, Illidan s'exposa au courroux de son frère qui ordonna à la Gardienne Maiev Chantelombre, soeur de Jarod, de l'enfermer à jamais dans les tréfonds.

Des années passèrent durant lesquelles les elfes de la nuit ont travaillé sans relâche à restaurer leur empire déchu. Préférant la vie au coeur des bois à celle des cités dantesques qu'ils avaient naguère bâti, ils apprirent à façonner la nature pour en faire leur nouvelle habitat. Bientôt, une nouvelle cité fût bâtie à la base du Mont Hyjal : Havrenuit. Bientôt, les dragons revinrent observer les progrès des elfes. Malfurion les alerta de l'existence d'un nouveau puit d'Eternité, ce qui ne manqua pas d'éveiller leurs craintes d'un retour de la Légion Ardente. Un pacte fût décidé entre les enfants des étoiles et les aspects draconiques : Alexstrasza, la Lieuse de vie, rapporta un gland enchanté, ultime reste de l'Arbre Mère G'hanir, et le plaça dans le puit. D'autres histoires racontent que c'est Malfurion lui même qui apporta une branche de G'hanir pour faire naître Nordrassil, le premier Arbre-Monde.

Cet arbre aux pouvoirs formidables servirait à réguler le pouvoir du nouveau puit et le dissimuler de la Légion Ardente. Il servirait à la fois de symbole de connexion entre l'arcane à la nature, mais aiderait aussi les elfes de la nuit et le monde naturel à guérir de la Grande Fracture. En récompense de leur efforts face aux démons, les elfes de la nuit reçurent aussi une bénédiction de Nozdormu, l'aspect du temps : tant que l'arbre monde serait debout, les elfes resteraient insensibles à l'âge et à la maladie. Ysera, la Rêveuse, plaça quand à elle un enchantement qui permettrait aux esprits elfes de la nuit d'être lié à son propre royaume : une dimension éthérée du nom de Rêve d'Emeraude. Le pacte noué avec Ysera supposait que les druides passent de longues périodes d'hibernation afin d'emprunter les sentiers du Rêve d'Emeraude et de protéger celui ci de toute intrusion aux côtés de la dragonne.

Etant donné l'absence relative des druides, Tyrande fonda aux alentours de l'an 9400 BDP l'armée des Sentinelles afin de surveiller les forêts et en chasser les derniers éléments de la Légion Ardente. L'un des événements majeurs de la période fût la Guerre du Satyre (-9300 BDP), durant laquelle les serviteurs de la Légion Ardente survivants se rassemblèrent sous les ordres de Xalan, le seigneur de la Flamme Emeraude. Face aux pertes terribles endurées par leurs frères, un groupe de druides commença à expérimenter une dangereuse transformation en loup. Ces "druides de la Meute" canalisaient leurs pouvoirs à travers un puissant artefact appelé Faux d'Elune afin de maîtriser leurs nouveaux pouvoirs, mais leurs tentatives échouèrent et ainsi naquirent les premiers worgens. Les satyres furent finalement vaincus, repoussés aux confins des territoires kaldorei et à jamais désorganisés. Mais Malfurion dut se résoudre à enfermer les druides de la Meute dans le Rêve d'Emeraude avant qu'ils ne représentent une menace pour les siens. Il créa lors de la même occasion le Cercle Cénarien, une puissante organisation druidique chargée de surveiller la nature et de maintenir l'équilibre de celle ci.


La Longue Veille :

Les Bien-nés demeurèrent un vaste problème pour les kaldorei. Ceux qui avaient survécu à la Grande Fracture essayèrent de s'assimiler au reste de la société mais ne purent longtemps contenir leur dépendance à la magie des arcanes. Dirigés par Dath'Remar, ces Bien-nés voyaient les druides comme des lâches pour avoir abandonné le pouvoir des arcanes : avant de sommeiller, Malfurion les avait avertis que toute utilisation de la magie serait punie de mort. Dans un tour de force, Dath'Remar et ses disciples déclenchèrent une terrible tempête magique sur la forêt d'Orneval ce qui déclencha la colère des elfes de la nuit. Craignant pour leurs vies, ces derniers décidèrent d'exiler les Bien-Nés pour de bon. Ainsi, les mages quittèrent Kalimdor, naviguant à travers l'océan en quête de nouvelles terres à coloniser. Par la suite, ils établirent la nation de Quel'Thalas au nord des Royaumes de l'Est. Les elfes de la nuit, de leur côté maintinrent une attention constante aux dangers posés par leurs ennemis, débuta ainsi une période connue sous le nom de "Longue Veille".

En l'absence de Malfurion, Tyrande devint la dirigeante des elfes de la nuit. Néanmoins, les druides se réveilleraient en cas de crise majeure pour la race. La plus grande de ces crises fut probablement celle de la Guerre des Sables Changeants (-975 BDP). Dans les temps anciens, les empires trolls forcèrent les Qirajis à se retirer dans l'antique cité d'Ahn'Qiraj. Ils ignoraient cependant que cet endroit était aussi la prison du Dieu Très Ancien C'Thun. Ainsi, les Qirajis se développèrent au cours des siècles sous l'influence de l'éternel, liant à leurs efforts une autre race insectoïde appelée les silithides. Lorsque les Qirajis se revélèrent au grand jour pour conquérir Azeroth, ils firent face aux elfes de la nuit menés par l'Archidruide Fandral Forteramure et la prêtresse de la lune Shiromar. Ce n'est qu'avec l'aide des vols draconiques que les Qirajis purent être repoussés : Anachronos, Merithra, Caelestrasz et Arygos ont répondu à l'appel et forcé les insectoïdes à se replier une fois de plus dans les tréfonds d'Ahn'Qiraj. Mais alors que ces derniers s'apprêtaient à riposter, les dragons rentrèrent dans la cité et érigèrent le Mur du Scarabée : une barrière enchantée sensée contenir les Qirajis le temps qu'une puissante armée se constitue pour les détruire définitivement. Fandral reçu un artefact capable d'ouvrir les portes d'Ahn'Qiraj : le sceptre des Sables changeants. Cependant, la mort de son fils Valstann durant la guerre le fît rentrer dans une rage profonde et il brisa l'artefact, endommageant par là même les liens entre son peuples et les vols draconiques.


La Troisième Guerre :

L'isolement des elfes de la nuit fût brisé lors de la Troisième guerre alors que des réfugiés des Royaumes de l'Est arrivèrent en grand nombre aux marges de leur territoire. Les orcs, alors en quête de ressources, avaient envoyé le chef Grom Hurlenfer dans la forêt d'Orneval. Les entreprises de déforestation des orcs furent l'actes déclencheur d'une guerre avec les elfes de la nuit. Alors que les forces de la nature menées par Cénarius remportaient des victoires toujours plus importantes sur le clan Chanteguerre, une conspiration démoniaque permit à Grom Hurlenfer de retrouver le sang de Mannoroth et de redonner aux siens la puissance de ses anciens maîtres. Ainsi, même le demi-dieu Cénarius ne put contenir la fureur des orcs qui le renvoyèrent dans le Rêve d'Emeraude.

Dans les suites de ce conflit, aussi connu sous le nom de Troisième Guerre, la Légion Ardente et le Fléau envahirent les territoires elfes de la nuit. La grande prêtresse Tyrande rassembla une vaste armée derrière elle et réveilla même Malfurion Hurlorage contre la menace résurgente. Pendant la majeure partie de cette période, les elfes de la nuit restèrent hostiles aux expéditions de la Horde et de l'Alliance dans la région, mais ils se joignirent aux races mortelles lors de la Bataille finale du Mont Hyjal. Alors que le seigneur démon Archimonde, lui même, gravissait les pentes de la montagne avec ses armées démoniaques, se rapprochant toujours plus de l'Arbre-Monde, les forces alliées retardèrent son avancée, permettant à Malfurion Hurlorage d'accomplir un puissant rituel magique. Au prix de leur immortalité, les elfes de la nuit déchaînèrent la puissance des esprits sur Archimonde qui disparut dans une explosion dantesque.

Durant la Troisième Guerre, Tyrande libéra le chasseur de démon Illidan Hurlorage des mains des gardiennes. Nul ne sait si la compassion de la prêtresse l'emporta sur son pragmatisme ce jour là. Mais le traître ne tarda guère à poursuivre ses propres objectifs. Ravissant le crâne de Gul'dan au seigneur Tichondrius, il devint à son tour un puissant démon. Obstinée par la capture d'Illidan, la Gardienne Maiev Chantelombre, soeur de Jarod, poursuivit ce dernier à travers Kalimdor. Mais le traître parvint à lui échapper en levant autour de lui une armée de naga. Des Îles Brisées à Lordaeron, la traque d'Illidan impliqua bien des forces elfiques. Tyrande et Malfurion y prirent part, mais contre toute attente le chasseur de démons sauva à son tour Tyrande. De fait, les deux amants lui accordèrent l'exil. Furieuse, Maiev poursuivit Illidan à travers un portail menant vers l'Outreterre. Mais ceci est une autre histoire...


L'après guerre :

Bien que victorieux, les elfes de la nuit ont beaucoup souffert de ce nouveau conflit avec la Légion Ardente. Leur race devenue mortelle, l'arbre-monde blessé, les forêt d'Orneval envahie par les démons et les orcs, ils durent rapidement réagir sous peine d'être abattus pour de bon. Plusieurs voies apparurent pour remédier à ces nouvelles turpitudes. Fandral Forteramure émit l'idée de créer un nouvel arbre-monde afin de restaurer l'immortalité de son peuple. Malfurion le mit en garde contre une telle cupidité à l'égard de la nature, mais il tomba soudainement dans un comas profond, piégé dans Rêve d'Emeraude, ce qui permit à Fandral d'aboutir dans ses plans. Sur l'île de Kalidar, au nord-ouest de Kalimdor, fût planté la Teldrassil et sur ses branches fût édifiée la grande cité de Darnassus. Cependant, fautes de la bénédiction des aspects draconiques, l'arbre montra des signes de corruption et l'immortalité des elfes ne fût pas restaurée.

Si dans un premier temps les rapports entre les elfes de la nuit et les autres factions d'Azeroth furent plutôt rudes, ils décidèrent après mûre réflexion de rejoindre l'Alliance afin de réfréner le Clan Chanteguerre dans ses oeuvres de déforestation en Orneval. Le Cercle Cénarien préféra arborer la neutralité dans ce conflit, concentrant ses efforts à nettoyer les forêts de la corruption. Plutôt discrets dans un premier temps, il se joignit à plusieurs conflits dont la Deuxième guerre des Sables Changeants en Silithus, la traque des dragons du Cauchemar ou encore l'expédition en Outreterre. Les forces de Tyrande se consacrèrent quant à elles à chasser les forces de la Légion Ardente et du Fléau des territoires kaldorei, colonisant par là même de nouvelles régions comme les landes maudites d'Azshara ou la jungle primitive de Féralas.

Au fur et à mesure que la corruption de la Teldrassil s'aggravait,le Cauchemar d'Emeraude, une forme pervertie du Rêve éponyme, s'étendait davantage. Alors que la plupart des grandes menaces d'Azeroth avaient été vaincues, des gens du monde entier sombrèrent dans le comas, leurs esprits attirés dans le Rêve. Aidés par les dragonnes Alexstrasza et Ysera, ces héros mirent au jour les machinations de Fandral Forteramure : ce dernier avait délibérément plongé Malfurion dans le comas à l'aide de fibres d'aurore et avait greffé la dépouille de Xavius à l'Arbre-monde de Teldrassil, donnant ainsi naissance au Cauchemar d'Emeraude. Le Cauchemar repoussé en son propre domaine, les héros purent regagner l'univers physique. Et au lendemain de leur réveil, Alexstrazsa et Ysera entreprirent de bénir la Teldrassil, consummant en grande partie sa corruption.

Quelques temps après ces événements, un archimage Bien-né du nom de Mordent Ombrégale pris le risque de revenir au Mont Hyjal et de contacter Tyrande. Il proposa à cette dernière de mettre de côté leurs hostilités pour se consacrer aux défis plus larges auxquels la race elfique était confrontée. Malgré les doutes de certaines sentinelles, la proposition fût acceptée et l'essentiel des bien-nés entreprirent de renouer avec leurs anciens frères elfes de la nuit. Tout d'abord discrète, cette assimilation pris de l'ampleur lorsque certains druides et soeurs d'Elune choisirent d'apprendre les secrets des arcanes tandis que des bien-nés se tournèrent vers les voies traditionnelles. Ces changements sociétaux ont marqué le premier pas d'une réconciliation durable entre les anciens nobles et leurs sujets abandonnés.


Le Grand Cataclysme :

A l'autre bout du monde, la malédiction worgen avait ressurgit et déchirait la nation de Gilnéas alors même que la terre semblait se déchirer à nouveau. Les Réprouvés menèrent une invasion maritime sur le territoire Gilnéen. Mais une intervention inespérée des elfes de la nuit permit de rééquilibrer le conflit : à l'aide des pouvoirs de la Faux d'Elune, le druide Valorn Calmebranche et la prêtresse de la lune Belysra Soufflétoile libérèrent les worgens de leur sauvagerie. Brisant le blocus de la Horde autour de Gilnéas, le roi Grisetête et son peuple purent s'enfuir de la péninsule. Après cela, les kaldorei ont accordé l'asile aux worgens dans la cité de Darnassus. Certaines guerrières de cette race ont même reçu l'honneur immense de rejoindre les sentinelles. D'autres worgens se sont également rapprochés des voies druidiques et on intégré le Cercle Cénarien.

Le désordre généralisé causé par le retour de Neltharion et le Cataclysme qu'il a provoqué en Azeroth marqua le début d'une nouvelle ère de violences entre la Horde et l'Alliance. Le territoire elfe fût l'un des principaux fronts de cette nouvelle guerre. La Horde attaqua la première en ralliant les clans de trolls Briselance du nord de Sombrivage, mais les sentinelles parvinrent à repousser cette attaque, si bien que le conflit se concentra dans les forêts d'Orneval plus au sud. Deux offensives de la Horde de Hurlenfer ont ainsi été lancées, mais toutes les deux furent arrêtées par les elfes de la nuit avec l'aide de l'Alliance. Cependant, les colonies d'Azshara ne purent gagner du terrain face au Cartel Baillefond. Désireuse d'établir une voie de ravitaillement entre les elfes de la nuit et la cité de Theramore, l'Alliance mena sa propre offensive dans les Tarides et les Serres-Rocheuses. Durant cette bataille, une gigantesque bombe fût lachée par l'armée de Krom'gar sur le Bosquet de Thal'darah et anéantit celui-ci. Désorganisée par l'exécution de son général par Garrosh en personne, la légion de Krom'gar était désorganisée lorsqu'un bataillon de Theramore entreprit d'armer les Totems Sinistre de la région. Cette entreprise se soldat par une grande victoire qui relâcha la pression faite sur les territoires kaldorei.

Bien que Malfurion Hurlorage soit le co-dirigeant de la race elfique, le Cercle Cénarien est resté neutre dans le conflit et a focalisé ses efforts sur le rétablissement de l'équilibre après le Cataclysme. L'archidruide lui même a arrêté la destruction de Sombrivage avec ses alliés de la nature. Plus au sud, dans les terres arides de Désolace, le Cercle Cénarien entreprit de restaurer la vie tandis que dans les Tarides le druide Naralex mettait un terme à la corruption du Lacis, une jungle folle toute droite sortie de terre par sa faute. La purification de Gangrebois avait quant à elle bien avancée lorsque des gobelins se mirent à exploiter les arbres de la région.

Alors que le continent était plongé dans les guerres de factions, le Mont Hyjal fût attaqué par les forces combinées du Marteau du Crépuscule et du Seigneur Ragnaros, maître des Terres de feu. Aidés par l'archidruide renégat Fandral Forteramure, ils incendièrent une bonne partie des falaises conduisant à l'Arbre Monde, suscitant le courroux de toutes les forces de la nature environnante. Espérant contenir l'influence des dieux sauvages, les fanatiques du Crépuscule créérent des avatars sombres de ces derniers. Mais les gardiens d'Hyjal réussirent à reprendre du terrain jusqu'à s'infiltrer dans le domaine élémentaire de Ragnaros et tuer le seigneur élémentaire, mettant un terme à l'invasion.


L'invasion de Pandarie :

Le Cataclysme n'avait pas seulement détruit une bonne partie du monde ; il en avait révélé des parcelles jusqu'à lors inexplorées. Des brumes magiques qui la recouvraient émergea le légendaire continent de Pandaria. Pour restaurer l'immortalité des elfes de la nuit, le gardien du savoir Vaeldrin recherchait les Bassins de la jeunesse crées par une civilisation antérieure à celle de la Reine Azshara. Avec l'aide de manuscrits anciens, il ouvrit un portail vers les Etendues sauvages de Krasarang où devait se trouver le site magique. Ayant eu une sorte de révélation, Tyrande dépêcha à sa suite un groupe de sentinelles dirigé par la fille de Vaeldrin : Lyalia. Le groupe fût cependant piégé par d'anciens sortilèges mogu placés sur le site. Ce n'est que lorsqu'un aventurier de passage les libéra que les recherches purent continuer.

Les bassins de la Jeunesse s'avérèrent être bien plus néfastes que ce qu'espérait Vaeldrin : faute d'accorder librement l'immortalité, ils étaient utilisés pour transférer l'énergie vitale d'une personne à une autre. Vaeldrin sacrifia sa propre vie lorsque sa fille fût tuée lors d'une embuscade tendue par les mogus. Le corps expéditionnaire elfe de la nuit continua néanmoins ses fouilles à travers le continent, aidant les populations locales face aux mogus et aux troupes de la Horde. Lorsqu'elle atteignit le Val de l'Eternel Printemps, elle constitua une forte garnison dans le sanctuaire des Sept Etoiles. D'autres merveilles archéologiques furent par ailleurs trouvées en Pandarie ; la Cloche Divine fût confiée aux kaldorei qui la ramenèrent à Darnassus afin de l'étudier. Cependant, la cloche fût volée par la Horde.

Le conflit entre la Horde atteint bientôt son paroxysme lorsque Garrosh Hurlenfer s'octroya la puissance du Coeur d'Y'shaarj, un artefact malveillant provenant directement de la dépouille d'un Dieu Très Ancien. Lorsque la guerre civile éclata au sein de la Horde, les elfes de la nuit rejoignirent les rebelles et les forces de l'Alliance pour assiéger Orgrimmar. Alors que l'assaut naval ouvrait la voie vers l'est de la cité, Tyrande arriva à la tête de ses forces par l'ouest et abattit les portes de la forteresse à l'aide de ses lanceurs de glaives. Elles et ses sentinelles ont alors affronté l'avant garde Kor'Kron, permettant aux restes des armées d'envahir la ville.


La guerre en Draenor :

La réouverture de la Porte des Ténèbres sur une Draenor alternative ajoutée à la menace d'une nouvelle Horde toute droite sortie du passé ne manqua pas d'attirer l'attention des elfes de la nuit qui envoyèrent des troupes aux côtés de celles de l'Alliance. La puissante gardienne Cordana Gangrechant fût l'un des premiers héros à poser le pied de l'autre côté du portail, affrontant les orcs aux côtés de Khadgar. Tandis que les sentinelles et les druides renforçaient les avant gardes de l'Alliance à travers le continent, Cordana accompagna l'archimage dans ses recherches et mis au jour la présence de la Légion Ardente, alors représentée par Gul'dan et le conseil des Ombres.

Lorsque l'assassin Garona tenta d'assassiner Khadgar à plusieurs reprises, lui et la gardienne cherchèrent un moyen de la soustraire à l'influence du conseil des Ombres, tout comme Lothar quelques décennies auparavant. Une fois l'assassin capturée, Cordana pris le risque de l'interroger à l'aide de l'Orbe d'assujettissement, un artefact maléfique qui servit plus tard à libérer la semi-orque. Consciente du danger représenté par l'artefact, la gardienne partit le détruire de son côté. Mais même un esprit aussi droit que celui de Cordana ne pût résister aux promesses de la Légion, si bien qu'elle se retourna contre ses alliés. Une telle traîtrise affecta beaucoup Khadgar, mais ce dernier ne parvint guère à arrêter Cordana qui prit la fuite durant le conflit.


Le retour de la Légion Ardente :

Quelques mois plus tard, la gardienne devint l'une des pièces maîtresses du plan d'invasion de la Légion Ardente en Azeroth. Tandis que Gul'dan ouvrait un portail de grande ampleur dans la Cathédrale de la Nuit Eternelle, aux Îles Brisées, la gardienne déclenchait une révolte dans le Caveau de sa sororité, permettant aux démons de s'emparer de la dépouille d'Illidan Hurlorage. Dans le même temps, l'Alliance subit un terrible revers sur le Rivage Brisé où de nombreux elfes de la nuit perdirent la vie. Le continent entier livré à l'influence de la Légion, Tyrande et ses alliés durent mobiliser de grands efforts pour espérer repousser l'invasion et sauver Azeroth même de la destruction. Sur l'île des gardiennes, au sud des terres maudites d'Azsuna, de puissants héros se rendirent dans le caveau de l'ordre pour abattre Cordana et ainsi venger ses soeurs trahies.

Dans la contrée reculée de Val'sharah, le seigneur Xavius se manifesta et corrompit l'arbre monde Shala'nir, libérant le Cauchemar d'Emeraude dans toute la région. Au cours d'une course poursuite qui s'avéra être un piège du seigneur des Satyres, Malfurion fût capturé et Ysera la Rêveuse frappée droit au coeur par la Larme d'Elune corrompue par Xavius. Seul un miracle de la déesse Elune même libéra l'esprit d'Ysera et permit la purification de l'artefact. Dans le même temps, de puissants héros affrontèrent les avatars du Cauchemar dans les tréfonds même de ce dernier, détruisant l'essence de Xavius. Sur la côte, les gardiens de Val'sharah, les Tisse-Rêve, luttèrent contre les forces réincarnées du seigneur Kur'talos Corvaltus au Bastion du Freux, mettant un terme à la machination du Nathrezim Dantalionax. Ces incursions ne furent pas isolées ; elles s'inscrivaient dans un contexte d'invasion global durant lequel même le mont Hyjal fût menacé. Depuis la Sylverêve, un bosquet situé au nord de Val'sharah, le Cercle Cénarien commande ses opérations à travers le monde est contribua largement à sauver celui ci du Cauchemar d'Emeraude en neutralisant ses principaux agents.

La guerre dans les Îles Brisées fût également marquée par le retour d'anciennes factions alliées aux elfes de la nuit. L'antique cité de Suramar, jusque là épargnée par un large bouclier magique, se révéla aux yeux du monde. La grande Magistrice Elisande qui avait pourtant soutenu la résistance kaldorei durant la guerre des Anciens fût contrainte de pactiser avec la Légion Ardente pour sauver les siens. Si bien qu'une résistance s'organisa au sein de son peuple, les shal'dorei, pour contrer ses plans. Lorsque la résistance et ses alliés furent suffisamment forts, la prêtresse Tyrande mena une armée de sentinelles droit sur la capitale, mettant un terme au règne d'Elysande. Menacée elle aussi par les troupes d'Elysande, la mythique garde de la Lune descendit de sa forteresse du nord de Suramar pour assister les héros dans leur quête.

A l'heure actuelle, le Cercle Cénarien poursuit l'effort de guerre contre la Légion. Après avoir brisé l'étreinte de celle ci sur la Tombe de Sargeras, il envoie ses meilleurs éléments aux confins de l'univers, sur le monde d'Argus, afin d'éliminer à jamais la menace représentée par les démons.


Dernière édition par Asra le Lun 06 Nov 2017, 21:34, édité 2 fois
avatar
Asra

Personnages Joués : Asra, Managosa

Feuille de personnage
Guilde: La Flèche lunaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Physionomie  des elfes de la nuit :

Message  Asra le Dim 05 Nov 2017, 14:14

La première fois que le chef Grom Hurlenfer aperçut des sentinelles dans les bois d'Orneval, il les décrivit comme des elfes, mais en plus grand et plus sauvages. Cette description sommaire résume bien la physionomie de ces êtres liés à leur environnement naturel.


Les elfes de la nuit sont imposants et mesurent en moyenne plus de deux mètres. Tandis que les hommes sont très musclés, avec des poitrines et des épaules larges, les femmes sont plus agiles et cambrées, mais sont toutes aussi fortes. En moyenne, les hommes elfes de la nuit sont plus grands que les femmes.

Leurs sourcils broussailleux, leurs longues oreilles pointues et leurs postures sauvages suggèrent une grâce naturelle. A l'inverse de leurs cousins haut-elfes, les elfes de la nuit portent la barbe. Bien qu'elles ne soient pas perceptible lorsque la bouche est fermée, quand on parle à un elfe de la nuit on peut souvent repérer les longues canines supérieures qu'il possède.

Les teintes de peau varient du blanc pâle au bleu en passant par des teintes rosées. Les cheveux vont du blanc brillant au vert boisé jusqu'au noir lustré. Ces teintes permettent aux elfes de la nuit de se fondre idéalement dans la végétation de leurs forêts. Ils sont également capables de se camoufler dans les ombres en devenant presque invisibles à l'oeil nu. La prêtresse Tyrande voyait là un don de la Déesse.

Les yeux d'un elfe brillent d'une lueur argentée. Contrairement à ce qu'un observateur occasionnel pourrait croire, ils ont encore des pupilles, tout comme les yeux de beaucoup d'autres races humanoïdes. Ces pupilles sont difficiles à deviner, en particulier sous certains angles ou éclairages. Avant la Grande Fracture, les yeux dorés étaient extrêmement rares et signe d'une grandeur future. En vérité, ils témoignent d'un potentiel inné pour le druidisme. Tous les druides n'ont cependant pas cette caractéristique physique à la naissance. Malfurion Hurlorage l'a acquise avec le temps. L'arrêt des pratiques eugéniques a marqué un accroissement de ce trait au sein de la population.

Les marques symétriques portées par de nombreuses femelles elfes de la nuit ont un sens. Le tatouage "marque un rite de passage antérieur". On ne sait pas encore en quoi consiste le rite de passage ou si le fait de se tatouer est le rite de passage. Le tatouage représente un lien étroit avec la nature et il arrive que des hommes en arborent aussi sur le visage ou le torse.


¹ Pour des raisons de simplicité vis à vis des modèles en jeu, on peut faire abstraction du fait qu'un elfe de la nuit mâle ait des yeux dorés ; libre au joueur de décider ou non si cela a une signification concernant son personnage.
avatar
Asra

Personnages Joués : Asra, Managosa

Feuille de personnage
Guilde: La Flèche lunaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Culture des elfes de la nuit :

Message  Asra le Dim 05 Nov 2017, 14:16

Les elfes de la nuit sont des êtres étranges aux yeux des races communes et leur mode de vie confirme la règle. Aucune rumeur à leur sujet n'est vraiment précise et il faut bien souvent se mêler à leur peuple durant des mois pour comprendre un fragment de sa culture. Une fois de plus, c'est sur les travaux de Brann Barbe-de-Bronze que nous pourrons approcher au mieux des réalités concernant cette race.


Une relation étroite avec la nature :

Certains considèrent que les elfes de la nuit sont de purs amoureux de la nature, incapables de porter la main sur celle-ci. Cela n'est pas totalement faux, mais les elfes de la nuit savent bel et bien quand il est nécessaire de détruire ce qui doit l'être. Le maintien de l'équilibre naturel est primordial à leurs yeux, ainsi il leur arrive de réguler une population animale pour en préserver une autre, voir même d'abattre certains arbres susceptibles de détruire une flore à leurs pieds.

Quand il s'agit de nature, les elfes de la nuit sont effectivement très zélés. Ils ont une conception bien particulière de celle-ci, si bien que pour eux le concept de "nature" se rapproche très clairement de celui de "forêt". Il ne serait pas surprenant, d'ailleurs, que certains elfes de la nuit ressentent comme étant naturel ce qu'ils peuvent cultiver au sein de leurs propres espaces. C'est la raison pour laquelle ils essayent d'accélérer sans cesse l'expansion de leurs forêts.

Beaucoup d'elfes de la nuit apprécient d'observer la nature à l’œuvre, y compris sous ses aspects les plus dangereux. Leur relation étroite avec la faune, y compris dans les villes, est fascinante pour les étrangers ; on peut y voir des arbres enseigner la guerre et les traditions aux jeunes elfes, y compris les voies secrètes de l'équilibre. Les dryades et autres créatures de Cénarius jouent fréquemment avec les enfants dans les rues, sous la surveillance attentive des hippogriffes. La moindre expression de la vie sauvage semble être en parfaite harmonie avec ce peuple.

Les bâtiments elfes reflètent cet aspect. Il est hors de question pour un elfe de couper un arbre ou d'extraire des pierres pour construire son foyer. Les druides forment un cercle et usent de sortilèges pour élever les futurs édifices avec l'aide des feux follets et des Anciens. Alors que les pierres remontent à la surface du sol et que les racines croissent, la magie divine les façonnent plus vite que des mains mortelles. Ainsi, les bâtiments elfes de la nuit poussent plutôt qu'ils ne sont construits et sont considérés comme vivants.


La vie des cités :

Le coeur de la civilisation elfique est d'ailleurs un arbre : la Teldrassil (Couronne de la Terre). Dans ces lieux paisibles, leur peuple évolue dans l'insouciance, loin des dangers du continent. Si bien que d'autres créatures les ont rejoint et vivent à présent à leurs côtés sur les branches de l'arbre. S'il est encore rare de croiser des étrangers dans les villes elfiques, il existe bel et bien un commerce florissant entre les races de l'Alliance.

En dehors de leur amour de la nature, les elfes de la nuit partagent d'autres activités lors de leurs temps libres. Ils bâtissent des lieux dans lesquelles ils peuvent se relaxer, écouter de longues fables comme celles des Sept Lions de la sentinelle Tyven et partager des chansons. Il s'agit bel et bien d'auberges ou de tavernes, assez similaires d'ailleurs à celles que l'on peut trouver partout ailleurs en Azeroth. On s'y enivre notamment avec du jus de baie lunaire.


Société :

A la différence des autres races civilisées, les elfes n'ont pas abandonné leur structure tribale. Les noms de famille dérivent souvent d'un mot elfique ou de celui d'un puissant héros ayant une relation ancestrale ou totémique avec son porteur. La famille de naissance n'est pas aussi importante que celle qui adopte les jeunes enfants. La communauté toute entière élève ses enfants, tissant des liens forts entre ces derniers. Les enfants des elfes de la nuit reçoivent une plume de hibou le jour de leur premier anniversaire en signe de bonne fortune et les femmes reçoivent des marques faciales lors d'un rite de passage. Les tatouages représentent un lien étroit avec la nature dans la culture kaldorei.

Traditionnellement, les elfes de la nuit ne se marient pas, même si la pratique existe. Ils choisissent cependant un compagnon pour la vie. Tyrande et Malfurion sont le meilleur exemple d'elfes s'étant unis par les liens du mariage. Les bracelets de parenté sont un ornement symbolisant la confiance, l'amitié ou encore l'amour entre deux individus.

La société elfe de la nuit mêle à la fois des éléments patriarcaux et matriarcaux, ce qui est parfois difficile à appréhender pour les autres races. Traditionnellement, les hommes sont plutôt appelés à devenir druide, tandis que les femmes choisissent plutôt la voie de prêtresse lorsqu'ils sont appelés à des fonctions religieuses. De même, si les armées kaldorei recrutent de nombreuses femmes en leur rang, les hommes y sont plutôt rares. Cette organisation tend à disparaître depuis la Troisième Guerre, mais reste encore bien ancrée. Persiste toujours une certaine réserve entre druides et sentinelles.


Les affaires militaires :

Les doctrines militaires sont également assez particulières. Les prêtresse d'Elune et les sentinelles, en majorité des femmes, composent les armées tandis que les druides n'ont strictement aucun rôle en tant que soldats ou gardiens de l'ordre. Ces derniers vont où bon leur semble et n'ont pas d'autorité sur les sentinelles, leur rôle est plutôt énigmatique pour les non-initiés.

En plus de leur devoir envers les sentinelles, les prêtresses de la Lune fournissent les offices nécessaires entre les elfes de la nuit et leurs dieux. Il semble que les demi dieux sont ce que les elfes de la nuit vénèrent le plus en dehors de la forêt et de ses mystères. Quand un elfe rapporte de la viande à sa famille pour le dîner, il adresse une prière de remerciement à Elune pour le repas. Quand il retourne chasser le lendemain, c'est à Malorne qu'il s'adresse pour obtenir la meilleure proie.

Les forces d'élite des elfes de la nuit sont les sentinelles, des femmes (et plus rarement des hommes), patrouillant les forêts et se battant pour celles ci. Elles remplissent un rôle semblable à celui des rangers haut-elfe. Quelques sentinelles remplissent leur devoir en tant que chasseresse, montant alors de grandes panthères, ou en tant que guerrières du ciel en chevauchant un hippogriffe. Si l'arme traditionnelle des sentinelle est le glaive lunaire, les plus modernes préfèrent l'usage de l'épée (appelée alors "épée lunaire").


Lois et justice :

Les sombres et impitoyables gardiennes ont un rôle de police. Elles sont à la fois juge, juri et très souvent bourreau. Ce sont le plus souvent des femmes, accompagnée d'une suite de guetteuses chargée de surveiller les cités. Chaque ville est généralement protégée par une gardienne. Darnassus a plusieurs gardiennes vouées à chaque quartier.

L'emprisonnement est la peine la plus commune, la prison à vie étant de loin la pire. Les prisons souterraines des gardiennes sont protégées par l'une d'elle ainsi que sa milice fanatiquement dévouée. Une sentence d'exécution serait prononcée en cas de transgressions aux proportions épiques ; seul Illidan Hurlorage, lui même, y a eu le droit. Cette pratique risque d'être de plus en plus fréquente de nos jours. D'autres punitions incluent le service à la communauté ou à un druide pour une durée déterminée.


Technologie :

Les elfes de la nuit dédaignent la technologie, principalement parce qu'ils la considèrent comme intrinsèquement destructrice. La quasi-dévastation des Serres-Rocheuses par la KapitalRisk à l'aide de moissonneurs n'a fait que renforcer cette croyance. Les armes à feu sont rarement considérées à l'égal des arcs. Toutefois, certains elfes s'intéressent à l'ingénierie, en particulier dans le domaine civil. Les inventions elfiques comprennent la marmite auto-chauffante, la veilleuse et l'attracteur aquadynamique.


Les elfes de la nuit et la magie :

Les elfes de la nuit sont le contraire de leurs cousins les hauts-elfes, à bien des égards, mais en particulier dans leurs attitudes envers la magie. Après la guerre des Anciens, les elfes de la nuit ont reconnu leur dépendance à la magie et se sont efforcés de lutter contre la tentation de l'employer en maintenant une discipline stricte. Cela a durablement divisé la race.

Depuis, les elfes de la nuit voient la magie des arcanes comme un mal ou du moins une puissance bien trop dangereuse pour que quiconque puisse la contrôler. Ceux qui étudient les arcanes le font non seulement à leurs propres risques mais également à celui des autres. De fait, il s'agit d'un acte considéré comme arrogant. Avec les siècles, ils ont appris à se tourner vers la nature et les Anciens pour bénéficier de leur protection. De fait, il est commun de voir un elfe de la nuit emprunter la voie d'Elune ou du druidisme.

Mais chaque race a ses moutons noirs. Les jeunes elfes de la nuit s'imaginent parfois que, les millénaires allant, leur race a été coupée suffisamment longtemps du Puit d'Eternité pour échapper à la corruption arcanique. Ils pensent alors pouvoir étudier les arts arcaniques sans crainte de retomber dans les vices de leurs ancêtres. La plupart des elfes de la nuit considèrent que cette idée est absurde et espèrent que de tels individus finiront par comprendre leur erreur avant qu'il ne soit trop tard.

Les blessures du passé sont encore vives dans la société, mais la prêtresse Tyrande a récemment amnistié les shen'dralar en échange de leur coopération. Les lois kaldorei ne condamnent plus la pratique des arcanes, mais il n'est pas dit que tous les membres de cette race soient cléments à l'égard de telles expérimentations. Aussi, les plus traditionalistes des elfes de la nuit voient le retour des bien-nés comme une hérésie aussi grave que l'inversion des rôles hommes/femmes au sein de leur société. L'adaptation à de nouvelles coutumes prend du temps.


Gastronomie :

Même après des années de collaboration avec l'Alliance, de nombreux mythes persistent au sujet des Elfes de la nuit et concernent le plus souvent leurs pratiques culinaires. Non, les elfes de la nuit ne sont pas végétariens ! L'illustre historien Brann Barbe-de-Bronze a lui même expérimenté les charmes des auberges kaldorei lors de son voyage en Kalimdor et a fait part de sa surprise lorsqu'il a constaté que les elfes avaient un régime très similaire à celui des nains ou des humains. En revanche, il s'émerveillait devant l'exotisme de certains plats que nous allons vous décrire ici même :

- Farine de riz : Cette farine est l'une des matières premières de la cuisine kaldorei.

- Gâteau de riz béni : Fabriqués à partir de farine de riz moulue à la main et bénie dans le Temple de la Lune, ces gâteaux de riz sont destinés aux ancêtres darnassiens et placés dans leur sanctuaire.

- Jus de baie lunaire : Un alcool fort, crée à partir de baies récoltées autour des puits de lune et macérés pour former un jus. L'ébriété provoquée par le jus de baie lunaire est importante, plus qu'avec n'importe quel alcool basique. Mais le sentiment de plénitude procuré est agréable, en particulier pour les lanceurs de sort qui voient leur mana efficacement restaurée et leurs pouvoirs augmentés pendant une heure. N'étant pas toxique, le jus de baie lunaire ne donne pas la gueule de bois le lendemain.

- Kebab d'araignée kaldorei : Une brochette de petites pattes d'araignées.

- Kimchi : Un met composé de piments et de légumes fermentés dans une saumure pendant des jours voir des semaines dans un pot à demi enterré dans le sol.

- Pain d'épice : Un plat facile à cuisiner et répandu parmi les kaldoreis.

- Pain de pignons : Réputé dans la région de Darnassus, ces pains sont fabriqués à partir de pignons de pins et d'herbes locales. Ils prennent souvent la forme d'une feuille, en hommage à Teldrassil.

- Patate douce de Teldrassil confite : Avec de petits nuages ​​de meringue à la guimauve sucrée au sirop d'érable qui parsèment le sommet, ce plat ne manquera pas de plaire aux kaldorei.

- Soupe de haricots : Un plat populaire parmi les elfes de la nuit.

- Thé de chardon : Découvert par un elfe du nom d'Arantir durant ses aventures de jeunesse le long de Sombrivage, le thé de chardon est un remède efficace contre la fatigue. Son secret réside dans le chardonnier avec lequel il est préparé.

- Vin d'amitié : Un vin doux ayant la robe d'un coucher de soleil automnal. Son parfum évoque le miel et les baies réchauffées par le soleil. Généralement contenu dans une carafe de porcelaine délicate, le vin d'amitié est généralement employé par les chamans furbolgs lors des pourparler car il a tendance à pacifier ceux qui le consomment durant une journée.

- Vin de gingembre : Distillé à partir de rhizome de gingembre et stocké dans amphores. Quelques vignerons en produisent encore aux Îles Brisées.


Marques faciales des elfes de la nuit :



Dernière édition par Asra le Dim 05 Nov 2017, 14:31, édité 1 fois
avatar
Asra

Personnages Joués : Asra, Managosa

Feuille de personnage
Guilde: La Flèche lunaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion des elfes de la nuit :

Message  Asra le Dim 05 Nov 2017, 14:30

Pour les elfes de la nuit, le monde est vivant et les esprits dansent aux marges de la perception. Tout ce qui vie ou a vécu possède un esprit unique et persistant. Cette vision du monde n'est pas incompatible avec le culte de la Lumière, mais ils conçoivent celle ci sous la forme d'une myriade d'esprits brillants dans les ténèbres plutôt qu'un tout. Si le chamanisme est similaire dans les principes, il décrit le monde des esprits de manière plus symbolique, prenant en compte des entités aussi vastes que les montagnes ou les espèces animales plutôt qu'une étincelle unique habitant chaque être vivant.  

De fait, les elfes de la nuit ont une approche personnelle de leur relation avec les esprits, voyant dans chacun d'entre eux un individu unique qu'ils peuvent honorer ou du moins persuader. Ils interagissent surtout avec des esprits de la nature et les entretiennent le plus souvent sur des sujets concernant leur environnement immédiat. Quand les questions sont plus vastes, ils s'en remettent aux déités de la nature : un panthéon de grands esprits représentant les aspects les plus importants de leur monde.



Le culte d'Elune :

Elune est vénéré par ceux qui l'adorent comme la mère du monde, un scion de paix et une protectrice de tous les êtres vivants. La majorité des kaldorei s'efforcent de suivre ses traces, bien que la plupart rationalisent leur besoin de recourir à la violence comme un défaut d'existence mortelle. Même ceux qui adorent d'autres puissances respectent Elune pour l'amour inconditionnel qu'elle donne à toutes les créatures, indépendamment de leurs croyances ou de leurs actions.

Le culte d'Elune remonte d'aussi loin que les kaldorei existent, si bien qu'ils pensent que la déesse est à l'origine de leur race. Une caste de prêtresses, les Soeurs d'Elune, sert d'intermédiaire entre la déesse et ses fidèles. Les sentinelles et les gardiennes vénèrent aussi Elune sous son aspect de Guerrière nocturne, portant le glaive à ceux qui osent profaner sa création.

Bien qu'elle ne se soit jamais montrée sous sa forme physique dans le plan matériel, toutes les créatures d'Azeroth savent que si elle devait le faire, cela ouvrirait une ère de paix. Traditionnellement elle est décrite sous les traits d'une elfe de la nuit baignée de lumière, aux longs cheveux et aux yeux comparables à la pleine lune. Les statues d'Elune la représentent le plus souvent sous la forme d'un croissant de lune ou d'une elfe aux traits magnifiques.

Si Elune ne se manifeste pas en tant que telle, les elfes de la nuit retirent des pouvoirs de ses enseignements basés sur la foi qu'ils lui manifestent. De nombreux miracles sont également attribués à Elune, dont la présence est palpable dans les territoires kaldorei : Séléniens, Puits de Lune, pierres de lune, ect., sont autant de signes de sa manifestation divine aux yeux des elfes de la nuit. A l'inverse, les événements ou objets associés au levé de soleil sont souvent néfastes.


Le druidisme :

La foi des druides repose sur la conviction que la nature est un équilibre délicat dans lequel la moindre perturbation est susceptible de provoquer une tempête. La majorité des elfes de la nuit pratiquent le druidisme à des degrés divers et s'emploient à maintenir l'équilibre naturel en toute circonstance. Cela ne veut pas dire qu'ils sont au fait des meilleurs décisions à prendre pour le préserver ou le rétablir, mais ils tendent à accomplir cet objectif.

Que ce soit en détruisant un foyer de corruption, en régulant une population animale ou en plantant de nouveaux arbres, les elfes de la nuit veillent à préserver l'équilibre. Pour eux, le concept de "nature" se rapproche de celui de "forêt", si bien que le druidisme contribue aussi à élargir leur domaine. Mais ce souci de l'équilibre requiert parfois de lourds sacrifices : En sacrifiant leur immortalité, les elfes de la nuit ont permis à l'arbre-monde de Nordrassil de survivre à la griffe du seigneur démon Archimonde lors de la Troisième Guerre.

Quand les efforts du peuple ne suffisent plus à réguler la nature sauvage, les druides emploient leurs pouvoirs pour façonner celle-ci et commander ses alliés sur le champ de bataille. Ces pouvoirs sont intimement liés au Rêve d'Emeraude, une dimension parallèle dont les énergies magiques ont une influence très nette sur la faune et la flore d'Azeroth. Ainsi, les manifestations du Rêve d'Emeraude sont prises très au sérieux par les elfes de la nuit, qui y voient une influence proprement divine.


Le culte des Anciens :

Parmi les êtres éternels peuplant le monde d'Azeroth et ses confins, les Anciens sont de loin les plus révérés par les elfes de la nuit. Ces esprits primordiaux de la nature étaient déjà là quand le monde lui même était jeune. Ils le personnifient sous bien des aspects ; tandis que les mortels se battent pour conquérir de nouveaux territoires ou se venger des affronts de leurs ennemis, les batailles menées par les Anciens dépassent de loin les frontières de l'univers physique.

Bien que certains se soient manifestés au cours des âges et aient été détruits, leurs fidèles conservent une foi inébranlable en leur existence et considèrent qu'ils reviendront tôt ou tard pour les guider. Cette croyance n'est pas dénuée de fondements ; la nature même des Anciens en fait des êtres immortels, voués à exister bien au delà du plan physique qu'ils arpentent le plus souvent lors d'occasions bien spécifiques. Ainsi, le demi-dieu Cénarius est réapparu quinze ans après avoir été tué lors de la Troisième Guerre.

A la fois divinités protectrices et mentors, les Anciens ont beaucoup apporté aux elfes de la nuit qui leur ont rendu les honneurs dus à leur cause. La majeur partie de la civilisation repose sur le culte des Anciens, si bien qu'il est difficile de faire la part entre la religion et la culture elfe de la nuit. Des pratiques aussi concrètes que le druidisme montrent à quel point l'harmonie entre les elfes et leurs dieux a dépassé le stade de simple vénération.

Le panthéon elfe de la nuit distingue Elune du reste des Anciens ; seule la déesse de la Lune est à proprement parler une divinité omnisciente et omnipotente, tandis que les demi-dieux ont une influence plus réduite mais ne sont pas moins immortels. Tous les demi-dieux ne font pas l'objet de cultes dédiés, mais l'écrasante majorité d'entre eux sont révérés par tous les elfes de la nuit pour leur bienveillance à leur égard. Il arrive aussi que des mortels particulièrement puissants accèdent au rang d'Ancien, mais cela découle plus d'une croyance que d'un fait avéré.

Voici une liste des demi-dieux les plus courants :

Aessina : Aessina, aussi appelée "Mère des feux follets", est l'âme de la forêt, la source de vie donnant naissance aux arbres et aux herbes folles couvrant les vieilles ruines et rendant à la nature ce qui lui appartient. Parfois représentée sous la forme d'une elfe de la nuit, elle se manifeste occasionnellement sous la forme d'un immense feu follet. Les dryades d'Orneval vénèrent Aessina et dansent parfois autour de son sanctuaire.

Agamaggan : Le grand esprit est décrit comme étant un immense sanglier aux yeux sombres dont les sabots font trembler la terre et dont le groin crache des nuages de vapeur. Les elfes de la nuit respectent sa force et son courage. Ceux qui souhaitent revenir à des temps sauvages et reculés le vénèrent. Ce culte prend habituellement la forme de sacrifices et de consommations d'offrandes brûlées. Les serviteurs les plus zélés se livrent parfois à des combats singuliers en son nom. Agamaggan est convaincu que la chair de ses ennemis lui apporte de nouveaux pouvoirs. Son appétit gargantuesque est tel que Cénarius dût le convaincre qu'une victoire de la Légion amenuiserait toute source de nourriture en Azeroth pour obtenir son aide lors de la Guerre des Anciens. Le demi-dieu fut tué lors de celle ci, mais beaucoup espèrent son retour.

Ashamane : La grande panthère grise était connue pour sa clémence envers les êtres vivants, si bien que lors de son ascension en tant que demi-déesse, elle ne porta plus jamais la griffe pour tuer. Plutôt distante des autres dieux de la nature, Ashamane fut tuée lors de la Guerre des Anciens. Elle est désormais vénérée par une confrérie de druide : les Ashen, qui conservent ses crocs dans un mausolée dédié en Val'sharah.

Aviana : Parfois décrite sous la forme d'une harpie au plumage blanc et aux yeux d'un vert flamboyant, Aviana est aussi appelée la Maîtresse des oiseaux, la Maîtresse de l'Arbre-Mère ou encore la Dame Corbeau par les elfes de la nuit. Elle est la messagère d'Elune et la patronne des chercheurs. Liée à l'Arbre-Mère G'Hanir, elle mourût lors de la guerre des Anciens avant de réapparaître lors du Cataclysme et des événements des Îles Brisées. Son culte est surtout répandu au sein des druides de la Serre qui ont appris d'elle à se métamorphoser en corbeau et conduire les vents. Ces mêmes druides servent à leur tour de messagers et d'éclaireurs. Elle serait également à l'origine de la race des harpies qui se sont détournées d'elle suite à sa disparition.

Azshara : Aussi appelée Reine Azshara, Reine des Nagas, Impératrice de Nazjatar, Lumière des Lumières, Astre dessous les flots, Cœur chéri du Peuple ou encore Dame Azshara, Azshara fût la dernière reine de l'Empire Kaldorei. Quand son destin croisa celui de la Légion, la puissante sorcière fut séduite par les promesses de Sargeras et a bien faillie mener Azeroth à sa perte. Emportée dans l'explosion du Puit d'Eternité, elle mène désormais les nagas depuis son royaume sous-marin de Nazjatar. Autrefois réputée pour sa beauté incomparable, ses cheveux se sont mués en serpents et ses jambes en d'innombrables tentacules semblables à ceux d'une pieuvre. Le nom d'Azshara est encore craint par les elfes de la nuit, mais certains, notamment les bien-nés, voient en elle une déesse susceptible de leur accorder ses pouvoirs. Des mages d'autres races taillent de petites amulettes ou idoles à son effigie dans l'espoir de voir leur ferveur récompensée.

Cénarius : Cénarius apparaît comme un hybride de cerf et d'elfe de la nuit. Il est l'un des demi-dieux les plus vénérés parmi les elfes de la nuit en vertu de son aide durant la guerre des Anciens puis la Longue Veille qui a suivi. La mort de Cénarius aux mains du seigneur Grom Hurlenfer a profondément affecté les elfes de la nuit, mais le demi-dieu revint à leur secours durant le grand Cataclysme et plus récemment lors de l'invasion des Îles Brisées. Parfois appelé "le coeur de la terre", Cénarius est le patron des druides qui le vénèrent à travers le monde et ses sanctuaires. Il est aussi le géniteur des dryades et des gardiens du bosquet, aussi appelés "enfants de Cénarius". Sa capacité à traverser le Rêve d'Emeraude lui permet de communiquer avec n'importe quelle créature associée à celui-ci, ce qui en fait un intermédiaire puissant entre le monde physique et la dimension éthérique.

Ela'lothen : Aussi appelé "Esprit de la lune", Ela'lothen est un dieu de la nature plutôt discret, souvent associé aux chat-huants, dont les apparitions sont généralement signalées par la présence de petites pierres appelées "Marques de l'esprit de la lune".

Goldrinn : Le Grand Loup est vénéré pour son courage, mais également sa fureur incontrôlable. Les efforts d'Elune pour le calmer ne firent qu'attiser davantage son courroux. Goldrinn prit cependant part à la guerre des Anciens et éradiqua des hordes de démons avant de disparaître. Son retour fût souvent vu comme étant un événement dramatique. Les elfes de la nuit, connus sous le nom de druides de la Faux ou encore Druides de la Meute, tentèrent d'adopter sa forme pour vaincre les satyres lors de la guerre éponyme, mais ne purent contrôler tant de rage si bien que Malfurion les bannit dans le Rêve d'Emeraude. Les worgens qu'ils ont engendrés éprouvent une certaine vénération envers Goldrinn, qu'ils considèrent comme le patron de leur race.

Kalo'thera : Kalo'thera fut l'une des plus grandes prêtresses d'Elune, des siècles avant l'arrivée de la Légion Ardente en Azeroth. Beaucoup de prêtresses la vénèrent comme une demi-déesse car il est dit qu'elle atteint l'ascension parmi les étoiles dans le Temple d'Elune d'Hajiri. Certaines considèrent même que Kalo'thera était en vérité une incarnation passée de la déesse Elune elle même.

Lycanthoth : Le grand loup noir, aussi appelé "Le corrupteur" est une force primale de la nature, invoquée par le Marteau du Crépuscule au Mont Hyjal pour espérer remplacer Goldrinn. L'origine de Lycanthoth est mal connue, toutefois on pense qu'il provient d'un endroit particulièrement sombre du Rêve d'Emeraude. Ses fidèles sont pour la plupart des worgens, adeptes du Marteau du Crépuscule, qui ont combattu avec lui lors de la seconde bataille du Mont Hyjal.

Malorne : Aussi appelé le "Guetteur des voies" ou encore le Cerf Blanc, Malorne est le compagnon d'Elune et le père de Cénarius. Il est un puissant protecteur de la vie en Azeroth et ses apparitions se font généralement lorsque celle ci est menacée. Tué lors de la Guerre des Anciens, il revint lors du Cataclysme et des événements des Îles Brisées pour défaire le Cauchemar d'Emeraude. Vénéré par les mystérieux druides de la Ramure, Malorne est réputé pour ses talents de diplomate et sa tendance à pacifier les rapports entre les êtres vivants. Ses temples sont souvent accolés à ceux d'Elune en hommage au lien fort entretenu par ces deux êtres.

Mazu : Une magnifique déesse de la mer, souvent représentée avec le visage d'une elfe de la nuit et des bras minces. Elle porte des coquillages autour du cou et des cordes de perles sur ses hanches. Le culte de Mazu est présent dans les régions côtières de Pandarie.

Nemesis : Désigné sous le nom de "L'Usurpateur", Nemesis est l'avatar sombre de Tortolla, crée par le Marteau du Crépuscule afin de remplacer ce dernier. Il s'apparente à une immense tortue à la carapace et aux yeux enflammés. Même après sa mort lors de la seconde bataille du Mont Hyjal, les échos de Nemesis continuent à hanter la montagne sacrée.

Ohn'ahra : Le Grand Esprit de l'Aigle veille sur les montagnes de Haut-Roc. Il a notamment accordé sa bénédiction aux taurens de la région ainsi qu'aux chasseurs du Sentier Invisible pour leur habilité à protéger le pays des menaces extérieures.

Omen : Autrefois béni par Elune et protecteur des voyageurs, Omen a été corrompu par la Légion Ardente. Devenu un chien à deux têtes géant, au pelage blanc et aux yeux rouges de fureur, il sommeille au fond des eaux du lac Elune'ara, en Reflet-de-Lune. Chaque année, la créature sort des eaux du lac lors de la période de la Fête Lunaire pour attaquer la forêt et ses habitants. Il détient à la fois les pouvoirs de la Légion Ardente et la bénédiction d'Elune, ce qui en fait un adversaire particulièrement dangereux pour les héros qui l'affrontent.

Tortolla : Dit "Le Sage", ce demi-dieu revêt l'apparence d'une tortue immense et fut l'un des seuls à survivre à la Guerre des Anciens. Il est le protecteur de toutes les créatures ayant du mal à se mouvoir entre l'eau et la terre. Gardien des anciennes traditions, son langage est incompris de la majorité des elfes de la nuit.

Ursol et Ursoc : Ursol le Sage et Ursoc le Puissant, sont des ours jumaux. Au cours des âges, ils ont souvent été présents et attentifs au devenir des elfes de la nuit. Leur bienveillance était telle qu'ils se manifestaient de plus en plus dans les villages pour prêter leur aide, si bien qu'ils en retirèrent des traits de plus en plus mortels : Ursoc brassait de la bière dans les forêts profondes tandis qu'Ursol se plaisait à sculpter les arbres morts. Mais ces divinités étaient aussi visibles sous des jours plus sauvages : Ils moururent en affrontant des hordes de démons durant la guerre des anciens et les druides de la griffe ont appris à vénérer et adopter leur forme pour combattre les ennemis des elfes de la nuit. Ursol et Ursoc sont également des divinités très importantes aux yeux des Furbolgs qui les appellent "Dieux Ours" ou encore "Esprit Ours".

Xavius : Le premier des Satyrs est aussi connu sous le nom de Seigneur des Satyres, Seigneur du Cauchemar ou anciennement le "Haut Conseiller" de la reine Azshara. Autrefois un puissant mage, il fut puni de ses échecs par Sargeras qui l'affligea d'une malédiction, le transformant en une bête hideuse aux cornes enroulées et aux jambes de bouc. Déterminé à répandre cette malédiction, Xavius transforma d'autres elfes de la nuit en satyre et la malédiction persiste encore de nos jours. Plus récemment, Xavius succomba à l'influence des Dieux Très Anciens et fût responsable de la progression du Cauchemar d'Emeraude. Vaincu durant les événements des Îles Brisées, il est encore vénéré par les satyres et les elfes assez fous pour oser recevoir la malédiction de leur main.


Les cultes draconiques :

Si l'essentiel des elfes de la nuit respectent les dragons pour leur sagesse et leur ancienneté, bien peu se sont voués à les servir durant toute une vie. Mais l'un des aspects retint particulièrement leur attention : Ysera, la Rêveuse.

Appelée aussi la Rêveuse, l'aspect du Rêve, la Mère des Rêves, la Reine d'Emeraude, la Rêveuse Eveillée, la Rêveuse, l'Aspect Vert, la Maîtresse des Rêves, la Reine des Rêves ou encore la Dame des Rêves, elle est l'un des cinq aspects draconiques chargés de veiller sur Azeroth par les Gardiens. Sa présence eut de grande répercussions au fil des âges et son règne ne s'acheva que lors des événements de l'Âme des Dragons, lors du Grand Cataclysme. Elle était la gardienne du Rêve d'Emeraude et la mère adoptive de Cénarius. Elle et ses descendants du Vol Vert protégeaient le Rêve contre les incursions de la Légion et guidaient parfois les elfes de la nuit dans ce but. A sa mort, Elune elle même l'attira vers les étoiles pour en faire une constellation.

En dépit de son absence de la réalité physique, Ysera est vénérée par les druides et enseigne occasionnellement son art aux plus méritants. Les elfes de la nuit les plus proches du Vol Vert, les dracoliges, officient dans l'ombre et servent le reste de son vol.
avatar
Asra

Personnages Joués : Asra, Managosa

Feuille de personnage
Guilde: La Flèche lunaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Elfes de la nuit

Message  Asra le Lun 06 Nov 2017, 21:29

Le darnassien :


Le Darnassien, aussi appelé Darnassae, Kaldorei ou encore Elfe, est la langue principale des elfes de la nuit. Il comporte des similarités avec le Nazja et le Thalassien. Etant donné les différences culturelles et idéologiques entre les elfes de la nuit et leurs cousins, les linguistes doivent prendre garde d'éviter toute comparaison, de crainte d'offenser la partie concernée. Il existe deux formes écrites du Darnassien : la première correspond au langage courant, la seconde à un dialecte plus ancien que l'on peut inscrire dans les mêmes caractères que le premier. Ce dialecte n'est plus employé à l'oral, si ce n'est dans certaines zones reculées du Mont Hyjal.


Lexique darnassien :

Les traductions seront données en anglais afin de garder le sens le plus fidèle des expressions :

Al'anath = Frostsoul.
Alara'shinu = Finding Beauty in Imperfection
Allaminar! - Word of magic that creates a illumination spell, which causes a bright light
An = Snow
An'da = Papa/Father
Andrassil = Crown of the Snow
Alor'el = Lover's Leaf
Ande'thoras-ethil = May your troubles be diminished (A goodbye)
Andu-falah-dor = Let balance be restored. (A war cry.)
Anu'dorini Talah = Let my will be known
Aran = Town
Ash Karath = Do it / execution / go !
Bandu Thoribas = Prepare to fight. (A challenge to an enemy.)
Belna-dris = Goodbye
Do = Teacher
Dorei = Children, born of
Drassil = Crown
Dris = Eye
Ellemayne = Reaver
Elune-Adore = Elune be with you. (A greeting.)
Elun'dris = the Eye of Elune
Enu thora'serador = this is a sacred place
Fandu-dath-belore? = Who goes there? (military term)
Ishnu = Good fortune
Ishnu-alah = Good fortune to you. (A greeting.)
Ishnu-dal-dieb = Good fortune to your family. (A greeting.)
Jai'alator = Noble blade of Elune
Kal = Star
Kaldorei = Children of the Stars, People of the Stars. (Starborne, night elves)
Keermissar! - Word of magic that causes three whirling magic stars to flash forth and strike an enemy
Lathar'Lazal = Seat of the Sky
Min'da = Mama/Mother
Nahlen'do = Master of the Fang
-naar = Town
Nor = Heavens
Nordrassil = Crown of the Heavens
Quel = Noble
Quel'dorei = Children of Noble Birth (Highborne, High-borne, high elves)
Ru shallora enudoril = I anoint these caretakers of the wild
Shaha lor'ma = Thank you
Shalla'tor = Shadow Render
Shal'nar = Aunt
Shan = Honored
Shan'do = Honored Teacher. (A title and term of respect.)
Shanna melor'ne adala fal = The truth is a guiding light
Shen'dralar = Those Who Remain Hidden
Sunstrider = He who walks the day
Tel = Earth
Teldrassil = Crown of the Earth
Thero = Student
Thero'shan = Honored student. (A title and term of respect.)
Tor ilisar'thera'nal = Let our enemies beware. (A war cry.)
Vor = Broken
Vordrassil Broken Crown
Xaxas = A short title with many meanings, all dire. "Chaos", "fury", ... "Neltharion"
Zin = Glory
Zin-Azshari = The glory of Azshara
avatar
Asra

Personnages Joués : Asra, Managosa

Feuille de personnage
Guilde: La Flèche lunaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Elfes de la nuit

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum