Une nouvelle vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nouvelle vie.

Message  Lysange le Mar 05 Déc 2017, 00:02

Est-ce que l'on pouvait tout recommencer ?

Est-ce que l'on pouvait, vraiment, oublier quelqu'un que l'on pensait avoir aimé, tirer un trait sur une période pas si lointaine, et croire que l'on pouvait recommencer à vivre et peut-être même, aimer de nouveau ?

Est-ce que l'on pouvait, sans se perdre, ne rien renier, pardonner, rester soi-même, tourner la page et de nouveau vivre. Libre.

C'est ce que Lysange, la fille au chapeau, voulait croire. Et elle y croyait si fort que cela l'avait incitée à quitter le Sud pour remonter vers la capitale afin de tenter cette folle aventure, tout recommencer.


"Ah ! mais voilà pourquoi tu me sautes pas dessus !" avait lancé Joli Coeur avec un sourire entendu.
"De quoi tu parles ?" avait bougonné Lysange.
"En fait tu es toujours amoureuse du type avec qui tu as fait ce voyage, non ?”. Manifestement ça l’amusait de la voir rosir.
"Quoi !?! Mais c'est n'importe quoi !"

Roulant des yeux, la jeune femme avait tenté de contourner la question, perchée avec lui sur un immense arbre des faubourgs.

"C'est pas ça... Disons que j'ai pas compris pourquoi il avait disparu.  Qu'est ce qui s'est passé ? Qu'est ce que j'avais fait de mal ? J'ai toujours pas compris, et des fois ça me bloque encore un peu."

Le jeune homme l’avait regardée un moment. "Tu veux juste pouvoir tourner la page avant de t'engager à nouveau. Je comprends, et je trouve ça bien. T'es pas comme les autres filles."

“Bah, quand j’me donne, j’me donne à fond, c'est clair. Bon, on passe à une autre question ?"

Lysange avait relancé les dés, laissant derrière elle son passé et retrouvant le sourire. Toute une vie sans savoir qui on est, sinon la fille adoptive d’un vieux gars moins salaud que les autres, ça forgeait le caractère.

Hier était déjà loin, demain viendrait bien assez tôt et il fallait apprendre à vivre chaque moment comme si c'était le dernier. C'était la seule solution. Et ça fonctionnait puisqu'elle avait réussi à quitter le Sud avec une caravane pour aller chercher du travail dans la capitale.

"Chacun sa merde ! Si c’est pas toi qui prend ta vie en mains, personne le f’ra pour toi !” aurait dit son père adoptif avec philosophie  Et c'était bien vrai. Il fallait avancer, sans se retourner. Lysange était bien décidée à suivre les conseils du vieux Ben et trouver le chemin, le sien. Ici, dans cette ville, et nulle part ailleurs. Il suffisait de le vouloir.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie.

Message  Lysange le Mar 05 Déc 2017, 18:31

Installée depuis moins d'une semaine dans la grande capitale, la fille au chapeau irradiait depuis la veille d'une joie simple. Un faisceau de petits détails le démontrait, elle avait fait le bon choix et une nouvelle vie s'offrait à elle.

Oser parler aux citoyens présents ici et là n'avait pas été facile mais cela commençait à porter ses fruits. Et la rencontre avec Joli Cœur en était probablement l'élément déclencheur. Face à lui, elle avait osé être elle-même, sans doute parce qu'il était jeune et inexpérimenté mais comique dans ses provocations et ses vantardises de gamin désœuvré. Enjouée et libre elle avait su refuser ses avances, assez lourdes, sans le vexer ni le rebuter, ce qui lui avait permis de trouver un équilibre dans cette nouvelle amitié.

En quelques jours, au fil des rencontres, elle avait trouvé de quoi occuper son temps libre en attendant d'occuper un emploi qui lui permettrait de ne plus dépendre de la compassion d'un chevalier, de la gentillesse de Joli Coeur ou de la miséricorde d'un membre du Clergé.  

Et petit à petit la capitale l'avait transformée. Cela s'était senti lundi soir, sur la terrasse de l'auberge.

Au milieu de toutes ces personnes qui se connaissaient et s'appréciaient, ces inconnus qui l'avaient accueillie comme une des leurs, avec une curiosité bienveillante, elle s'était sentie revivre. Moins en retrait, moins intimidée, plus enjouée, plus libre, plus vraie. Le vieux Ben aurait été fier d'elle.

La petite Lyly sans histoire ni avenir qui s'accrochait aux basques du vieux Ben sur les routes du Sud, garçon manqué par manque de modèle féminin, brusque et renfermée par méfiance, souvent blessée à cause de sa naïveté, la fille dont le chapeau vissé sur la tête donnait lieu d'identité sentit alors qu'il allait falloir se définir autrement.

La rencontre annoncée pour le mardi soir avec un employeur potentiel l'obligeait à faire preuve de créativité. On ne pouvait décemment trouver un travail intéressant sans avoir un vrai nom.

Lysange Delabay n'existait pas hier mais ce nom-là sonnait bien, et juste, et il lui semblait qu'il puisse être annonciateur d'une vie pleine de promesses.

Décision fut donc prise. Et pour marquer ce jour de naissance, c'est une Lyly radieuse qui fit graver "son nom complet" sur le petit médaillon qu'elle portait déjà lorsque Ben l'avait trouvée, nourrisson terrorisé et hurlant dans un panier sur les quais du port du Sud, une vingtaine d'années plus tôt.

"C'est une bien belle médaille" avait dit l'artisan tandis qu'elle suivait des yeux son travail, plus tôt dans l’après midi. "On dirait un écusson d'noble, côté face, vous avez eu ça où ?".

Lysange avait passé des heures à regarder le dessin ouvragé d'un animal fantastique, crinière de lion et ailes d’aigle déployées sur un fond de drapeau, abîmé par le sel, mais jamais elle n'avait imaginé que cela puisse être un écusson.
"Je l'ai toujours eue….”.

L'homme l'avait observée un moment avant de reprendre son travail.
"Bah... c'est sans doute une copie. Faudrait que vous en parliez à votre famille, les Delabay, ils doivent savoir."

La toute nouvelle Demoiselle Delabay n'avait pas pu s'empêcher de rire joyeusement. "Mmh... faudrait oui !".

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie.

Message  Lysange le Mer 06 Déc 2017, 13:42

S'il existait un appareil pouvant mesurer le taux vibratoire intérieur d'un individu, combinant aussi bien la mesure de l'excitation joyeuse, l'envie de faire plaisir, la volonté de faire au mieux et l'énergie animant le tout, nul doute que Lysange aurait fait exploser tous les scores et l'appareil avec, mardi soir en quittant les locaux du Garnement.

Depuis qu'elle s'était assise dans le bureau de la Direction  pour expliquer ce qui l'amenait à postuler chez eux, les deux dirigeants semblaient beaucoup s'amuser.

Attentifs,  bienveillants, ils s'adressaient néanmoins force sourires amusés et hochements de tête, entrecoupés de rires qui ponctuaient chaque explication de Lysange sur son parcours et sa vision du monde lorsque, incité par Mairi O'Hara elle même, Andrew Forester la regarda d'un air sévère avant de lâcher."Bien. Nous vous proposons trois argentées par semaine pour commencer et, si besoin, vous pourrez profiter du canapé avant de trouver un logement".

La jeune femme en était à essayer de rattraper une de ses nombreuses bévues, peut-être celle sur "ceux qui n'ont pas les couil.., euh le courage de dire ce qu'ils pensent... " et cela l'arrêta, net.

"Hein ?!? Euh... trois argentées ?!? Mais... Euh... Alors ça veut dire que vous me prenez ?!? Ooh  !?! Ooooooh !!! Merci !!!! Merci mille fois !!!! J'vous promets que vous ne le regretterez pas !!!"

La jeune femme n'avait plus rien de l' adulte posée et réfléchie qu'elle s'évertuait à être depuis plus d'une heure, probablement sans grand succès. Tout à coup survoltée d'une joie quasi enfantine, elle se trémoussait sur sa chaise, ne sachant si elle devait leur administrer un câlin digne d'une famille complète de Bisounours ou faire le tour de la table en dansant et hurlant des Youhouhouhou capables d'attirer tous les Zoziaux des alentours plus la pluie, ou simplement jouer les blasées tellement sûre d'elle que, elle le savait, cette longue conversation ne pouvait avoir d'autre issue que son embauche.

Des trois scénarios seul le premier était à sa portée, incapable qu'elle était de jouer les blasés, comme d'ailleurs de se donner en spectacle.

Mais elle jugea bon de n'en rien faire, craignant sans doute à juste titre, que la bienséance professionnelle nécessitait de sa part une attitude certes positive mais néanmoins calme autant que faire se pouvait !

L'heure qui suivit n'en fut pas moins tendue, car déjà Lysange prenait son travail à coeur. Une Dame venait présenter son commerce, Mairi sollicitait sa nouvelle stagiaire pour un petit article éventuel sur le dit commerce, que déjà Lysange se positionnait, questionnait, donnait rendez-vous.

Quand elle rentra à l'auberge pour tenter d'y trouver le sommeil, bien malin celui qui aurait pu imaginer que la jeune femme qui dansait, chantonnait et riait tout à la fois n'avait rien bu d'autre qu'un thé agrémenté d'une larmichette de rhum.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie.

Message  Lysange le Lun 11 Déc 2017, 18:17

Heureusement pour elle, son employeur principal, en l'occurrence la belle et libre Mairi O'Hara, avait su immédiatement cerner sa personnalité de chat échaudé et Lysange avait bon espoir de réussir à se dépêtrer de certains comportements qu’elle n’était pas sûre de toujours bien comprendre.

Elle avait débarqué en ville sans le sou mais libre, un peu naïve avec les charmeurs mais expérimentée avec les bonimenteurs, seule mais déterminée, gentille mais entière, sociable mais farouchement indépendante, jeune mais forte d'une expérience peu commune.

Et voilà que certains s'évertuaient à vouloir l'emprisonner. Oh pas vraiment, avec respect, cordialité, gentillesse, mais c'est ainsi qu'elle le ressentait. Une prison dorée qu’en d’autres temps elle aurait investie avec joie, mais plus maintenant, ou pas encore.

Ces avances de l'un ou de l'autre, car il y en avait delà plusieurs qui lui tournaient autour, n'avaient rien qui puisse comporter un danger réel. Pourtant c'est plus souvent qu'elle ne l'aurait souhaité qu'elle devait se brider, se fermer, reculer, se prémunir, par crainte de souffrir. Souffrir à nouveau.

“Un d’perdu pour la chienlit, dix de r’trouvés pour la gaudriole !”
aurait dit le vieux Ben qui n’avait pas son pareil pour mettre à sa sauce les dictons populaires. Et elle aurait ri avec lui, à n’en pas douter.

Mais là, tout arrivait trop vite, et elle n’avait pas vraiment eu le temps de se faire une raison.


Aussi, heureusement que Mairi était là.

Affutée et bienveillante, la rédactrice de la rédaction du Garnement avait tout de suite senti combien la jeune femme avait besoin de liberté et de confiance pour faire rapidement ses preuves, mais aussi d’une sorte de rideau protecteur pour qu’elle puisse épanouir au mieux.

Un premier article écrit et mis sous presse devant les amis du Garnement pour fêter l’arrivée de la toute nouvelle machine d’imprimerie. Un second dans les tuyaux et un portrait à trouver. Des rencontres suggérées et d’autres proposées. Tout un réseau qui s’offrait à elle pour développer son goût pour le croquis en mots.

Au final, pour rien au monde Lysange “Delabay” serait repartie dans le Sud. Elle devait prendre ses marques, doucement mais sûrement, s’installer, simplement mais sérieusement, et continuer à regarder le monde avec ses yeux d’enfant libre et curieuse, sans se fermer outre mesure, ni non plus s’ouvrir plus que de raison.

Et puis, bientôt allait débarquer du Norfendre celui qu’elle n’avait encore jamais rencontré, le fameux Grand Père Hiver. On disait qu’il exauçait toutes sortes de voeux, pour peu qu’on soit sincère et bienveillant. Qui sait si le vieil homme n’allait pas lui amener dans sa hotte le cadeau qu’elle attendait en secret.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie.

Message  Lysange Hier à 13:00

Mais c’était quoi cette histoire de cadeau désintéressé ?!? Bien sûr qu'elle ne pouvait pas accepter une bague aussi raffinée et probablement très chère !

“Foutaises !!” aurait dit le Vieux Ben. “C’gars là y veut t’mettre dans son lit, même s’il le dit pas, y’a pas à tortiller du cul ! Fuis ! Cours ma Lyly ! Dégage le vite fait sinon il va te croquer toute crue !” Et il aurait même accompagné la sentence d’un rire graveleux qui aurait ôté tout doute à la jeune fille.

Mais Lysange n'avait pas la force de caractère du vieux Ben. La jeune et tendre Lyly,  bien qu'ayant du souvent se défendre des charmeurs qui lui tournaient autour, et parfois même tentaient le diable, n'était pas préparée à cette avalanche de compliments, attentions et cadeaux.

Non pas qu'elle ne le croyait pas sincère, ce jeune homme tout énamouré, mais il était hors de question de le laisser penser qu'elle allait accepter sans broncher de se laisser ainsi enfermer.

Car cher ou pas cher, un tel cadeau était pire qu'une chaîne à son pied. La chaîne on pouvait la détester, la maudire, la rompre, s'en défaire, quitte à devoir se couper le pied s'il fallait.

Mais ce genre de chaîne qui ne disait pas son nom... jamais. Ou alors une seule et unique fois, et pour toujours.

Heureusement que Joli Coeur était dans les parages.

"Salut Chenapan ! " lui avait-il susurré en arrivant derrière son dos au marché.
"Oh ! Comment tu vas ?". Elle était ravie, de le voir là. La dernière fois ils s'étaient quittés fâchés, mais ça ne pouvait pas durer. Pas entre eux.
"Toujours bien quand j'aperçois ton chapeau !".

Sa présence discrète avait été d'un grand secours, car la situation était plus qu'embarrassante. Et de le savoir là, même bougon et chieur, l’avait très largement aidée à passer la soirée.

Mais le problème restait entier.

Il avait été question d'aller faire un article chez le jeune homme. Mais Lysange n'en avait plus envie. Bien trop risqué, bien trop embarrassant, bien trop dangereux même, car elle n'était pas certaine de savoir, encore et encore, repousser ses avances avec gentillesse.

Elle devait en parler à Mairi. Elle saurait que faire, elle. A n'en pas douter.

S'il y avait bien une chose, un fait, une personne qu'elle bénissait chaque jour en secret, remerciant tous les dieux du monde de l'avoir guidée jusque là, c'était bien la rencontre avec Mairi O'Hara.

Sans elle, elle le sentait tout au fond de son cœur, elle n'aurait peut-être pas su, ou même pu, reprendre vie.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum