Néalya ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Néalya ...

Message  Isiel le Lun 08 Déc 2008, 19:13

Notre histoire commence une nuit, au sein d'un bois plus noir que le ciel, où les bêtes côtoient les morts-vivants. Au delà des chemins dérobés et camouflés, un homme avance, la bride de son cheval à la main, lui même portant une humaine à la peau blanche et les cheveux d'or. Vulgairement posée le ventre contre la selle, la jeune femme ne bouge pas tandis que l'homme continue de s'engouffrer dans les fourrés. D'un geste de la main, il écarte une branche et dévoile ce qu'on pourrait qualifier de magnifique en d'autre lieux. Un somptueux manoir s'élevait là, au milieu de cette immense clairière.
L'homme continue. Sa tenue noire, contrastant avec les quelques nuances de gris, il aborde un visage froid, une simple barbe et de long cheveux en arrière argenté. Ses yeux, cachés sous d'épaisses lunettes.


Avant, les murmures de la forêt ponctuait la marche de l'homme mais, à présent qu'il s'avance vers la porte de la demeure, plus aucun bruit ne l'entoure à part le frottement de ses bottes sur la poussière et le ton des sabots de son cheval. Il attache la sangle puis pose les deux mains sur l'humaine qu'il prend machinalement dans les bras. Nue, on découvre chacun de ces courbes et son visage au traits fins et jeunes, rappelant une elfe. Une seule chose à reprocher à cette beauté endormie ... une large plaie s'étend de son intimité jusqu'au bas de ses seins, annonçant la mort déjà présente dans le corps de la femme, endormie à jamais maintenant ...

L'homme s'approche à peine de la porte qu'elle s'ouvre immédiatement sous la poigne d'un serviteur, tandis que d'autres accourt déjà. L'un d'entre eux prend le cadavre de la femme alors qu'un autre sort précipitamment sous les ordres de l'humain qui, quand à lui entame déjà la montée des escaliers en marbre qui compose toutes les colonnes et murs de la pièce et sans doute du manoir. Un magnifique lustre au plafond sert d'éclairage avec les multiples bougies sur les chandeliers des meubles et murs. Tant de raffinement ...
Le serviteur grimpe lui aussi les marches derrière l'homme, qui semble être le maître des lieux. Plusieurs escaliers et couloirs s'enchainent dans un silence total avant que l'homme ne s'arrête devant une lourde porte qu'il ouvre aussitôt et s'engouffre à l'intérieur avec le serviteur.


La pièce, assez grande, garde l'esprit du manoir, de larges décorations faites d'étoffes, un large lit trône plus loin, de nombreuses étagères remplis de livres dont plusieurs comportent des runes étranges. Le plus inhabituel reste la table, munis de sangles et dont plusieurs tâches rougeâtres révèle que le sang s'est incrustés dans le bois. Un autre renfoncement dans le mur est gardé par un nuage de givre, la vision de ce qu'il y a derrière reste voilée.
Le maître montre la table, ordonnant au sous-fifre de poser le corps sans vie sur la table ...

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum