[Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Aller en bas

[Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Mar 13 Fév 2018, 02:38

[HRP]

Ce message comportera les différents rapports liés aux évènements RP du Concordat du Lion, pour garder un suivi, et une trace de leurs dernières activités dans un cadre communautaire Wink

_______________________________________________________________________________


Rapport de l'opération du 12/02 - Dun'Morogh.

"La première intervention dans le Col de Kharanos vers plusieurs villages des trolls des glaces jadis ravagés par les guerres lors du Cataclysme, ne fut pas aussi glorieuse que prévue. Intervenant quelques heures avant le crépuscule, nous avons descendu de la magnifique Forgefer depuis l'ambassade du Concordat, pour prendre le temps de faire le chemin jusqu'à l'Est de Kharanos. Les erreurs durèrent sans difficultés aucunes, et nous avons finalement atteins notre destination après avoir subit le froid des neiges de Dun'Morogh. La mission étant prévue avec soin : Après la reconnaissance de Dame Merle, estimable Druidesse Kaldorei, nous avons pu découvrir par son intervention trois positions d’intérêts :

- Le nord-ouest du Col, s'y trouve un campement non loin d'une cavité rocheuse où ils y déplacent leurs prisonniers, et en font visiblement des "repas" pour une massive créature.

- Au sud-est, le long des montagnes, s'y trouverait le rituel des tempêtes où errent régulièrement des élémentaires des vents affectés par la folie.

- Le Col, au centre, dans l'accès : Tout est bloqué par les amas des Trolls des glaces qui se préparent à briser les assauts de Thoryg, et laisser un accès pour les raids des Trolls sur les terres environnantes.

Notre objectif fut le campement du nord, avant de descendre vers le rituel pour le faire cesser, et permettre une ouverture à Thoryg. Mais tout ne fut pas aussi aisé qu'il n'y parait. En arrivant aux bordures de la tempête après le long voyage, nous fûmes divisés pour une approche stratégique. Ainsi, mes propos concernant le début des problèmes du Capitaine Ha'Naam ne sont que des interprétations des propos recensés - Les forces du Capitaine-Dragon découvrirent de nombreux poteaux plantés dans la neige, des cadavres installés dessus de plusieurs nains, et même Troll des glaces, honteusement souillés de différentes façons. Avec des marques diverses incompréhensibles par tous. Il n'y avait qu'un étrange sentiment de froid, le malaise d'être dans un lieu qui semblait hanté. Ils prirent des lors la décision de ne rien toucher, et partirent finalement en direction de ce qui semblait être le campement.

Pendant ce temps, les Aigles - Moi et Kiara Caridwen découvrirent un Nain en état misérable qui avait pratiquement achevé la réparation de son char à vapeur. Le pauvre avant une jambe nécrosée, et était couvert de gelure. Un son de cor retentit depuis le village, nous indiquant sa direction, et Caridwen parvient à achevé les quelques réparations restantes guidée par l'estropié. Je due la défendre de mon mieux, le sauvage ayant voulu m'attraper la jambe fini empalé par une de mes flèches. Ce fut difficile, et gênant, mais l'intelligence de Kiara permit d'évité le pire quand le piège qu'elle avait laisser pour s'assurer de ne pas être assaillit se referma sur le troll qui en voulait à sa vie. L'espingole du Nain s'en débarrassant une fois paralysé. C'est avec le cœur emballé par la situation, que la machine naine fit rugir son moteur, et les Aigles parvinrent lentement vers le campement. Sans que nous sachions ce qu'il se passait.

Les trolls furent assaillit par les Dragons du Capitaine Ha'Naam. Les Sancteforges luttant par la lumière de différente façons - El'Roos luttait au cœur des tentes, tandis que Mahelar protégeait leurs vies et celles des prisonniers. Aldan et Ingvar confrontèrent les trolls sacrifiant les captifs, tandis que Faelurian usant de ses talents pour abattre les magies des arcanes de façons chirurgicale. Et malgré les intentions de Courbe-Etoile et Antonio, les Sages du Conseil ne purent arrêté l'énorme Wendigo qui s'extirpa de la cavité. La bête n'avait pas été éduquée par les trolls, mais au vu du nombre de ses blessures et colifichets, leurs sorciers en avaient fait bien pire qu'une bête sauvage domptée. Il luisait dans son regard, l'emprunte d'un maléfice obscure, nourrit par les chairs des pauvres prisonniers sacrifiés. Parfait, nous étions précisément arriver pour tirer dessus avec le Char à vapeur pendant les Sages tentait de le paralysé.

Les conflits se turent lentement après l'affrontement, et plusieurs furent blessés plus ou moins grièvement. Quelques survivants fuirent, ce qui nous serait fatal. Pendant que l'on s'occupait des citoyens et malgré la tempête folle, procédions à leur évacuation, l'ennemi préparait ses cartes pour se venger. J'étais avec Kiara pour accomplir notre mission plus loin dans les congères, au milieu de la tempête, pendant que les autres se reposaient en attendant notre signal. Et le signal ennemi fut lancé : La tempête se déchaina de plus belle, la foudre éclatant un peu partout en mordant le sol enneigé. Les patrouilleurs se multiplièrent sans cesse, les trolls rôdant pour nous attraper et nous faire payer en centuple notre affront. Serres-crocs, le Chef Tribal responsable n'avait que faire du nombre des pertes qu'il accuserait pour venger la monstruosité qu'il dorlotait. Et nous n'avions plus les forces pour faire face. Le Capitaine Ha'Naam fit replié les siens, après que le Char à vapeur vide explosa non loin d'eux quand la foudre s'écrasa dessus. Notre mission était accomplie : Les captifs furent libérés et renvoyés chez eux. Mais la tempête restait toujours actives. Sur ce point, nous étions perdant.


Notre prochain objectif est clair :

- Trouver le lieu du Rituel et briser les ensorcellements qui provoquent la sinistre tempête au dessus du col, pour que les forces de Khaz-Modan engagent le combat de plus belle.

Dans l'heure, d'autres tâches nous attendent, et le Capitaine Thoryg attends notre retour en fortifiant l'accès pour empêcher les raids de Serres-crocs de parvenir. Ce n'est qu'une question de temps, avant notre retour.

Pour le Concordat du Lion,
Pour l'Alliance !

- Capitaine Eïffy Aubéclat."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Mer 14 Fév 2018, 03:36

Rapport de l'opération du 13/02 - Haute-Terre d'Arathi


"Notre mission pour ce Kaldorei du nom de Cendrenuit est un succès. Nous avons pu rencontrer celui ci à l'Ambassade du Concordat en Forgefer et mettre au point les dernières informations du voyage avec les officiers présents. Après avoir laisser Dame Aube-Azure reprendre ses occupations, nous nous concentrions alors sur la mission en déterminant quel approche serait la plus raisonnable pour atteindre la cible. Ce qui nous fîmes dès lors réfléchir à une solution rapide : Comment allons nous arriver dans une zone dont la tension est palpable avec les forces locales de la Horde, et d'autres possibilités. C'est après avoir décidé que prendre un navire serait couteux et stupide, tout en sachant que les griffons de Dame Istaals nous attendait auprès du Maitre Marteau-Hardi, nous avons rejoint la Grande-Forge pour un départ plutôt irritant : Un vol dans le froid.

Celui ci fut long, très long, le temps de passer les grandes montagnes de Khaz'Modan en subissant le temps qui en firent frémir plus d'un. Mais c'était toutefois nécessaire, pour accomplir notre objectif sans devoir parcourir en vaste étendu les champs d'Azeroth. La route achevée, alors que nous étions déjà légèrement fatigué de ce voyage, il fallut toutefois se mettre rapidement en route : La cavité rocheuse où les Kobold devaient se trouver était encore loin, et nous risquions toujours d'être embarrassés par les forces présentes. Ce qui arriva, et bien plus tôt que nous ne l'escomptions. Alors que le voyage commença en réunissant nos pairs, laissant les griffons au repos pour que personne ne puisse les atteindre, il nous fallut passer le long des murailles de Stromgarde. L'ancienne et magnifique citée des hommes, héritiers de l'Empire d'Arathor. Ce qui me fait toujours du mal en me disant que le temps l'aura laissé être aussi délaissée. Et encore plus les Réprouvés au dessus.

L'opération de passage fut très efficace. Hansel maitrisa les brumes à la perfection, laissant se fondre avec rapidité les Sages et les alliés qui purent foncés avec les enchantements de célérités pour continuer vers l'Est. A peine les brumes se mirent à apparaitre, plusieurs de leurs gardes furent abattu par quelques traits, et les Aigles évacuèrent à leurs tours, laissant la confusion et le chaos aveugle sur les surveillants des remparts. Hansel eut du mal à quitter sa torpeur méditative, et je me devais de rester avec lui, ne retrouvant que les autres que plus tard en compagnie de Kiara. Le voyage reprit simplement, après cette acte coordonné efficace qui nous laissa normalement le temps de poursuivre et échapper à toute représailles des perfides Réprouvés. Ce qui aurait pu être le cas, si plusieurs n'étaient pas en pleine surveillance des environs depuis les hauteurs rocheuses. Les opérations pour les abattre en toute sécurité furent longue, car il faut être le plus minutieux possible avec les serviteurs de la Reine-Banshee. Et si ce fut une réussite difficile, les cavaliers osseux nous pourchassaient maintenant.

Les maintenir à distance ne fut pas de tout repos, même avec l'intervention des cavaliers de l'Alliance, il serait toujours trop tard pour ne pas subir leurs forces de plein fouet. Après plusieurs jets de magies, j'eusse utiliser ce pourquoi nous sommes intéressant pour la puissance de l'Alliance : Le Vide. Arrêtant leur route par le biais de cette force, ils se confrontèrent aux combattants de l'Alliance, et nous avons pu partir en vitesse. Il n'était pas moment à être entravé dans cette tâche, car notre dessein était bien différent à un simple conflit contre les carcasses mortes. Continuant lentement vers le nord en passant outre les difficultés de la route, il s'agissait de traverser de longue plaine et autres étendues verdoyantes sous un soleil mourant. Les heures tournaient, et défilaient en oubliant à quel point tout pouvait être long, si bien que je pensais que nous parviendront à notre destination à la pointe de l'aube d'un autre jour. Mais ce fut au Crépuscule, que les montagnes dévoilèrent leurs façades.

Après avoir du abattre une sentinelle des trolls locaux, ce fut un acheminement rapide vers les hauteurs rocheuses. Deux Sacrenuits s'y trouvait, le couple curieux et roucoulant devait s'adonner à la découverte de ce vaste monde, ou autre lieux curieux pour copuler dans l'exotisme d'une terre rude. La diplomatie fut de rigueur, mais malgré notre bonne volontés à ne pas les tuer - Quoi qu'avec les propos menaçant à souhait d'Istaals et la grande lame tendu d'Ingvar, j’admets que moi aussi j'aurais paniqué - ce fut après le massacre de quelques Kobolds et la blessure de Faelurian dans une cause trouble et dramatique, que nous entendions le clairons du camp proche de la Horde raisonnant. Mince ! L'enchantement de Courbe-Etoile n'avait hélàs pas fonctionner, ce qui ne nous laissait qu'une échappatoire : Un portail. Nous nous enfermions dès lors dans la grotte en faisant s’écrouler l'entrer par les pouvoirs du Magistrat Milian. Et avancions dans l'obscurité et les grattements des Kobolds paniqués.

Arrivés au fond, Cendrenuit estima qu'un activateur devait se trouver quelque part. Après une courte recherche, je trouvais la pierre surélevée pour légèrement l'enfoncer du bout de mon arc, dévoilant lentement l'accès vers la salle secrète au fond de la caverne. Un véritable petit lieux de recherche y était scellé, ainsi qu'une pauvrette coincée par un maléfice sinistre la bloquant contre la pierre. La Ren'Dorei était bloquée par l'énergie sinistre de l'Orbe au milieu du laboratoire, et l'image d'un cristal de résonance, comme le nommait Courbe-Etoile, nous mit en garde. Il s'agissait de l'ancien mari de celle ci, à l'article de la mort, qui vient nous prévenir : Elle était possédée par l'entité du vide, et attraper l'orbe reviendrait à libérer la créature. Ce qui était une tâche parfaitement dans nos cordes, et le conflit fut déchainé. Ce fut la lame d'Ingvar qui brisa une créature sans cesse harcelé par le maniement du Vide et de la magie des nôtres, pendant que j'observais le conflit, écrasée contre la pierre que je fus, légèrement sonnée. Le portail fut ouvert à la suite de cette situation, et je résumerais les points importants à noter :"


- Plusieurs Réprouvés furent tués le long de la route, dénotant de leurs présences dans les Haute-terres et de leurs patrouilles.
- L'Orbe à été récupéré, mit à l'Ambassade du Concordat du Lion pour être étudié et purifié de toute traces du vide.
- La Ren'Dorei captive à été amené d'urgence à la Faille de Telogrus pour reprendre son enseignement et être libérée de toute trace de folie possible.
- Plusieurs blessés léger, mais pas de perte pendant l'opération. Un succès.

Pour le Concordat du Lion,
Pour l'Alliance !

- Capitaine Eïffy Aubéclat."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Sam 17 Fév 2018, 00:44

Rapport de l'opération du 16/02 - Dun'Morogh.


"Après concertation, nous avons convenu que la meilleure approche pour parvenir à briser la puissance des troupes ralliés sous le nom de « Serre-Croc » n'était pas seulement de briser le front du Col de Kharanos, mais aussi de mettre en arrêt l'acheminement de ses renforts découverts dans les contrées proches. Il ne s'agit donc pas de pouvoir simplement briser le front, mais de faire en sorte que ce ne soit pas une terrible armée qui attendes. Ainsi, après concertation avec le Dragon Alden et l'Aigle Kiara, j'ai fais de longues recherches administratives dans tout les rapports possibles des montagnards pour trouver les bonnes informations pour trouver quels pourraient être nos prochaines cibles pour parvenir à nos fins. Ce que j'ai découvert dans les notes d'un groupes d'exploration intéressant.

Le Rituel de la Tempête du Col de Kharanos exigeait des préparations plus grandes encore. Nous étions bousculés par le temps et les divers affaires s’enchaînant – Rapidement, il nous faudra partir pour l'objectif du Seigneur Strife, concernant les étranges mercenaires de la Croix noire portant un intérêt de plus en plus inquiétantes en vertus des réponses du Seigneur envers Dame Istaals : Malgré le manque d'informations, il en reste une relativement réelle, le fait qu'ils sont dangereux et nombreux. L'Alliance ne devait pas sous-estimer leurs capacités, et c'est pourquoi nous allons déployer la force du Concordat pour soutenir l'un de nos nouveaux amis. C'est pour cela que le blason bleu de Hurlevent est glorieux. Parce que l'on pense à nos pairs.

Lors de cette longue recherche, j'ai pu découvrir que les montagnards dans un coin isolé des montagnes au nord eurent découvert qu'il y avait un groupe de voyageurs trolls suivant l'un qui fut présenté comme se nommait Zu'Dundo, le tendancieux. Errant à travers les monts, il défiait les possesseurs des huttes et des familles pour forcés les guerriers et guerrières à partir rejoindre le blason de Serres-crocs. Cet affrontement consisterait en une nuit de rituel où ils pratiqueraient une copulation excessive pour déterminé qui aurait raison selon l'endurance et la fougueux lors du rite. Comprenez ma gêne, et le fait que je ne l'ai expliqué à personne, mais un rapport étant censé être suffisamment complet pour avoir toutes les informations relatives. Quoi qu'il en soit, celui ci était censé être en approche d'un village non loin d'un campement nain suivant ses mouvements. Il était donc temps de le rejoindre, et nous fûmes parés après avoir réunit nos forces. - ci jointe à Dame Aube-Azure de la Délégation Ren'Dorei. Que nous avons dès lors pu prendre le portail de la garnison en direction de la magnifique Forgefer.

Après avoir remit en place le contexte de notre objectif, consistant à expliquer pourquoi cet objectif et pas un autre, et dont les autres réponse étaient invariablement « Seule la Lumière le sait », nous prîmes le portail. Le voyage fut à partir des majestueux griffons qui nous attendaient. Ce qui me laisse à penser qu'il faut vraiment que je pense à dire au Magistrat Maladriel qu'il nous faut récupérer les nôtres, malgré le prix et les complexités que cela implique pour une telle récupération. Une fois le bonheur du Maître de Vol fait, la formation quitta la belle Forgefer pour une heure longue et intense dans les froids hurlants de Dun'Morogh. Du moins, cela le serait, si le temps était aussi mauvais. Mais la difficulté restait toujours de subir la vitesse incroyable des bêtes et le froid des hauteurs. C'est dans une ruée aérienne que nous avons rejoins notre destination non loin du campement Troll aux abords de hauteurs rocheuses, dans une forêt gelée. Cependant, la situation n'était pas telle que l'on pouvait l'attendre. Et ce fut un campement dévasté sur lequel nous sommes malheureusement tombés.

Nous avons dès lors enquêter tout le long du campement pour comprendre ce qu'il s'est passé. Un cadavre de nain non loin d'un tonneau, indiquant qu'il avait été encerclé et massacré d'un grand coup de hache, sans aucun espoir de fuite. Encerclé. Les traces de pas étaient nombreuses, mais nous n'avons pas suivi cette piste. Sous une fourrure, Winchesters découvrit une caisse qui abritait une Naine, la seule survivante de l'assaut des Trolls ayant massacrés tout le monde. Elle dit que l'un avait surgit d'une ombre, pour s'attaquer au chef de la troupe, et qu'il y en avait trois qui n'avaient sûrement pas été tués, mais capturés. Faelurian et Efynae découvrirent quant à elles des notes sur des correspondances avec un Troll, et des conseils à ce sujets. Petit à petit, la compréhension vint : A forcer de chercher le contact avec un étrange troll ayant envoyé une missive au chef de cette section, ils ont finalement été attaqués et massacrés. Le morceau de carte indiquant le village troll ayant été arraché. Sous le bureau, vu par le Capitaine Ha'Naam, un coffret détenant la lettre que cherchait les Sages, ainsi qu'un étrange sorte de tiki typiquement Troll. Selwyn acheva sa méditation bénie par El'Roos, et découvrit que la forêt était sous une sinistre emprise, mais qu'une sorte de havre de tranquillité s'y trouvait. Ce fut vers ce hameaux, que nous sommes allés, laissant la naine dans sa caisse le temps de revenir pour repartir à ses côtés.

Après une vingtaine de minutes de route, si ce n'est plus, particulièrement désagréable dans la neige et le froid. Les hauteurs et les descentes. L'on se retrouvait devant une tente Naine. Les vigilants Dragons estimèrent que nos environs n'étaient pas sûre, surtout que Winchesters avait clairement vu la silhouette d'un troll dans les arbres. Aux aguets, ce ne fut pas aussi simple que prévu. Le tiki troll trouva sa place dans une souche non loin de la tente où le Magistrat discutait avec un Nain très discret. Nain, qui était en vérité le Féticheur Mam'Tein. Celui ci était visiblement un ennemi de Serres-Crocs, une histoire de vengeance pour la guerre qu'il avait mené en sacrifiant maints de ses pairs dans des projets désespérés. Alors que Mam'Tein débuta son rituel pour éloigné les maléfices que Selwyn avait senti, ceux ci furent convoqués par les tambours de nos ennemis. Et le combat ne fut pas intense, nous ne devions abattre des guerriers et des adversaires, mais des fumées serpentines vicieuses, car quiconque était touché, perdait ses forces et vraisemblablement le contenu de leurs estomacs. Le Féticheur brisa le maléfice, que nous avons – Ou plutôt, que nos Sancteforges et Sorciers usèrent de leurs forces et de la Lumière. Efynae elle, massacra bien qu'involontairement, le Troll de givre qui allait lancer sa lance sur Mam'Tein, qui fut abasourdit par son sauvetage. La malédiction était brisée. Il fallait agir vite.

Nous avons rejoins en vitesse le village Troll découvert par les Montagnards, en fonçant à travers les étendues froides. Devant bravé un étang glacé, je ne peux pas passer outre le fait que Maladriel tomba sur Faelurian, glissant tout deux lentement sur le sol devant le regard à tous. Sans plus de dégât, la ruée fut utile, car le maléfice ne serait pas éternellement mit à l’écart. Il fallait que Zu'Dumdo, Porteguerre de Serres-crocs, soit tué. Autant pour nous, que pour briser les renforts vers le Col. Les huttes étaient nombreuses, mais une seule restait vraiment massive au milieu. Tout semblait calme, et seuls trois Nains erraient à l'intérieur. Dame Istaals découvrit que les Trolls étaient tous embusqués dans les arbres autours du village, en position d'assaut, mais attendant que le piège ce referme. C'est hélas Selwyn qui tomba dedans, en voulant purifier l'un des nains, constatant malheureusement qu'il était déjà mort. Les trois trolls bien équipés de leurs colifichets et de lames courbes, quittèrent les ombres des nains, dès lors que la quinzaine de guerriers voulurent submerger les forces de l'Alliance que nous sommes. La bataille s'engagea avec fureur, et après de nombreuses blessures, nous fûmes triomphant. Il était vraisemblable que les résidents inactifs qui ne faisaient que craindre et vouloir se défendre, n'étaient pas une menace. C'est un village en « Paix » que nous avons quittés, avec l’intérêt du travail réussi. Mais au prix lourd – Winchesters fut gravement blessé, et mon propre bras garda une douloureuse trace. Notre Maitre-Guérisseur ayant empêché que toutes blessures soient trop grave, et même mortelle dans le cas de Winchesters, nous avons pu évacués nos forces vers la Garnison des Hinterlands. Une tâche accomplie, le Col de Kharanos ne recevra plus une grande partie de ses renforts."


Pour le Concordat !
Pour l'Alliance !

- Capitaine Eïffy Aubéclat."


Dernière édition par Eïffy le Dim 18 Fév 2018, 10:45, édité 1 fois
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Dim 18 Fév 2018, 10:44

Rapport de l'opération du 17/02 – Forêt d'Elwynn


"L'objectif premier à été rempli pour la sécurité du domaine du Seigneur Strife. Cependant, ce n'est pas la fin de cette affaire, bien que le temps nous manque pour pouvoir mettre un coup dans le cœur des Mercenaires de la Croix noire, nous avons quand même pu constater que tout était particulièrement étrange dans leurs comportements. Mais il serait bon de commencer ce rapport par le début, aussi ferais-je le point sur cette dernière mission avant l'expédition soumise par le Magistrat Umbric à travers les environs du Vide – Une semaine d'errance, de traque, et de difficultés auprès des Faillelames pour mettre la main sur un soit-distant espion dont l'identité reste parfaitement inconnue. Mais comme cela n'à pas de rapport avec l'objectif cité dans ce rapport, j'en reviens au bon sujet. Tout débute après la rencontre du Seigneur William Strife, un noble du Royaume de Hurlevent, ayant demandé notre aide au plus tôt pour abattre un groupe de pilleur gênant dans le sud-est de la Forêt d'Elwynn.

Nous avons menés les troupes depuis les remparts de Hurlevent, en une vague de griffon porteuse des combattants entrainés qui défieront l'ennemi. Ce fut un glorieux vol d'une demi-heure, qui commencerait presque à devenir habituel, mais nous n'avions alors pas à subir les difficultés de survoler Dun'Morogh cette fois. C'était déjà un très bon point, puisqu'il n'y avait pas le même temps rude exigeant de renforcer les fourrures pour ne pas arrivé à destination comme des glaçons. C'est en revoyant les belles étendues du cœur du royaume de Hurlevent, que nous fûmes parvenu jusqu'à destination : le fief du Seigneur Strife, un des recoins prospères d'Elwynn, mais hélas touché par la guerre. Il était difficile de savoir qui avait bien pu faire noircir les remparts, car le Royaume ne manquait pas d'ennemi, et encore moins à l'intérieur de ses terres. Mais peu sont aussi ambitieux, et nous découvrions toutes fois un recoin tranquille mais tendu. Voir des Ren'Dorei et autres alliés différents restes toujours étonnant, surtout quand certains sont touchés par le Vide. Mais nous avons tout de même été escortés vers le Seigneur.

L'entrevue se passa relativement bien, même si nous n'avons pas découvert plus d'informations que dans les lettres de Strife. Installés à la grande table de commandement, nous rediscutions de l'objectif de notre mission dans le sud de ses terres et des risques. Au moins sait-il accueillir, bien que je crains que cela manquait de petits fours. Ne jamais oublier les buffets avant les réunion tactique, cela risque toujours de les rendre plus lente et plus longue. Recevant les dernières informations, nous avons finalement emprunter le portail destiné à nous rapprocher de la cible, celui ci visant un campement isolé qui avait été le point le plus éloigné du repérage des forces de l'Alliance au service du Seigneur Strife. Il était temps d'accomplir notre objectif, en s'interrogeant sur quels natures l'adversité avait bien pu se préparer : Plusieurs envoies de troupes n'avaient donner que des disparitions, c'est que nécessairement, l'ennemi serait coriace. Mais aussi prêt à attendre des visites de plus en plus tenace. Mais je suis sûre que jamais il ne serait attendu à ça.

Je n'ai pas grandement suivie le début des déplacements de troupes de prime-abord, occupée que j'étais à escalader les hauteurs rocheuses au sud pour essayer de trouver tout agents infiltrés, embusqués, pièges possibles. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait autant de grimpette en mission, ce qui me laissa – surtout avec l'état de mon bras droit, relativement fatiguée. Maitre Selwyn, si vous lisez ce rapport, prière de ne pas me forcer à rester au repos avec votre jeu de jambe qui à envoyer Zun'Dundo à la mort. Après cette longue session de surveillance, rien ne semblait nous attendre, et je m'installais en contre-bas à un arbre, en surveillance, tandis que les forces au sol discutaillait avec un Nain. En étrange receleur d'arme, dont l'histoire était plus étrange encore – Toutefois, il chargea avec une furie belliqueuse vers les mercenaires, où ils puissent être, sans se retourner. Si j'avais su que l'on ne le retrouverait pas, je lui aurais tirer dans la jambe, voir dans le ventre. Qui sait ce qu'il est vraiment devenu ? était-il un agent infiltré ? Quoi qu'il en soit, l'avenir nous le dira, quand nous en finiront vraiment avec cette affaire.

Pour poursuivre le chemin, nous avons effectués une ligne de garde qui ne fut toutefois pas suffisante pour esquivé le piège dans lequel nous sommes tombés. Surement est-ce ma faute, et je garderais en mémoire que mettre El'Roos devant moi handicape clairement des fouilles des environs proches : Son immense stature n'aide pas ainsi que la radiance qu'il échappe et ma crainte très très compréhensible à subir d'atroces souffrances en cas d'inattention. Ce qui nous empêcha de percevoir le fils fonçant vers nos jambes, et bousculant Ildrina, Maladriel et moi même au sol. S'étalant par terre, en remarquant l'arbre qui lentement nous tombait dessus. Il semblait inconvenant de finir écrasé sous un tronc, ce qui aurait fait une piètre épitathe sur nos tombes, et ce pourquoi Faelurian à prit le temps de nous secourir, soutenu par le Magistrat. Au vu du vacarme provoqué par la chute du tronc de l'autre côté de la route, il n'y avait plus de raison de faire dans la discrétion. Ce qui s'avérera vrai, puisque l'ennemi attendait visiblement bien en rang. Mais ce, nous y passons dans un instant, car la route ne révéla aucunes autres surprises sur le long cheminement à travers les fourrés garni de la Forêt d'Elwynn.

Le campement était simple, et il n'y avait pas la trace de pièges aux alentours. Cette fois, ils n'auraient pas joués aux trolls en se cachant dans les arbres environnant, même si la réminiscence du village où se trouvait Zu'Domdu me revenait sur l'instant. M'écartant du groupe de mêlée, j'espérais trouver des occasions de leurs porter assistance. Ou bien même de faire tomber quelques gredins dans un piège bien sentit. La voix de l'Illidari résonna, rauque et puissance, en dénonçant la supercherie des malandrins : ils étaient cachés dans leurs tentes. Ceux ci, pas dupe un instant, quittèrent leurs lieux de cache pour faire front. Les Dragons s'unirent dans une mêlée puissante en retenant parfaitement tout adversaires voulant les submerger, et la seule blessure sérieuse fut pour Ingvar, qui fut immédiatement et efficacement reçu lors de notre retrait des forces par le Maitre Selwyn. Trois des mercenaires furent finalement captif, malgré nos efforts pour en faire survivre – bien que je me souviendrais toujours de celui ayant baissé la tête pour y recevoir une flèche destinée à l'incapacité. Ce qui est encore plus dangereux quand celle ci est infusée par le Vide. Après la chute des mercenaires de la Croix noire, et la récupération de la position par le Seigneur Strife et ses hommes, nous avons découvert :


- Plusieurs caisses portant l'armoirie du Seigneur Strife, nous pouvons juger qu'il s'agisse des caisses pillées, mais on peut craindre des infiltrations.
- Le Nain n'à pas été retrouvé, il est toujours impossible de connaître son implication.
- Les Mercenaires ont prit soin de tuer leurs pairs dès qu'ils étaient captifs. Ils sont donc entrainés pour ne pas révélé d'informations, ce ne sont donc pas potentiellement que des « simples brigands », mais bien pire.
- Après avoir fait parler un des survivants captifs, nous avons découvert dans les montagnes l'emplacement du campement principal de la Croix noire. Ce qui incluse une futur nouvelle excursion des forces du Concordat du Lion.

Pour le Concordat !
Pour l'Alliance !

- Capitaine Eïffy Aubéclat."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Dim 04 Mar 2018, 03:14

Rapport de l'opération du 03/03 – Azsuna


"Azsuna est une terre mystique pour les Elfes de la Nuit, elle représente l’héritage des temples et de la magie des bien-nés, dévastés par la guerre des anciens et depuis lors il ne s’agit là plus que de misérables ruines abandonnés rempli des spectres du passés hantant nos erreurs, et notre héritage. Depuis quelques jours, les informations fournie par Taaleram accumulèrent les préparations pour notre objectif : La Lance-éclatante Maerun fut portée disparue lors d’une mission d’enquête dans un ancien site d’invasion démoniaque dans l’antique terre d’Azsuna, et les dernières images reçues dans leurs étranges systèmes de cristaux parfaitement incompréhensible si ce n’est pour eux, dévoilait la présence de deux molosses démoniaques gardant l’accès à une antique forge gangrenée réactivée par ceux qui eurent l’audace de réapparaitre malgré la défaite de leurs maitres. Mais le plus dangereux restait néanmoins les Man’ari, principaux responsables de la disparition du Sancteforge et raison de l’inquiétude qui poussa l’Armée de la Lumière a confié cette dite tâche au Redresseur de Torts Taaleram, tâche qui fut fournie dès lors à nos bons soins.

Les préparations furent nombreuses, en récupérant quelques utilitaires comme un cristal de protection de la part de notre artificière, et en se concertant sur les techniques à avoir pour nous défendre de leur sinistres compétences. Conscients que l’adversité pourrait avoir usages de subterfuges, nous firent alors de nombreuses préparations parfaitement inutiles puisque la seule nouvelle vraiment utile fut tournée une demi-heure avant notre départ : Le Magistrat Millian nous confia en dernière information que l’un des Nathrezim inférieur soumis par Rathiel, un vieil adversaire datant de l’époque où nous pourchassions encore le Seigneur Sanglant à travers Azeroth, y serait surement présent, et qu’il nous faudrait surement le rendre captif pour que ses informations soient récupérés par les Illidari. Remettant nos informations à jour pour que notre cible finale soit emprisonnée et non pas transformée en tas de résidu fumant après les agissements des Sancteforge.

Nous nous sommes retrouvés dans le Quartier des Mages pour faire usage du portail par le biais des cristaux fournis par Taaleram – Aucun Ren’Dorei n’était à nos côtés, ce qui simplifia au moins le fait qu’ils n’eurent pas à trouver un moyen alternatif de nous faire rejoindre la même position utilisée l’instant d’avant par celui que nous étions censés retrouvés. L’objectif étant clair : Avancer dans l’ancien site d’invasion Chaos, identifier les menaces sans s’écarter les uns des autres, et retrouver notre cible – Autant le Nathrezim inconnu souillé par Rathiel que la Lance-éclatante. Ainsi, la mission fut constituée du Sergent El’Roos, et de la Prêtresse de Bataille Elvën, ainsi que ma personne, le reste furent des alliés du Concordat, en la personne de Pierce Barrow, du Haut-Croisé Hjolrigg, de Dame Moulin, de Liu Zu Whuqi et du Redresseur de Torts Taaleram. Dès que la balise fut usée, la grande lumière apparue pour nous permettre l’accès, et ce fut le début d’une âpre mission, qui fut pour l’instant une des plus dangereuses du Concordat, bien que nous n’ayons eu relativement que peu de blessés.

Après la vague de lumière et cet aspect fantastique d’un tel déplacement, nous découvrions un monde souffrant. Azeroth, quand elle fut blessée d’une des pires manières, offrant un spectacle attristant et nous étions dès lors aux premières loges pour subir cela. Le portail tournoyant plus loin, sous une antique grande arche oubliée depuis la guerre, et sous la surveillance stricte des deux silhouettes des molosses servant de gardes. Je fus envoyée en première ligne pour assurer que le passage était sauf, et fut récompensée par ce qui nous attendait naturellement. Me pensant intouchable sous la grâce d’Elune, l’adversité fut prompte à me faire ravaler mon arrogance pour mieux m’écraser au sol, pendant que le reste de nos forces enquêtait sur des tâches de sangs sombres. Usant d’un transfert avec mon adversaire, nous nous retrouvions dès lors au milieu de notre équipe. Ils usèrent de toutes leurs forces pour abattre l’adversaire, et le chemin put reprendre. Ce qui fut le début d’une longue veille.

Les forces dirigées par El’Roos firent marche vers le portail. Peu de blessure furent à ajoutés, et le manque de garde était flagrant : Deux créatures de la sortent n’auraient jamais pu empêcher un passage d’être traversé, et elles furent exterminés rapidement. Je restais sur les hauteurs, veillant sur les arrières de mes camarades, avant de les rejoindre à la traversée du portail. La scène nous marqua comme un coup de poing dans le ventre – A cause de l’effet du passage désagréable à souhait, mais en constatant l’inutilité de nos préparations : Les assassins Man’ari étaient tous morts, éparpillés dans la salle, sous les griffes du Nathrezim que nous devions chercher. Une conversation s’engagea avec El’Roos, tandis que les runes de sang sur le plafond usant de l’énergie des cadavres étaient détruites par Elvën et sa maitrise de la Lumière. Inspectant les environs avec Barrow, pour ne pas laisser apparaitre un assassin, constant qu’ils étaient finalement absolument tous morts, il ne restait qu’à défaire le Nathrezim. Et le combat enragé débuta dès que l’ombre voilant la silhouette du démon fut brisée en même temps que les runes de sang. Tous eurent leurs moments de gloires, mais je ne parvins pas à emprisonner le démon grâce aux pouvoirs des Gardiennes. Ce ne fut que quand El’Roos brisa le cristal souillé entres les griffes du démon que la situation bascula.

Sortir était notre priorité, la Lance-éclatante avait déjà perdu la vie, retrouvée étalée au sol dès que le cristal fut brisé, le corps meurtri et l’esprit libéré du briseur d’âme. Hjolrigg et Pierce trainèrent le démon qui ne pu supporter les agressions des combattants entrainés, malgré les coups portés, et les défenses usés. Sans les Man’ari pour nous affronter, il y eu alors bien moins de risque de ne pas tous revenir vivant. Laissant derrière nous, l’effet fort peu appréciable d’explosion depuis que le cristal maintenant l’activité de la Forge fut brisée, nous n’avions plus qu’à observer le corps de Maerun, le portail se refermant, et le Nathrezim finalement captif. Les Illidari purent rapidement mettre la main dessus, dès qu’Yldaros Dolran, « Les serres du Corbeau », fut prévenu. Rentrant par la faille qui fut usée pour notre venue, la mission fut accomplie avec plus de questions que de résolution : Pourquoi le Nathrezim censé avoir été souillé par son Maitre, avait massacré les assassins ? Où était Rathiel, et quel serait la première cible de son étrange « liste ? » Une tâche qui attendra les nombreuses autres missions qui nous attendent. Pour l’heure, la suite est entre les griffes des Illidari.


- Capitaine Linël Chantegivre"
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Lun 05 Mar 2018, 20:10

Rapport de l'opération du 04/03 – Les Hinterlands



"Le problème de la Tempête étant toujours sûr le col de Kharanos, impossible de stabiliser la situation sans les forces nécessaires pour parvenir à réussir notre entreprise. Ainsi, nous avons décidé que la meilleure méthode pour parvenir à acquérir les forces nécessaires serait d’aller directement les retrouver au Nid-de-l’Aigle, en compagnie des Marteaux-Hardi où nous avons installé nos quartiers du Concordat du Lion. Ainsi, partir en aide des marteaux-hardi pourrait nous permettre de consolider nos positions auprès de nos alliés locaux. Retrouver quelques parles-esprits ayant des soucis semblant parfaitement dans nos cordes, ainsi, nous nous mettions en route avec les maigres informations en notre possession, et quand je dis maigre, c’est limité au moins à connaitre le lieu où étaient censés être parti la petite expédition naine. L’expédition se déroula dès alors en compagnie de Vent-Solaire, Sombre-lame, la Druidesse Theevian, le Magistrat Millian, l’Aigle Mélie et le Haut-croisé Hjolrigg. Ce fut une expédition légère mais suffisante pour ce qui n’aurait dû être qu’une simple traque aux indices. Elune soit louée, tout n’est pas toujours aussi simple.

De ce que nous en savions, un étrange feu de forêt fut découvert plus loin, effrayant plusieurs nids à Griffon. Il va pour dire que les raisons pouvaient être diverses et variés, allant de la plus simple à la plus terrible, mais ayant pour moi-même attrait à ne pas laisser mourir la nature sauvage entres les griffes du feu, il était honorable de voir le groupe de parle-esprit partir pour empêcher plus de dégât. Depuis, les flammes avaient disparue de l’horizon, mais aucune nouvelle du groupe de Nain n’ayant pas toujours montrer signe de vie, et il était temps de partir à leurs rencontres, en espérant qu’ils aient été suffisamment épargnés par l’intrigue les ayant retenus pour pouvoir nous être utile au col de Kharanos – Même si le simple fait de leurs disparitions restait un objectif suffisant pour justifier une intervention du Concordat du Lion.

Ce fut un départ humble, sous le regard des gardiens du Nid, alors que notre destination ne semblait pas si lointaine mais éprouvait de nouveau notre capacité à cheminé le long de la grand route pendant quelques heures, nous laissant apprécier la disparition lente des éclats du jour restant vers une nuit étoilée appréciable. La Kaldorei que je suis ne put qu’apprécier une expédition nocturne, même si je savais être l’une des seuls à ne pas être affectée par la restriction de la vision par la pénombre. Ainsi, nous cheminions bien deux, ou trois heures durant dans le froid montant avant de découvrir les premières trace de l’intrigue inquiétante se dévoilant à nous. Et je dois dire, que cela aurait pu être plus agréable qu’un hurlement d’un griffon à vous casser les oreilles.

Silliani, de son expertise en tant que Druidesse elfique, prit le temps de s’occuper du Griffon pour comprendre ce qui le rendait aussi agressif. Visiblement celui-ci avait une sinistre balafre labourant son flanc, ayant cautérisé un reste de selle sur son dos. Une vision à ne pas mettre aux yeux de tous. Hjolrigg découvrit un tonneau enfouis étrangement sous terre, alors que Mal’Theran avait récupérer des fragments d’une vieille ruine trolle. Eux deux partir vers le nord, à l’intérieur des profondeurs d’une forêt humble, espérant trouver plus d’indice ici que de partir à la découverte de la ruine. Millian, Sombre-lame et Mélie quant à eux purent suivre une étrange piste, les menaces à la caravane disparue. Il ne restait qu’un Nain, à l’esprit complètement ailleurs, essayant de se ressourcer à un tonneau ayant été décrété comme empoisonné par des substances magiques. Quelqu’un avait assidument fait en sorte qu’il reste là, stupide et baveux, jusqu’à ce que quelqu’un le retrouve pour le ramener au Nid « gentiment », mais l’esprit d’investigation de certains firent que les responsables se pressèrent un peu plus pour nous barrer le chemin. Et cela commence par le bruit d’une explosion.

Moi et Silliani foncèrent retrouver ceux égarés au fond de la forêt dans leurs recherches, ayant visiblement découvert ce qu’ils n’étaient pas censés retrouver, l’adversité avait décidé de faire disparaitre d’autres preuves qui n’aurait pas dût l’être récupérable. Mal’Theran Vent-Solaire effectua l’action qui précipita l’affaire, en empêchant le responsable de s’enfuir. Trois Hauts-elfes, expérimentés, quittèrent le tissu illusoire les rendant invisibles et exigèrent notre reddition pour effacer notre mémoire direct. Un combat débuta, violent, rejoint par les Aigles du Concordat apparaissant aux arrières des adversaires, mais alors que l’on aurait pu être prisonnier de guerre, étrangement, il fut consumé par les flammes d’une manière très déplaisante – Et je suis heureuse de ne pas avoir assisté à la scène, même si la carcasse était des plus anormale. Ce n’était pas un tas de chaire cuite affreuse, mais comme si la chaleur avait tellement été intense, que le corps en était devenu résistant, une pierre noire, mêlant la carcasse au feu dormant. Maladriel avait découvert un autre corps, celui de l’un des chamans nains dans le même état, et la possibilité de leurs présences dans la Ruine trolle qui devait être localisable non loin.

Notre groupe parti à la hâte en espérant que nos actions n’aient pas engendrés des problèmes plus graves. Si des membres de ses étranges Haut-elfes servant un certains Luise-Braise voulaient se venger, ils connaissaient leurs cibles. De toute façon, il était peut-être trop tard, et nous avions des blessés à traités au besoin. La ruine fut découverte par Siliani, suivant la destination découverte, et vraisemblablement en activité. Un des Haut-elfes avait saboté le rituel de communion des nains, en sapant leurs préparatifs, les laissant dans une transe inquiétante laissant naitre un accès aux flammes mêmes. Le rituel attaqué directement, et ce furent des élémentaires embrasés munit de lames flamboyantes qui firent leurs apparitions, et décidèrent de se séparer des Chamans. Quoi qu’il puisse se passer, il était temps de les sauvés d’urgence. Et après un combat intense et difficile, laissant plusieurs d’entre nous avec différentes blessures – Bien que les miennes aient été promptement effacée par les talents de guérisseur de combat de Hjolrigg. Jusqu’à ce que Theevian guidée par le regard de Mélie découvre les perles éparpillés du rituel, et les réunissent. Les Chamans purent bannirent les entités des flammes, et nous fûmes contraint à une halte pour guérir les plaies, notamment un des Marteaux-hardis ayant été blessé pendant l’altercation.


Les informations importantes à tirer sont :

- Une entité des flammes semble avoir une certaine présence dans les Hinterland, il est probable que cela advienne de nouveau.
- Une organisation dirigée par un certains « Luise-Braise », formée par des Haut-Elfes, convoiterait ses pouvoirs pour une vengeance.
- Les Chamans pourront brisé le rituel si ils sont protégés convenablement dès notre prochaine intervention.

- Capitaine Linël Chantegivre. "
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Mer 07 Mar 2018, 01:25

Rapport de l'opération du 06/03 - Dun'Morogh.



"Lentement la lame glisse vers la gorge de Serre-Croc, c’est la première pensée que j’ai eu en débutant ce rapport, alors que je m’assurais la joie de me dire qu’il s’agissait presque d’une chasse de mon époque chez les Guetteuses. Ses projets s’envolent à petit feu, ses ambitions brûlent dans le brasier de sa propre haine. Mais je m’égare sur mes propos. La première phase de la mission de Thoryg est donc un triomphe, ce qui nous laisse conscient que la suite de la bataille concernera le devenir de Serre-Croc lui-même. Pour ce faire, il nous faudra une force plus conséquente que les troupes blessées et épuisées de Thoryg, pour mettre la main sur le Chef Tribale, mais le temps nous était désormais acquit alors que le Col de Kharanos n’appartiendrait plus jamais à cette bande de sauvage. L’expédition fut préparée depuis quelque temps maintenant, et nous avons pu cheminer depuis les magnifiques portes de Forgefer pour nous abattre sur l’ennemi.

Les Chamans Marteaux-Hardis étaient rassemblés, malgré les blessures de l’un d’eux quand une lame embrassée aura eu fort de lui glisser le long du dos pour l’atteindre. L’inquiétude quant à la situation aux Hinterland était claire, mais il nous fallait absolument leur aide pour parvenir à briser la situation chaotique de la tempête des ritualistes troll. Ainsi, pu débuter l’âpre mission qui nous mènerait de nouveau à l’intérieur des vents hurlants, gelés et sifflants dans nos oreilles lasses, le tout en devant accrocher nos équipements pour qu’ils ne soient pas happés par le caprice des vents et des éléments maudits. Voici le composant de l’expédition : Le Capitaine Redmayne avec les Dragons Avarania et Mortigorn, accompagnée d’une alliée nommée « Gao l’Ogre ». Len’drys en tant qu’Arcaniste, et Siliani joua le rôle de guérisseuse. Le Chroniqueur Bao était présent et notre allié, le Haut-Croisé Hjolrigg, irrémédiablement présent. Ce fut avec cette franche expédition que notre route prit forme vers un conflit très âpre.

Après avoir discuté avec le Capitaine Thoryg et les forces de Khaz’Modan, notre rôle était simple : Partir vers le sud, à travers la tempête, et atteindre le rituel découvert par la Druidesse Merle il y à longtemps de ça. Pour cela, nous n’avons que peu d’utilitaire pour affronter les vents et les neiges, bien qu’aux aguets, nous n’avions rien de spécifique pour être protégés du froid mordant et des bourrasques. Ordonnant une formation, laissant nos quelques compagnons de monte derrière pour ne pas les forcés à subir cet insupportable situation. Les Nains au centre de la formation, nous avancions en ordre strict en guettant les environs proches pour le peu de vision que nous avions. Les débris se firent rares, puis inexistant. Il n’y avait plus aucunes traces des anciens objets abandonnés là depuis d’autres guerres, uniquement en marche dans une étendue blanche et sans saveur, identique en tout point, comme si nous étions en train d’avancer sur une couche blanche éternelle, et ce bien ce qui aurait pu se produire si nous étions plus sots.

Réalisant notre situation désastreuse, il fut décidé d’utiliser les énergies de nos compagnons pour découvrir ce qui pouvait bien se passer : Un piège s’était refermé sur nous. Gao découvert la nature élémentaire des entités nous encerclait, tandis que Len’drys perça le voile illusoire après quelques préparations, nous laissant réalisé la scène. Nous tournions en rond, en boucle, tourmentés par six élémentaires détraqués par ce que l’on pouvait maintenant voire clairement dans le sud. Une sorte de tourbillon à l’aspect serpentin ondulant merveilleusement vers les cieux, la scène aurait pu être des plus incroyable si son résultat n’était pas aussi chaotique. Nous eûmes mis un temps de réflexion à essayer de savoir ce que l’on pourrait bien faire des élémentaires, puis le Chi de la Pandarène ondula vers eux, et les extirpa de cette transe infâme. Il était temps de se battre.

Le combat contre les élémentaires fut âpre, mais pas aussi difficile qu’attendu. Du moins, il aurait été critique, pour des forces non-coordonnées, mais nous luttions avec la volonté d’un groupe soudé, ce qui nous permit de briser les liens retenant les élémentaires tourmentés et rendu fou par la situation. Usant maints fois de jeux d’équipes, et trainant les premières blessures, nous nous sommes rués dès lors vers la cible principale : la responsable de la tempête. Il était insupportable de vivre dedans, et cela saperait bientôt nos forces. Il fallait intervenir au plus vite, et nous n’étions surement pas au bout de nos peine.

Le rituel pulsait comme un cœur tremblant, et les trois trolls ritualistes étaient trop occupés à prier la puissance qu’ils vénéraient pour être conscient de notre présence. Quand la terre se mit à gronder, il était temps d’intervenir, et au lieu d’isoler les Trolls comme prévu, le Concordat les massacra sans vergogne. J’ignore toujours si agir avec plus de sang-froid aurait changer quelque chose, mais ce qui est fait est fait. Les âmes des Trolls joignirent le rituel de manière insidieuse, et alors que les Chamans essayaient d’apaisé le rituel, la situation dérapa. Les vents cessèrent, les flocons n’étaient plus, il ne restait que la vision magnifique d’une terre apparaissant à nos vues, et les nains se ruèrent sous le son du cor de Thoryg avec la prise du Col, dans une formation guerrière hâtive : Il y avait encore l’énorme nuage sombre, ce qui semblait étrange, car rien n’était fini. Tout ne faisait à peine que commencer, et nous fûmes balancés par l’apparition d’Ohlso, un élémentaire majeur prenant lentement place dans la réalité. Et pour punir son invocation, il décida de prendre la vie de tous ceux qu’il pourrait détruire, à commencer par nous, les nains, et les trolls. Des éclairent fendirent les cieux, frappant dans les forces de Thoryg, et même des trolls. Pendant qu’il faisait du nuage chargé de ses éclairs, son pouvoir, nous nous ruions vers lui pour nous débarrasser de lui rapidement.

Un combat féroce et acharné, dépassant par nos talents ses assauts répétés. Ohlso était une entité terrible, massif et puissante, utilisant foudre et vent, maniant sa lame avec talent. Ce fut après un combat chaotique et de nombreuses blessures, qu’il fut finalement vaincu. Plantant sa lame dans le sol, n’en laissant que celle-ci en vestige de notre affrontement, je sombrais dans l’inconsciente, victime de mes blessures. Au réveil, le Col de Kharanos était à nous, et nous étions dans une chaumière plaisir en Kharanos, habitat du Haut-Croisé Hjolrigg. C’était une épreuve difficile et éprouvante pour le Concordat du Lion, mais il vécut ce qui pouvait être annoncé comme une première victoire.


Informations importantes :

- Le Col de Kharanos a été récupéré par Thoryg.
- Le Chef Tribanl Serre-croc est encore en vie.
- Il va falloir trouver plus de forces de l’Alliance pour attaquer son bastion principal.

- Capitaine Linël Chantegivre. "
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Jeu 08 Mar 2018, 19:18

Rapport de l'opération du 07/03 – Marécage de Zangar



"Un objectif inattendu, c’est pour dire comme nous fûmes surpris qu’une situation puisse autant se complexifié en si peu de temps. Nous étions conscient que le Vide incarnait une force maligne, aux innombrables voies qui mènent vers des problèmes et la folie, si vous n’avez jamais affronter leurs suppôts, vous ne pouvez comprendre ce qu’est le sens du mot « distordu » sans avoir subit de face une évolution de scène incompréhensible quand on la vie. Et parfaitement odieuse quand on y repense. Si je devais résumé cela rapidement avant ce rapport de mission, je dirais qu’affronter le vide signifie se battre contre une force changeante. La Légion ardente incarnait l’influence du chaos : Là où les Lois, la Justice, les codes n’ont plus aucunes places dans un monde fait de cendre, de poussière et d’une destruction injustifiée et aberrante. Quant au Vide, il incarne l’inattendu, le changement, l’évolution, qui nous implique dans des affaires aussi inattendu que fourbe – Ne croyez JAMAIS à ce que vous voyez de face, quand vous plongez le regard dans l’abîme, vous n’y trouveriez qu’un sourire distordu qui se moque de votre échec.

Nous sommes parti depuis l’Ambassade de Hurlevent, seul Vidoran était membre du Concordat quand j’escortais notre aide pour cet objectif, déambulant des Faubourg jusqu’à la tour des Mages où nous étions attendu pour emprunter le portail qui nous attendait. Ce n’était pas simplement un accès vers un autre lieu d’Azeroth, bien qu’appréhender les liens telluriques doit déjà être un exercice compliqué. Imaginez maintenant, que cet accès soit hélas lié vers un autre monde, des motifs tracés d’une complexité hors-norme qui bouscule votre être à quitter votre monde, pour partir sur un autre, aussi connu soit-il. L’Outre-terre est un monde dévasté et aux dangers improbables, où ses espèces se sont adaptés d’un aspect si meurtrier que rare sont les lieux aussi dangereux en tout Azeroth. Le chasseur devient proie, et celui qui tue le chasseur, est elle même victime des créatures les plus horrifiantes. Tout n’est qu’un amas d’une chaîne alimentaire étendue vers des règnes de plus en plus grand, et insensé. Mais ce n’est pas l’image que nous avons eu de ce monde en apparaissant hors de la porte ouverte par les mages. L’image était bien plus nimbée de Lumière, sur la terrasse de l’Aldor.

Un domaine Draeneï dans une grandeur antique, aux pierres élevés et aux sonorités cristalines particulière. Les olifants claquaient dans un souffle imaginaire régit par les torrents de Lumière reluisant d’une bâtisse à une autre, dans cette architecture typique locale qui nous attendait. La ligne des Redresseurs de Torts, formait un apparât impressionnant pour nous prouver la puissance de leurs combattants. Mais il n’était pas d’usage de paraître étonné par l’étalage de force dont les Kaldorei sont eux même friand quand ils dévoilent leurs splendeurs, car l’Alliance garde ses titres de noblesse incarné en ses défenseurs. Une Archonte nous fûmes présentée peu avant qu’arrive l’Anachorète de haut-rang qui avait impliqué l’Aldor dans cette histoire de grimoire perdu. Celle ci se comporta comme d’elle même : Voyant les membres de la Délégation Ren’Dorei, ils eurent cet instant de froideur typique des croyants d’une Lumière innébranlable, me laissant un bref souvenir des conflits avec les Clairvoyants des années, et des années plus tôt. Sa conversation fut rapide, et je ne cherchais pas à imposer plus que ça notre présence, après avoir été choisie pour parler au nom du groupe. Notre rôle nous laissait partir vers le Marécage de Zangar, et notre mission était plus importante encore que mon envie de lui botter le derrière pour son comportement envers des forces de l’Alliance. Je me revoyais en elle, des années plus tôt, et me dit que sans avoir subit moi même les affres des guerres évoluant ma psychée. J’aurais surement toujours été aussi désagréable avec les Elfes du Vide.

Notre départ fut digne, à travers la voie des airs quand le Maitre de Vol s’occupa de nous fournir de quoi voyager efficacement. Découvrant les étendues – ou redécouvrant pour ma part, d’un monde brisé donnant toujours une vive impression de mérité son existence. Sur nos immenses raies-du-néant agitant leurs ailerons en traversant les cieux éthérés étonnant, les arbres tranchants et infestés de mithes géantes laissèrent place aux immenses chapeaux des « arbres » de Zangar, jusqu’à notre arrivée sur l’incroyable Telredor perchée sur un titanesque champignon de la taille d’un Arbre-monde. En bas, me rassurant à cause d’une vilaine expérience quant à grimper sur l’une de ses horreurs fongiques que l’on ne grimperait pas en haut, le Rangari Travius nous attendait. Notre guide prit la peine de nous saluer avant que l’expédition ne débute à travers les marécages, et celui ci ne fut pas aisé. Surtout quand notre guide nous avoua son inexpérience des lieux après avoir été à moitié broyé par un trotteur aqueux. Continuant l’avancée avec précaution, jusqu’à notre arrivée dans un lieux où la vie s’était tût, par les cruelles extrations des Naga de Dame Vashj fut un temps, cet endroit mort abritait le grimoire perdu dans une étendue de terre. Les effusions du Vide perceptible par les Ren’Dorei ressentant son influence. Et notre récupération du Grimoire aurait été plus aisé, sans le hurlement des guerriers de la Horde se ruant vers nous.

Si l’expression « tombé des nues » était véridique, j’aurais vu des Grunts sans fourrure chutant des cieux en braillant, mais je me contentais de voir la charge des guerriers se ruant vers nous à l’avant du Sin’Dorei marchant tranquillement. Le problème était de taille : Hjolrigg, Haut-Croisé d’argent, n’escomptait pas brisé ses vœux de neutralité pour ça, s’écartant avec frustration tandis que nous combattions avec violence les guerriers orcs. Mon choix était clair : Nous ne les tuerions pas, Justice ne serait pas rendu pour un artefact du vide, et nos braves suivirent les instructions. Le Capitaine Redmayne tint la ligne de front avec moi et le Sergent El’Roos. Derrière, Dame Aube-Azure, Vidoran et la Prêtresse des Shaa Ree usaient de leurs talents spécifiques pour soutenir le combat. Mon Père, Méandre Douxfeuillage, guérissait rapidement les blessures, tandis que l’Illidari Cyaelth effectuait avec brio sa mission : l’élimination du Sin’dorei, ce qui signa l’arrêt des hostilités. Les membres de la Horde, pour le peu qu’il en restait conscient, ramassaient leurs camarades alors que nous traitions nos blessures. Pendant que je gisais étalé sur le dos, après m’être offerte en protection de mon Père, et reçu le coup qui lui était destiné, je pu voir au moins un des orcs s’éloigner en se tenant l’entre-jambe ayant rencontre le sabot sancteforge d’El’roos. Tout mâle digne de se nom aurait sûrement mal en l’observant dans cet état.

La Horde fut repoussée, conscient que nous les rencontrerions de nouveau, et qu’il était peut-être une erreur de jugement de les avoir laissés en vie, ce n’était pas notre affaire, ce n’était pas la Justice. Le grimoire était à nous, du moins, si il s’agissait seulement du véritable grimoire : Le piège était sur nous depuis longtemps, et Xiaz’us apparut pour nous railler. Visiblement, ce n’était que le commencement d’une vaste supercherie pour l’acquisition de divers ouvrage, dont des plans pernicieux existaient dans les arrières pensées altérées par le Vide de tels fous, et nous étions des cibles amusantes pour celles ci. Disparaissant après une conversation frustrante, nous laissant bêtement au mieux du cratère avec un grimoire inutile, il fut promit de tout faire pour récupérer les Six grimoires cités, avant que quelque chose de vraiment dramatique ne se déroule. Cela dit, après avoir mit ce rapport à l’encre, en pensant que nous étions rentrer à travers un portail évoqué par Dame Aube-Azure. J’ai l’impression d’avoir complètement oublié quelqu’un… Où est passé le Rangari déjà ?


Informations importantes :

- Les infiltrateurs de l’Ombregarde ont été suffisament doué pour prendre pas dans les secrets de l’Aldor.
- Xiaz’us à des projets pour plusieurs groupes internes aux factions en Azeroth, surement des affaires de corruptions.
- Quand vous marchez dans le marécage de Zangar, attention aux nids de trotteur agressif. Côtes cassés prévisibles.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Ven 09 Mar 2018, 14:03

Rapport de l'opération du 08/03 – Cratère d’Un’Goroh


"La première mission du Concordat ne fut pas aussi proche des ravages de Silithus qu’attendu, mais plutôt dans un lieu particulier où la végétation était bien plus présente, même si cela suggérait la présence de créature hostile immense, la Kaldorei qui bat dans mon coeur avait besoin de retrouver une forêt de Kalimdor, surtout après avoir subit les visions affreuses des énormes champignons du marécage de Zangar. Ainsi, notre voyage fut court : Même si nous allons y rester une longue semaine avant de revenir auprès des notre, il suffit de faire usage du portail couteux fourni par l’ambassade Yvhan, mais c’était un aller strict, il n’était pas question de jouer avec les lignes telluriques aussi aisément ou encore payer des fortunes pour aller boire une douceur dans un débit de boisson humain. Le sens du devoir et de la surveillance primait avant tout, et nous voilà à mettre nos premiers pas sur le désert chaud tourbillonnant proche de la position où nous attendait le Héraut de la Voie des Titans. Il serait notre guide, dans les conflits à venir, et nous étions conscients de l’implication que cela aurait dans ce combat pour Azeroth.

Notre rencontre avec le Valarjar Andiss Aaren fut simple, même si j’ai bien peur que nous n’avons pas apporter de nombreux brave pour accomplir une tâche de cette importance, l’appel aux forces du Concordat fut minime. En plus de ma présence, il y avait Len’drys en tant qu’allié du Concordat, et Fleur de Vent, combattante Pandarène des Dragon. Le Haut-Croisé d’argent Hjolrigg nous accompagnait, comme de coutume, et nous fimes la rencontre de Nathan Woll, brave Stromgardien détendeur de la Lumière. Ce fut ainsi que nous nous sommes rencontrés dans un campement de l’Alliance isolé aux abords de la lame du Dieu-Démon. Celle ci, pouvait rendre fou les combattants les moins entraînés, bercés d’illusions les avides soiffards, et faire croire à n’importe qui que la fin de notre monde était finalement arrivée. Quand je l’ai vu, les innombrables mélanges de haine s’accumulèrent, en me demandant pourquoi encore Kalimdor avait le droit à un tel fardeau. Finalement, notre objectif nous fut dévoilé : S’attaquer à une Ruche pour abattre la Reine à l’intérieur de celle ci, dans le cratère d’Un-Goroh. Quoi qui pouvait nous y attendre, rien ne serait vraiment présent.

Le voyage fut très spécifique aussi, les griffons et mon hippogriffe suivant l’énorme entité servant de compagnon de monte au Valarjar. Les Thorignirs sont des êtres qui m’aspirent la crainte, par leurs aspects draconiques et leurs puissances qui convient à leur espèce. Nous guidant dans les cieux de Silithus, laissant voir en dessous les excavations gobelines odieuses et autres problème, lentement le paysage mua vers sa forme de forêt grandiose, à l’approche du fameux cratère d’Un-Goroh. Les sables rongés par les flammes et la destruction laissèrent lentement place aux étendues forestières aux lueurs étranges. Le Sud de Kalimdor paraissait toujours emprunt de mystère irréelle, sans la splendeur chatoyante des forêts elfiques, les différents cristaux de puissance rayonnaient sans cesse. Si Silithus était prise des nombreux cristaux que les Gobelins dévorent avec avidité, Un’Goroh scintille de sortes d’étranges lueurs de nombreuses couleurs, de quoi rendre fou un joaillier des arcanes qui pourrait fournir les plus belles de ses gemmes. Et après un voyage aérien, dépassé par le Griffon Marteau-Hardi de Woll, nous nous installions tranquillement aux abords du campement de l’Alliance local : Des fou ayant sûr piégés les environs pour se défendre des énormes bêtes antiques errantes dans les lieux. Ils nous observèrent, avec intrigue, mais sûres aisément que nous n’étions pas là pour eux. Notre mission était sûrement visible sur nos traits, et certainement, son importance.

Andiss Aaren fut notre guide, vers le sud de la contrée, il semblait savoir parfaitement ce qu’il en était de la situation, mais je ne pouvais que comprendre l’implication qu’il devait avoir depuis le temps où il errait en ce lieu dévasté pour comprendre les menaces. Et sûrement a-t-il des êtres suffisamment élevés pour lui indiquer des proies. Dans une longue route en passant outre les branchages, les hautes herbes, et le martèlement de la terre par des pattes grossièrement immense, tout ce qui ressemblait aux bruits de la vie sauvage ne devient qu’un léger bourdonnement dans nos oreilles. Provocateur et inquiétant, la Ruche était désormais visible, et ses innombrables créatures rampantes. Tandis que le Thorignir fit un tour dans les cieux, provoquant la ruche pour débarrasser occupants en leur fournissant une bonne raison de sortir, je basculais mes coéquipiers dans l’Ombre de la Déesse-Lune, sous son voile magnifique, nous esquivions la mêlée vicieuse, avant de trouver un accès alternatif pour rentrer dans la ruche. Et là, débute notre terrible excavation, à travers les couloirs d’un domaine presque vivant, aussi écœurant que nos convives. Après avoir mené moi même le groupe dans la mauvaise direction, arrivant au cœur d’une salle aux œufs dégoulinant, nous fumes guidés par une… Pièce. Et cette maudite légende qu’il faut toujours partir vers la droite. Je déteste les aventuriers et leurs mythes.

Après plusieurs affrontements contre les Silithides parcourant les couloirs et les salles, le trône de la Ruche était bien gardé par l’énorme colosse qui se tenait face à nous, guettant toutes intrusions dans une inactivité inquiétante, sûrement guidé par l’instinct de son essaim qui le pousserait à assaillir ceux approchant d’une Reine dont la vision aurait pu rendre folle une Sentinelle peu entraîné. Je sais ça de source sûr, je me souviens encore de mes pleurs la première fois que j’ai subit ce genre d’entité. Woll, Hjolrigg et Andiss firent front à l’énorme Colosse, tels trois champions de puissance en face d’un être qui aurait pu avancer sur un régiment de fantassin de Hurlevent en passant à travers, ou encore briser une ligne de guerre de la Puissance de Kalimdor. Les blessures s’accumulèrent, tandis que Fleur des Vents et Len’drys bloquaient l’accès vers l’intérieur par le passage emprunté, grouillante de créature immonde désormais. Tandis que je m’occupais, avec Hjolrigg quand il quitta le contact, des défenseurs de la Reine. Jusqu’à la chute du Colosse, où j’interviens pour bondir vers le cerveau à vif de la créature, plantant mes glaives dans son crâne brisé avant de voir les pierres et les chitines s’écrouler sur moi. Ce fut l’un des pires sentiments au monde : Perdue sous la pierre, à l’intérieur d’une cervelle pulpeuse dégoulinante, où seule mon armure de Gardienne me permettait de ne pas sombrer dans l’horreur et le dégoût. J’en fus finalement libéré, cabossée et blessée, luttant jusqu’à la chute de la Reine devant la violence de nos assauts.

La sortie fut rapide, notre mission accomplie et couvert de différents maux après cette dure lutte, mais sans être pour autant en sécurité au cœur d’une ruche où l’intégralité des rampants iraient retrouver la Reine en ressentant ce sentiment de brisure interne maintenant qu’elle avait été massacrée. Se ruant à travers les couloirs, jusqu’à la sortie, nous bondissons au sol brusquement quand l’essaim des insectes volant passèrent en grouillant au dessus de nos têtes, dans un puissant bruit de bourdonnement. Cela aurait été suffisamment terrible, mais à peine quelques mètres fait en se relevant dès la vague passée, il était le moment pour les cafards géants d’essayer de passer en se fichant clairement de ce que nous pouvions incarner, meurtrier de leurs Reines ou pas, leurs consciences n’était pas capable d’appréhender ce genre de chose. Ils voulaient juste passer, et nous écrabouiller au passage. Après le passage du Thoringir qui était toujours présent à l’extérieur, la foudre puissante éclatant dans les rangs, nous priment sur nous de passer entres les carcasses calcinés, se ruant dans une course acharnée vers le campement de l’Alliance. Notre mission était achevée, et nous étions après ça parfaitement épuisés, mais ce n’était que le début d’une intrigue qui mènerait sûrement vers des combats aussi violents et obscures.


Informations importantes :


- Nous n’avons pas d’informations quant à la résurgence de la Ruche que nous avons brisés, nous savons juste éliminés la Reine, mais il faudrait surveillé l’emplacement pour ne pas qu’une nouvelle soit créer par je ne sais quel puissance sinistre.
- Aucunes informations quant au Crépuscule, uniquement des créatures découvertes.
- Le Valarjar Andiss veut enquêté sur des sources devenue étrangement chaude dans le nord.
- Une pièce d’Argent n’a pas toujours tort.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Dim 11 Mar 2018, 03:28

Rapport de l'opération du 10/03 – Silithus


"Une journée de repos seulement, c’est ainsi quand on se trouve dans l’un des lieux les plus affectés par les proches affaires d’Azeroth. L’étendue horrible de Silithus se dressant à chacun de nos réveils, avec le bruit du sifflement aérien étrange d’une épée maudite mesurant une hauteur impossible à dépassé, comme la plus grande structure qui soit, et ne sera jamais. En l’observant un matin, je m’interrogeais, en me demandant si nous aurons pour toujours son ombre enfoncée dans le désert de Silithus, ou si tôt ou tard l’épée disparaître en laissant à la place une cicatrice qui nous fera pour toujours un souvenir de la plus grande guerre d’Azeroth. Cela dit, je prenais le temps de songer, à l’ombre de Gorribal, aux innombrables plaies que notre monde porte. Aux arbres-mondes perdu, aux forteresses en ruines, aux crevasses monstrueuses et au maelstrom hurlant. Que restera t-il de notre monde une fois qu’il sera sauvé des maux ? Une fois que les guerres cesseront et que le chaos laissera enfin place à un soleil radieux ? Un monde malade, un monde las. Notre monde, et par dessus nos peuples, aussi affecté qu’il le fut.

Mais plutôt que de me laisser aller à la contemplation de l’épée, il était temps de partir vers les sources chaudes en une véritable nuée de nos chevaucheurs hardi. Nathan Woll fut de retour, avec lui plusieurs autres camarades. Fleur de Vent, Maladriel, Vent-Solaire, Andiss Aaren, Hjolrigg, Cyaelth, et les deux nouveaux Aigles du Concordat, Hidara et Azura. Les griffons frappaient des ailes puissantes auprès du Thorignir, et des autres compagnons de vol rares. La voie des airs ne nous ménageraient pas aussi loin que dans le Cratère d’Un’Goroh, car les sources chaudes se trouvaient juste au dessus de notre positionnement. C’était bien le problème : Son débordement excessif pouvait provoquer une grave conséquence sur le campement de l’Alliance, envoyant l’intégralité des chauds bouillonnantes sur le camp, dévastant celui ci. Puisque combattre de l’eau n’est pas vraiment ce que l’on peut considérer comme une bataille épique, j’espérais que retrouver un responsable pourrait nous permettre d’avoir une idée plus vaste de l’étendu des problèmes où nous étions mêlés. Et il fallut pour ça supporter une station de repos Gobeline.

J’ai horreur des Gobelins, toujours dans leurs projets de financement stupide de divers activités, mais l’aspect impardonnable d’avoir créer une station de plaisir en Kalimdor me donnait toujours la volonté d’une purge en bonne et due forme. Quel Kaldorei raisonnable n’irait pas traité de tels créations comme honteuse et méritante d’être réduite à l’état de gravât où la nature s’installerait de nouveau ? A la place, nous avons plutôt le temps d’enquêté dans les différentes strates de la station pour découvrir ce pourquoi nous risquions de recevoir tout ça sur la tête. Ce n’était évidement pas aussi aisé qu’il n’aurait pu y paraître, les relents de vapeurs nous tombant dessus comme autant de fumée chaude insupportable. Mon armure de Gardienne me protégeait à peine des effluves et de la moiteur ambiante, et je comprimais l’envie de retirer mon casque pour m’essuyer le front. Tous enquêtèrent, et le résultat fut véridique : Une source de pouvoir se trouvait dans les hauteurs, là où les ouvriers disparaissaient et les rocs hurlaient, et nous devions partir à l’inspection après avoir du redescendre le début de hauteur subit avec Hidara. Seul nos compagnons de vol pourraient nous permettre de monter plus haut, il faudrait donc emprunter la voie des cieux.

La nuée des cavaliers grimpèrent donc au dessus des vapeurs brûlantes. L’eau en dessous devait être véritablement infernale, et tomber dedans serait une bien mauvaise idée. Ce qui faillit arriver, pendant le combat aérien qui suivit notre inspection. Tous cherchaient des pistes, des corps, des indices, et les rapaces se ruèrent vers nous en un comportement totalement incompréhensible pour une vague d’oiseaux hurlants. Ils avaient beau être géant, carnassier, détestable, ils n’en restaient pas moins des humbles prédateurs faces à des cavaliers volants et leurs destriers monstrueux par rapport aux bêtes. Pourtant, le combat fut acharné, et je faillis chuté en voulant foncer soutenir le Magistrat, me retenant à la bride, en m’imaginait bouillir en dessous. Sans que cela n’arrive, les Rocs furent dispersés et massacrés, avant de lentement partir plus en hauteur encore, suivant la piste de l’énergie magique ressentie par le Magistrat. Sans savoir que cela nous mènerait toujours à plus de question, mais j’étais trop occupé à empêché mon estomac de m’abandonner après avoir pu retrouver la selle de mon hippogriffe.

En haut, se trouvait un large nid, mais par l’ombre d’un des rocs, ni même de ce qui aurait pu provoquer autant de problème. Nous avons inspectés les lieux un temps, mais le responsable décida de lui mettre de montrer son visage, pour peu qu’il s’en cacherait, il avait sûrement décidé que notre présence jusqu’ici mériterait d’être calciné par les flammes. Cela faisait des longues années que je n’avais pas vu une entité de la sorte, la dernière fois, ce fut pendant un affrontement contre un Mage de Sang Sin’Dorei, pendant les conflits pour Quel’Danas et pendant la guerre du Mont Hyjal, quand les terres de feu s’ouvrirent aux portes de notre Arbre-Monde. L’étendue du Phénix ardent transcendait toute possible description de cette entité irréelle. Et elle nous irradiait de sa force, et plus encore, l’entité n’avait pas prit de l’ampleur à cause de son incarnation élémentaire magistrale. Ce, au sens figuré, comme au sens propre, quand il fallut esquivé les vagues enflammées terribles essayant de brisés nos camarades, et je revois encore Woll baignant Hidara dans la Lumière sacré pour lui rendre vitalité. Ce fut un combat acharné, mais nous fîmes finalement notre preuve face à l’adversité. Le phénix, et son œuf enflammé, furent détruit par nos usages, et même si nombreux furent les blessés, il n’y avait plus qu’à profité de la scène : Lentement, les eaux revenaient à un niveau acceptable, même si cela prendrait des jours à redevenir comme avant, rien n’aurait l’audace de détruire notre campement. Mais le plus étonnant n’était pas là dedans.

Le plus étant, et inquiétant, était dans le fait que le Phénix irradiait en partie de la même couleur que les cristaux de pouvoir de Silithus. Quoi qu’il puisse y avoir derrière cette mascarade, toutes les forces locales en profite, et parfois même involontairement, jusqu’à dépassé le stade de leurs anciennes forces. Je m’interroge toutefois sur un point : La véritable corruption de cette puissance, est-il dans un mal insidieux, ou plutôt dans la simple idée de posséder une puissance dépassant nos espérance ?


Information importante :

- La dernière cible du Valarjar Andiss est un champion du Marteau du Crépuscule, une vieille connaissance à lui du nom de Dargor.
- Nous n’avons pas eu d’informations quant à la Ruche, ni le Phénix. Il est possible que tout soit des cas particulier et isolés sans rapport, conséquence à la situation actuelle.
- J’enquête en ce moment sur des étranges présences. Nous y réfléchirons de toute façons dès que Dargor aura été vaincu.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Lun 12 Mar 2018, 01:06

Rapport de l'opération du 11/03 – Silithus


"Notre dernière tâche pour le Valarjar Andiss, et qui ne serait pas des moindres. La cible étant l’un des adversaires les plus anciens du vétéran de la 7ème Légion, ayant accéder aux forces des guerriers de l’antique gardien Odyn, au cœur du pouvoir des mythes Vrykul. L’adversaire, Draigor le Faiseur, une vieille connaissance de notre guide allait devoir être enfin traduit en justice pour ses méfaits. Et malgré mes propres occupations de recherche quotidienne pour en savoir plus sur des étranges déplacements dans le désert, et la disparition d’une équipe gobeline, je gardais toutefois l’esprit complètement vers notre objectif, que je n’estimais pas des moindres. Une certaine inquiétude m’apparaissait, quant aux pouvoirs énoncés par Andiss lors de la dernière mise au point, après ma pitoyable élocution. Là où mon peuple aurait résonné avec fierté en chantant le nom d’Elune, j’avais l’amer impression d’être ridiculisée devant une bande démotivée et fatiguée des conflits. Tous portant leurs cicatrices, et leurs intérêts dans l’action, mais rien qui galvanisait leurs cœurs d’un désir ardent. Une pointe de fatigue mentale m’effleura l’esprit, l’envie d’être chez moi, avec les miennes, pulsant dans mes veines pendant quelques secondes. Avant que cela ne disparaisse, grâce à la discipline ancrée dans mon esprit depuis toujours. Et nous nous préparions dès lors à partir accomplir notre objectif.

C’est ainsi que débuta le vol, après avoir converser sur la nature de notre ennemi. Un humain, et ses suppôts déchaînés, appartenant au Marteau du Crépuscule. Des résidus de cultistes écœurants pouvant toujours provoqués de nombreux torts selon leurs implications dans les évènements du monde. L’heure du crépuscule n’avait finalement pas sonné, mais ce n’était pas la dernière heure, ce n’était qu’une longue suite d’attente pour eux, et ils se donneraient à cœur joie de pouvoir croire revenir à un glorieux passé orienté vers la mort et la damnation de toutes êtres possibles. Nos adversaires semblaient avoir de puissantes arcanes à leurs côtés pour faire prévaloir leurs droits d’exister, et il était temps pour nous de remettre cela en question avec la puissance que nous pourrions déchaînés envers les hérétiques et profanes de la sorte. Le vol fut plus long que le dernier, passant le long de l’immense épée, qui nous aura prit une dizaine de minutes pour le passage, et peut-être bien plus de nos espérances de vies à subir sa sinistre sublime. Et ce, avant d’arriver dans les antiques ruines d’Ahn’Qiraj.

Le lieu était toujours aussi monstrueux, épargné par le coup d’épée de Sargeras, il se dégageait de l’endroit une puanteur indescriptible, sans avoir besoin de le ressentir de manière olfactive, il suffisait d’observer les environs pour en ressentir tout le malaise incrusté dans ce lieu maudit. Comme des effluves imaginaires tournoyants entres les pierres et les obélisques obscures crépitantes d’une énergie confuse et macabre. Ahn’Qiraj, le domaine extérieur d’un dieu obscure maintenant vaincu, domaine coupable de plusieurs guerres atroces depuis un millier d’année. Ayant rependu le sang sur le sable, et maintenant, toujours lieux de déboire pour les adorateurs des sombres aspects des maîtres des plus profondes noirceurs. Ainsi, nous débutions une longue marche à travers les sables des lieux, en contemplant les murailles d’une forteresse aux obélisque errant tranquillement dans les airs, comme si ils nous observaient, nous jugeaient. C’est avec une évidente frustration que nous marchions en vain vers l’avant, passant d’une ruine à l’autre en ne cessant de faire jouer notre paranoïa pour découvrir tout ce qui pourrait se trouver sur notre chemin. Magie, entité, et être cachés ne sauraient se défaire de notre vigilance, mais le triste fait était qu’il n’y avait personne. Et ce, jusqu’à ce que nous arrivions enfin à voir un peu de mouvement dans les hauteurs, suivant la piste, qui nous mènerait aux combats acharnés.

Arrivant dans un immense lieux, un petit lac d’eau et plusieurs piliers au loin, l’embuscade du crépuscule apparut brusquement en essayant de nous submerger. Dans notre dos, des cultistes firent leurs apparitions, ainsi qu’en face. Voilés par les ténébreuses magies, pour rendre ce lieu parfaitement commun, la bataille s’engagea avec hardiesse en essayant de conserver des positions stables tout en débordant nos adversaires. Des cultistes de toutes sortes apparaissaient en usant des ombres de leurs sortilèges néfastes pour nous fracasser, plusieurs furent blessés, mais nous avons pu toutefois les massacrés malgré leurs tentatives. Victoire était à nous, en cette maigre compensation pour la défaite stupide qui allait venir. Le sang, c’était la seule chose que l’on obtiendrait, et j’aurais préférer être consciente de la suite, pour savourer bien plus la défaite de nos ennemis, sans m’attendre aux problèmes à venir. Une fois nos adversaires vaincu, la barrière fut brisés par les Ren’Dorei, et l’ombre quitta les lieux en dévoilant les pylônes de pouvoir canalisant l’énergie du crépuscule vers une sorte d’horreur, et symbole de notre frustration à venir : Un annihilateur d’obsidienne. Et tout poussait à croire qu’il s’animerait bientôt.

Malgré notre ruée, et en contournant les efforts de Dargar qui se moquait de nous en voulant nous faire croire à des pièges, nos tentatives pour empêcher son éveil malgré toutes nos compétences, ne suffirent pas à brisé un sort qui avait eu je-ne-sais combien jour de préparation. Personne du Concordat ne décida d’obéir à un ordre simple : Plutôt que d’éloigner les cultistes, ils faisaient… autre chose. Résultant de leurs décès, alors qu’en conséquence s’animait la statuette ouvragée quant toutes les énergies tourbillonnèrent dans le cœur de l’entité prenant de plus en plus de poids, de force, d’aspect, de consistante. Tout cela en un seul fait : Ce n’était plus une effigie, mais une entité consciente, et le pouvoir qu’il en résultait était très inquiétant. Ses deux étranges bâtons s’usèrent à canalisé l’énergie du vie, dans une formidable explosion qui balaya nos premiers rangs. Ainsi que Dargar, qui s’écrasa bêtement contre un pilier en perdant la vie. L’ironie ne me frappait qu’après l’affrontement, en constatant que l’on aurait pu rester dans nos draps que tout aurait été parfaitement identique. J’ai horreur de tels types de missions, dont la seule satisfaction aura été le goût du sang. Mais heureusement en retour, nous n’avions pas à subir des cadavres de nos pairs en retour.

Quelques furent l’intégralité de nos efforts, l’entité prit soin de se transférer ailleurs, malgré son étonnante capacité à ne subir qu’un rien de nos forces, usant du Vide que les Ren’dorei lui envoyait pour ouvrir la porte qui le ferait partir, s’en était donc fait : Lâchement, l’Annihilateur d’Obsdienne avait fuit. Fuit le jugement de la Justice qui lui pendait au nez, fuit le courroux de ceux qui attendaient l’instant pour le briser. Il s’était mûe en une farce dont le dénouement ne faisait rire personne, ne laissant là que des combattants fatigués et blasés de la situation. Nous étions venu pour mettre un point final à une affaire, et nous ne faisons qu’assister à une future suite qui ne nous concernerait peut-être même pas. Où que ce monstre apparaisse, des défenseurs se lèveraient après que les malheurs surviennent, où que le mal prendrait place, ceux qui protègent Azeroth lutteraient. Tel est la réalité de notre monde, tel est notre destin. Si nous ne gagnons pas totalement une bataille, il ne nous reste qu’à prier pour que d’autres la gagne à notre place. Prévoyant de rester quelques jours de plus en Silithus, il ne nous restait dès lors plus qu’à poursuivre la piste que j’avais découvert plus tôt. Peut-être ne quitteront nous donc pas cette vaste terre, sur un échec ?


Information importante :

- Dargar, le maitre du Crépuscule, est mort.
- Un Annihilateur d’Obsidienne à été animé et s’est échappé à travers un portail. Nous ignorons parfaitement où il pourrait réapparaître.
- Notre prochaine destination sera une enquête de disparitions de gobelins.
- Les tâches pour le Valarjar Andiss sont achevés, les missions de la Voie des Titans sont closes.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Mar 13 Mar 2018, 11:44

Rapport de l'opération du 12/03 – Silithus



"Notre mission nous à conduit vers un adversaire ancien, du moins ses complots, et surtout les échos de ses serviteurs acharnés. Ce nom, je ne l’avais pas entendu depuis bien longtemps, si bien que j’ignorais qu’il avait encore un sens. La peur se dégageant de cet aspect, pouvait paralysé à la plus part des êtres du commun. Entendre son nom, peut créer des illusions, et changer le mental d’une personne. Il est des êtres que l’on ne peut pas affronter avec le corps, car c’est votre esprit qu’ils visent, qu’ils tentent de soumettre. N’écoutez pas leurs propositions, n’écoutez pas leurs histoires, n’écoutez rien qu’ils suggèrent et qu’ils pensent pouvoir vous imposer. La nature d’être abstrait nous permet toujours d’être conscient qu’il existe des choses dont on ne veut pas être mêlé, des créatures qui n’existent que pour espérer qu’ils n’existent pas vraiment. Malgré les guerres qui évoluent, je frémis toujours quand il s’agit, du retour d’un nom aussi obscure que celui d’un Sans-Visage. Cela ne devait être qu’une inspection, qui fini en longue quête difficile, avec la crainte de rencontrer une telle créature qui aurait pu nous rendre tous fou. Au moins, il n’en fut rien, mais cela ne rendit pas la soirée moins éprouvante. Loin de là.

Notre mission étant donc d’inspecter un lieu où des déchiqueteurs gobelins et leurs conducteurs furent enlevés aux mains de leurs occupations, et du cristal d’Azérite pour laquelle ils s’affrontent maintenant régulièrement dans le nord, en Féralas. Si ce n’était surement pas chose commune, le problème étant que ça ne venait absolument pas du SI:7, et que l’on pouvait dès lors craindre le pire. Bien que le plus simple aurait été une égoïste guilde de marchand ou groupe de brigand téméraire ayant décidé de faire leurs profils sur une ressource légendaire arrachée entres les griffes de deux factions en guerre, ce qui aurait rendu notre tâche bien plus simple. Mais les choses ne sont pas aussi simple, et je me retrouve parfois à regretter ne pas frapper sur des Gobelins uniquement. Ils piaillent, et use des quelques artifices technologiques désagréable, mais tout compte fait, c’est toujours bien mieux qu’une bonne partie des forces obscures de ce monde. Réunissant nos forces, il étant temps de partir – Hidara s’occuperait des aigles, dont Azura et Turok. Fleur de vent s’occuperait des dragons, dont Avarania, Celky, Volmund, accompagnés par Hjolrigg. Siniana et Lyciana elles auront leurs places de mages au milieu de rangs pour les tâches plus tactiques et dignes de leurs essences. Surtout pour des Ren’Dorei.

L’expédition se déroula sans problème, lors de la longue traversée de ce lieu brisé par la lame du Dieu-Démon, celle ci avait laisser une emprunte indélébile sur le sol, et plutôt que d’avancer d’une dûne à l’autre, il fallait marcher d’un cratère brisé à un autre endroit en cendre. Finalement, après deux heures de routes, conscients qu’il faudrait au moins ça dans l’autre sens pour rentrer, nous étions arriver devant le site des enlèvements. Un cadavre d’Orc était étendu par terre, le Grunt avait du subir ce qui avait ravager toutes les installations autours de lui, tout ce qui paraissait gobelin était sauvagement brisé. Un grand trou était visible, non loin du corps, là où avait été arrachée l’Azérite, ce cristal de pouvoir merveilleux. Les Aigles s’installèrent sur une hauteur éloignée, après avoir disparut efficacement, et Siniana arriva pour nous retrouver piéger. Hjolrigg avait été empoissonné par le venin d’un serpent ayant remplacé la silhouette de l’illusion d’un Grunt mort. Des totems nous encerclèrent, laissant apparaître des esprits serpents au dessus, jusqu’à ce que sortirent de leurs voiles illusoires en frappant Siniana, l’un des trois Chasseurs des Ombres Sombrelance. Encerclés comme nous fûmes, la conversation s’engagea, notamment par les vœux de neutralité du Haut-Croisé. Mais le torse du Troll avec qui nous conversions se retrouva brusquement empalé, et l’Orc, habillé dans une tenue sinistre du crépuscule, essuyait son épée avec un rire narquois.

Un combat éclata alors. Des Silithides sortirent des sables en s’attaquant aux Sombrelance, alors que l’on était coincés dans la barrière. Les esprits serpents furent tous contaminés par l’influence du crépuscule, nous submergeant d’un coup d’ennemi. Frappant, luttant, Hjolrigg fut blessé sérieusement physiquement, et Celky mentalement. Pas autant que Siniani, mais j’y viens. Les Silithides furent massacrés et l’Orc avait réussi à s’échapper après avoir eu le visage dévasté par Hjolrigg, tout en balayant hélas le Haut-Croisé. Le combat fut violent, et le résultat très amer : Un des trolls avait été enlevé sans rien pouvoir y faire, l’un gisait au sol, une jambe coupée. Et le troisième était mort, tué dès le début. J’épargnais la vie du survivant, soigné et profitant de ses dons de régénérations typiques, bien que plusieurs voulait voir un membre de la Horde périr, il était préférable qu’il rentre auprès des siens expliquer la situation vis à vis du Crépuscule, plutôt que cela nous tombe dessus. La situation était bien plus grave, surtout après l’inspection de Siniana qui la transit d’horreur : Depuis le trou du cristal, se trouve une présente obscure comme tout, j’avais un doute à cette époque là, mais il se confirmerait plus tard. La question n’était plus de savoir si on était suffisamment d’attaque pour poursuivre notre tâche. Il FALLAIT poursuivre notre tâche, et par Elune j’entendais bien l’accomplir sans périr.

Vers l’Est, pendant une heure durant dans ce sable, en traînant nos blessés. Plusieurs d’entres nous avaient déjà reçu des coups dur, et le moral n’était pas aussi haut que je l’espérais. Tous étaient conscient de l’importance de la tâche, mais tous auraient sûrement préférer un peu de repos, et un compagnon de monte digne pour les apporter vers le combat. Ici, il n’y aurait que nos jambes, et notre volonté, et j’espérais vraiment que ça suffirait. Vers l’Est, suivant la vision horrible de la Ren’Dorei, pour découvrir les grandes ruines qui nous attendaient, vestige épargné par la Lame d’un vieux lieu elfique souillé par le temps, et désormais, par les créatures hantant ce lieu. Même sans concentration, je pouvais ressentir toute le malaise s’extirpant de cet endroit maudit, et ce fut pire en approchant. Les Aigles se ruèrent vers une tour ayant survécus à tout ça, escaladant habillement, tandis que l’on subissait de plein fouet la folie du campement. Une sorte de gueule béante dévorait lentement le Sombrelance captif, sous l’adoration des hérétiques hurlants de joie, et autres propos incompréhensibles. Deux des déchiqueteurs volés étaient là, couvert d’humeur et autres restes chitineux silithides, et la cabaliste Orc agitait les bras, son visage balafré par la Lumière de Hjolrigg, hurlant que son maitre serait bientôt là. Et quand nous l’avons entendu, brièvement dans nos esprits, nous eûmes un aperçu de la force et de la folie de l’être qui s’est jadis libéré dans les Serres-rocheuses, il y à des années de cela.

La bataille se fit de front, Fleur de vent, Celky et moi affrontions les déchicteurs gobelins aux hôtes contrôlés par les corps brisés des travailleurs de la Horde morts, Le chaos ambiant était déchirant, à cause des hurlements des cultistes s’agitant, et des braillements de l’Orc, dont le destin s’acheva quand une vague de flamme d’une de nos mages acheva sa longue quête en l’éparpillant en morceaux épars. La créature ne fut détruite qu’à la fin, après la mort des adversaires les plus féroces, la dispersion des adorateurs, et la mise en sécurité du fragment volé. Je venais en aide aux Aigles sur la tour, en proie au Maître de cette cabale, l’antique Qiraji d’une taille modeste surplombait les autours sur la pierre, et se livrait à un combat acharné. Les mages percutant la tour de quelques tours, sa stabilité déjà précaire s’effondra. J’étais déjà en bas, ayant sauté pour soutenir Hidara et l’empêché de s’écraser de trop haut, subissant le contre coup en roulant au sol, meurtrie. Tout n’était que chaos et dévastation, et l’on ne pouvait qu’observer la tour qui lentement s’écroulait sur elle même. Turok et Azura en réchappant in extremis, retrouvant nos pairs et ressentant le poids de nos blessures quand la poussière retomba finalement. Ce fut vraiment, un objectif difficile, mais nous venions de mettre un trait sur un projet d’invocation du Crépuscule, mené par des serviteurs d’un antique Sans-visage bien connu par les nôtres. Et je doute que ce soit la fin.

Informations importantes :

- Des membres du Crépuscules ont tentés d’invoqué le Sans-visage.
- Malgré nos efforts, il sera peu utile d’avoir épargné le Sombrelance, au fut des relations actuelles entres l’Alliance et la Horde.
- D’autres enquêtes sont menés, mais le fragment d’Azérite à été remit aux forces de l’Alliance.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Mer 14 Mar 2018, 03:42

Rapport de l'opération du 13/03 – Silithus


"Ainsi, s’achève un long voyage en Silithus. Nous avons éprouvés la soif, la chaleur, et la peur. Même si ce n’était pas aussi effroyable que la péninsule des flammes infernales, visitée il y à des années de ça maintenant, le lieux transpirait quelque chose de bien plus néfaste depuis que la Lame de Sargeras était planté en son centre brisé. La Horde et l’Alliance ayant transformer le domaine de la Fin du Monde en champ de bataille cupide, notre intérêt n’avait pas été de rendre Justice en empêchant la maudite Reine-câtin de prendre du pouvoir en utilisant les peuples de la Horde. Mais au moins, de parvenir à empêché le Crépuscule de récupérer des brides de ce pouvoir ancien qui n’aurait jamais du être extirpé de notre bonne terre. Quoi que sera l’avenir de cette énergie, elle ne sera que mauvaise, et nous ne pouvons que craindre les conséquences qu’auront l’utilisation de l’Azérite. Elune, puisse-tu toujours veillé sur tes enfants chaque nuit, car les étoiles présage un avenir du sang, si les mots ne parviennent pas à raisonné les cœurs frappés par la corruption de la haine, de l’envie, et de leurs conquêtes macabre.

Le message vint du Druide Cirmo, dont les efforts joint aux forces de l’Alliance parvint à retrouver une trace des sectateurs liés à notre ennemi. Ceux qui avaient réussi à acheminer des ritualistes pour enlevé divers membres des factions et les dévorés dans la gueule béante que nous avions affronter dans la ruine précédente. Ils recommenceraient, tant qu’ils auront encore quelques forces à user pour l’invocation de leur maître ténébreux. Si il fallait donc que quelque chose cesse, c’était bien leurs actions, et nous nous sommes mit en route. Couvert des fardeaux de plusieurs blessures encore jeune, et la fatigue accumulée, ce n’était pas dans un état glorieux que l’on devrait faire front. Mais le mot y est : On devait faire front, sans perdre de temps. Il s’agissait de notre dernière objectif, et l’accomplir relevait d’une nécessité importante. Ainsi, je fus accompagné de : Fleur de Vent, Turok, Siniana, Hjolrigg et Lucyana. Ce fut un groupe bien moindre par rapport à l’assaut de la ruine, mais nous ne serions pas une force en marche, ce ne serait pas l’assaut d’une troupe. Il s’agissait maintenant de la quête, d’un groupe de camarades.

Arpentant vers l’Ouest les étendu de sable calciné, petit à petit, nous arrivions dans les lieux où l’influence des flammes de Sargeras diminuait. Autant que lentement, une brise fraîche arrivait quand la nuit dévoilait ses étoiles, rendu bien plus inquiétante encore par le reflet d’épée. C’est après une heure de voyage, en ayant assisté sur la route à la destruction au vol lointain d’un Gyrocoptère, sûrement victime d’un sortilège d’un Mage de la Horde, Après le voyage au dessus de nos têtes de la tragique boule de feu, blessant légèrement Fleur de vent au passage, il s’agissait de poursuivre notre route vers la destination ressentie par le druide Cirmo. Au loin, s’étendait des pierres grises, malmenés pas un antique mal me laissant repenser un instant à ma découverte du Défilé de Deuillevent, il à fort longtemps. Mais l’état d’une terre de la sorte ne pouvait que marquer les esprits, et le plus gênant, était les deux étranges structures d’un métal ondulant vers de cristaux où les vents domptés tournoyaient. Les guetteurs du Crépuscule erraient, sans discipline, juste l’intention de plaire leurs maîtres en restant là. Il devenait très complexe de rentrer. Mais heureusement, Turok parvint à trouver un passage. Qui changerait totalement la donne de cette affaire.

Un passage voilé, à travers la roche, fut découvert. Il était piégé, laissant l’illusion que Turok avait explosé en milliers de morceaux en le traversant. Hjolrigg fit appel à la lumière pour nous ressourcer de cette vision attaquant à même l’esprit, malgré le mal que cela provoquant aux deux Ren’dorei prise un bref instant dans le filet de la Lumière. Ce qui attira aussi le regard des guetteurs d’ailleurs, une troupe arriva en exigeant notre reddition. Tandis que Hjolrigg parti pour retrouver Turok perdu dans l’intérieur d’une cage. Je n’ai rien vu de tout ça, mais des informations tirés du nez des deux, il s’agissait d’un trou à cadavre pour « nourrir » ce qui avait été enfermé dedans, et avec qui ils eurent une vive conversation. Pendant que l’on se battait pour nos vies face aux forces du crépuscule, et à l’élémentaire des vent asservit qui les accompagnait. Si les sorciers furent massacrés, leurs maitres-lames usèrent de leurs talents pour blessés sérieusement moi et Fleur vent. Ainsi, pour la suite, nous étions démunies et faibles, mais cela ne nous empêchait pas de croire notre combat juste. Sauf peut-être, l’idée d’être parfaitement encerclés par un ennemi bien plus nombreux.

Les membres du crépuscule nous tenait, laissant les quatre captif que nous étions s’approcher de celui qui nous réclamait : Le Qiraji massif, reposant sur une de ses griffes, servant de maître des combattants d’une bande zélée ahurit. L’entité avait du survivre reclus depuis si longtemps, et les cicatrices sur sa chitine témoignait de ses échecs passés lors du dernier conflit de Silithus. Notre rôle était très simple, nous tuerons ce monstre, et advienne qui pourra. Cependant, ce fut la réapparition de Turok et Hjolrigg qui changea la donne. Ils avaient réussi à brisé le cristal de contrôle de la pièce maîtresse du maître de la cabale du Sans-visage, en Silithus. Furdrum Forrow, ancien membre du clan Barbe-de-Bronze, avait enlevé un membre de l’Aile-du-néant pour en faire sa bête docile, et l’entité voyageait désormais libre voyageait dans les airs, avant de s’abattre sur le crépuscule avec nos alliés. Ceux ci avaient du subir un terrible voyage derrière l’illusion, mais ce ne fut pas vain. Grâce à leurs efforts, la bataille tourna à notre faveur, dans un chaos désordonné rendant la scène unique, et effrayante. Les lames de l’Alliance, et ses magies, luttèrent contre le mal du Crépuscule une fois de plus, jusqu’à ce qu’il ne reste que des corps, et des fuyards. Nous nous dressions devant le maître des forces obscures de notre ennemi. Et il était vaincu,

Malgré tout, Forrow avait disparut. Sans solution, le Drake du néant quitta les lieux pour trouver un refuge là où nul n’irait le détruire, jusqu’à ce qu’il y ait un moyen efficace de le rendre à l’Aile-du-néant, m’interrogeant toujours sur le devenir de ce Vol, et sur les valeurs qu’elle incarne. La silhouette draconique s’éloignait doucement, dans les cieux, alors que l’on était encore sur ce champs de bataille improvisé aux portes du Domaine du Crépuscule. Il ne restait plus rien à faire, rien, qu’à soupirer de soulagement. Depuis notre venue en Silithus, même courte d’une semaine, les évènements n’avaient eu de cesse de s’enchaîner, et maintenant, se brisait enfin le fil de notre quête. Le Concordat du Lion reviendrait sur ses terres, et se pencherait sur les nombreuses prochaines quête qui l’attends.


Informations importantes :

- Les sectateurs au service du Sans-visage sont mort, et ils n’ont plus de chef pour les rallier dans le sud, depuis l’assassinat du Maitre du marteau du crépuscule.
- Le Concordat du Lion achève sa semaine de présence en Silithus pour ses missions enchainés.
- Furdrum Forrow est vivante, et souhaite se venger de Hjolrigg.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Linël le Jeu 15 Mar 2018, 07:21

Rapport de l'opération du 14/03 – Silithus


"Le portail ondulait tranquillement, en direction de la grande citée de Hurlevent. L’on y voyait ses tours, et son aspect que je qualifierais personnellement comme commun et sans saveur réelle. Mais je ne suis pas objective, ayant l’envie de retrouver la nature elfique et les magnifiques splendeurs scintillantes des arbres et des lueurs cristallines. Mais à la place, cela me faisait songer aux bruits, aux errants vagabondant sur la pierre comme si ils attendaient que quelque chose en sorte : Une opportunité, un visage amical, ou tout simplement une pièce d’argent qui changerait leur quotidien de simple à confortable. En tant que Gardienne, mon rôle reste vaste et clairsemé de différentes tâches selon l’importance que cela peut représenté pour l’intérêt de notre peuple, et de l’Alliance, ce n’est donc pas moi qui irait plaindre les peuplades des autres. Uniquement à subir ce que le cœur d’une Kaldorei lui exige vraiment, et essayant de comprendre comment les autres parviennent à s’adapter à la vie des villes. Une chose était toutefois véridique, et je pouvais au moins m’en réjouir : notre devoir venait de s’achever, et il était grand temps de rentrer à la maison. Ainsi, nous traversions le portail vers la grande citée de Hurlevent, et après cet instant étrange que l’on ressent quand on passe ce genre de porte vers un lieu si éloigné. L’amas étrange de chair formant la porte d’un accès d’une ruche, n’avait cependant pas vraiment l’air de ressembler à un quartier de la grande citée humaine.

C’était vraiment confus. Nous étions tous là, Hjolrigg, Turok, Fleur de vent, Siniana, Xi Chu,et Vidoran. Devant ce passage vers des entrailles visqueuses écœurantes alors que nous étions censés enfin nous échapper de tels lieux maudits. Comme si nous étions destinés à poursuivre notre mission. C’était vraisemblablement en Silithus, mais où ? Pourquoi ? Siniana ressentait l’influence de la magie, mais Fleur de vent ne ressentait absolument pas le Chi, comme si nous étions effectivement que les seuls en cet endroit. Après une courte conversation, nous avons convenu de découvrir ce qui pouvait bien s’y trouver, arpentant dès lors les couloirs angoissants où y respirait une vitalité odieuse. Mais le plus perturbant, était qu’il n’y avait pas une seule trace d’être vivant. Il manquait la chitine habituelle des créatures silithudes, et leurs habitudes à gratter tout ce qu’ils peuvent de leurs détestables pattes. Nous avancions véritablement dans un dédale sans bruit, le rendant bien plus inquiétant, sans savoir ce qui pouvait nous attendre. Et malgré nos prévisions, nous ne pouvions pas nous attendre à ce qui adviendrait. Une grande salle, immense, mais bercée dans une ombre profonde qui la rendait insondable. Hjolrigg fit appel au pouvoir de la lumière, en un flambeau de grâce, mais nous ne nous attendions pas à ce qui allait surgir des ombres.

Plutôt qu’une cavité de chair, de terre et autres amas de restes chitineux écœurants, il y avait là une étendue gracieuse remplie d’herbe balancée par un vent léger. Le toit était devenu ciel, parcouru de nuage traînant lentement à l’horizon, et des cabanes de bois étaient encerclés de nombreuses murailles. Abritant les forces de l’Alliance, surveillant strictement les Orcs et leurs progénitures demi-sang. Dans mon esprit, survint les histoires que me comptait les humains autant que les orcs quand je discutais avec l’un comme l’autre au coin du feu. Me parlant de ses terribles camps d’internements où ils étaient torturés mentalement, parfois physiquement, servant de défouloir comme de gladiateur improvisé pour des jeux. Mais ce n’était pas celui du passé, c’était des nouveaux camps, surveillés par les forces de notre Alliance qui arpentait les environs en racontant des histoires n’ayant jamais existé et n’ayant peut-être aucune chance d’apparaître. Des histoires de Roi tombé, de Wrynn rendu fou par la colère, et des terribles conséquence sur les peuples, et tout ça, en subissant le rire irritant du Père de Turok. Le Rochenoire le fixait, avide et sournois, et petit à petit, c’est tout le monde qui se mirent à l’observer.

La Draeneï de notre Concordat, arriva de nulle part, comme si elle venait de s’éveillé, rendant encore un peu plus étrange la scène, mais avant d’y réfléchir, nous étions alors prit d’un sentiment incalculable de honte, même sans être la cible, plusieurs d’entre nous étaient affectés par l’idée que nous n’étions peut-être pas si utile que ça, et sûrement même gênant pour nos peuples. Je me souviens avoir penser que je devais être une raclure au sein des Guetteuses, que mon titre de Gardienne ne fut échu que par la mort de toutes celles tombés lors de la bataille d’Hyjal, lors de la résurgence du Seigneur du Feu. Mais ce n’était pas tout, certains étaient bien plus affectés, mais lentement ce sentiment s’échappait : Xi Chû usa de ses talents pour briser le cercle vicieux de notre propre corruption, et quand Turok se sentit revenir à lui, légèrement. Notre propre sentiment était dès lors brisé, Siniana était claire à ce sujet, la magie de ce tissu de mensonge avait directement puisée au cœur de Turok, et si il était le problème, il en serait aussi la clé. Poussant les grandes portes jusqu’alors barrée, celles ci s’ouvrirent et déchaînèrent un torrent d’ombre monstrueuse qui semblait vouloir nous emporter. Après un instant disgracieux de panique, il ne resta alors que nous, fixant le passage dans la ruche, tout ayant disparut derrière nous.

La suite de notre voyage fut long, laissant derrière nous les brides de sentiments brisés par la vision de Turok d’un futur alternatif suggérant le retour de la haine et des brimades des peuples au sein même de l’Alliance, le dédale suivant fut dévastateur pour nos nerfs. Une heure passé à arpenter les couloirs bulbeux et avec une luminosité qui laissait les autres en difficulté – Tous ne profitent pas de voir dans le noir comme une Kaldorei, aussi me tentait-je à les guider du mieux possible. jusqu’à ce que ma propre volonté s’estompe peu à peu. Je ne pourrais décrire ce sentiment pernicieux même avec le bénéfice du recul, c’est comme si on vous privait de votre manière de rationalisé les évènements. Que vous étiez emporté par cette écœurante sensation de ne pas pouvoir en faire pour les autres, que le bout du tunnel ne trouverait jamais votre destin, et alors que je m’enfonçais dans cet état d’esprit malgré des années d’expériences et de situation aussi délicate que la sienne, j’essayais en dernier recours de m’accrocher à un peu de réalité. Mais je vis Hjolrigg s’effondrer à genou, et dès lors, rien n’était comme avant. Je me retrouvais d’un coup, dans les magnifiques forêts de Orneval que je chérissais tant. J’aurais pu exulté de joie, de revenir enfin chez moi, de dire adieu à l’aspect humain des bâtisses et d’une terre sans féerie. Dommage que ce soit au milieu de la troisième guerre.

Je me retrouvais alors à devoir me battre pour ma survie. Des démons d’arrogances se tentaient à vouloir nous asservir, et la violence de la mêlée fut telle que je ne voyais ni comptait mes sœurs tombant autours de moi. Pour elle, pour moi, je devais frapper les cibles de la Prêtresse d’Elune qui ordonnait le combat. Et après qu’un démon ait réussi à m’envoyer sur le sol, je réalisais, en lui ayant envoyé mon pied dans la figure, qu’il s’agissait de Turok. Nous n’étions plus dans les couloirs, ni dans la forêt de Kalimdor, mais à l’entrée de la ruche Silithide. Il était arrivé le même cas d’illusion à Hjolrigg et Fleur de vent, qui était encore affectée par la folie. Après l’avoir libéré, ce fut le Haut-croisé qui brisa les ombres qui voilait notre adversaire. Un envoyé d’Ysgramor, un serviteur du Sans-visage, un rescapé de la guerre de Xavius. J’ignorais son nom, son identité, son vécu, mais il devait mourir pour ses actes. Le Satyre portait une fourrure rouge, mais plusieurs drapés mauves sur les épaules. Celui ci jurait au nom de notre adversaire, et l’assassin s’employait malgré son échec à nous faire sombrer dans la folie, à essayer de nous faire sombrer tout court. Déployant ses pouvoirs, il pu nous blessé, mais pas nous vaincre, et celui ci fini broyé sous les assauts, achevé par un torrent de Lumière. L’assassin fut brisé, et nos esprits libérés, en se réveillant brusquement au même moment, il était encore le petit matin au campement, et nous venions de passé une terrible nuit. Tous réuni, le cadre fut clair : ce fut directement nos esprits qui étaient ciblé, et il était clair que nous étions devenu une cible pour Ysgramor et son sinistre maître.

Informations importantes :

- Le Concordat, malgré cette dernière difficulté, à pu rentrer dans la citée de Hurlevent. Nous organiserons sous le peu la suite de nos actions.
- Ysgramor est toujours au service de son maître Sans-visage.
- Le grand Satyre doit avoir une influence en Kalimdor, potentiellement dans les Serres-rocheuses. Il est nécessaire de prendre contact avec Cirmo pour envoyer des Sentinelles explorer ses anciens domaines et retrouver sa trace.

- Capitaine Linël Chantegivre."
avatar
Linël

Personnages Joués : Linël Chantegivre

Feuille de personnage
Guilde: Concordat du Lion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Rapports du Concordat du Lion

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum