[Bibliothèque de Nèph'anis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Léati Tayra le Jeu 25 Déc 2008, 01:00

(Voila plusieurs livres sur les quels vous pouvez tombé, bonne lecture ^^ )

-Aegwynn et la chasse au dragon
- Arathor et les Guerres trolles
- Kel'Thuzad et l'avènement du Fléau
- Au-delà de la Porte des ténèbres
- Guerre civile dans les Maleterres
- L'exil des hauts-elfes
( - a suivre - )


Dernière édition par Lyenlia/Nèph'anis le Dim 28 Déc 2008, 20:43, édité 6 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Léati Tayra le Jeu 25 Déc 2008, 01:03

Aegwynn et la chasse au dragon

Les rivalités entre les sept nations humaines ne cessaient jamais. Malgré tout, la lignée des Gardiens continuait à monter la garde contre le chaos. Il y eut bien des Gardiens au fil des années, mais un seul détenait à chaque fois les pouvoirs magiques de Tirisfal. L'un des derniers Gardiens de cet âge se distingua particulièrement dans la lutte contre les ombres.

Aegwynn, une fière jeune fille humaine, gagna le soutien de l'Ordre et reçut le manteau du Gardien. Aegwynn travailla vigoureusement à chasser et éliminer les démons où qu'ils se trouvaient, mais remettait sans cesse en cause l'autorité des hommes qui constituaient le Conseil de Tirisfal.

Cette femme de guerre croyait que les anciens elfes et les hommes âgés qui constituaient le Conseil étaient trop rigides et pas assez clairvoyants pour prendre la décision de mettre fin une fois pour toutes au conflit contre le chaos. Impatientée par les palabres et les débats, elle voulut prouver qu'elle valait ses pairs et ses maîtres. Elle prit souvent le parti de l'audace contre celui de la raison dans des situations cruciales.

Tandis que grandissait sa maîtrise des pouvoirs cosmiques de Tirisfal, Aegwynn apprit que de puissants démons agissaient dans le continent glacé de Norfendre. Aegwynn partit pour le nord lointain et traqua les démons dans les montagnes. Là, elle vit que les démons chassaient l'une des dernières tribus de dragons et s'emparaient de la magie naturelle de ces antiques créatures.

Les puissants dragons, qui avaient fui l'avancée progressive des sociétés mortelles, ne parvenaient pas à prendre l'avantage sur la magie noire de la Légion. Aegwynn affronta les démons, et avec l'aide des nobles dragons, les élimina. Mais, au moment où le dernier démon était banni du monde des mortels, une grande tempête se déclencha dans le nord.

Un immense visage noir apparut dans le ciel au-dessus de Norfendre. Sargeras, le roi démon et seigneur de la Légion ardente, apparut devant Aegwynn, vibrant d'énergie infernale. Il affirma à la jeune Gardienne que l'ère de Tirisfal touchait à sa fin et que le monde allait bientôt succomber sous les coups de la Légion.

La fière Aegwynn, se croyant de taille à affronter le dieu menaçant, déchaîna ses pouvoirs contre l'avatar de Sargeras. Aegwynn battit le seigneur démon avec une facilité déconcertante, parvenant à détruire son apparence physique. Craignant que l'esprit de Sargeras ne subsiste, Aegwynn enferma l'enveloppe en ruine de son corps dans l'une des antiques salles de Kalimdor qui avait été précipitée au fond de la mer au moment de l'effondrement du Puits d'éternité.

Aegwynn ne sut jamais qu'elle avait exactement suivi le plan de Sargeras. Elle avait malgré elle scellé le destin du monde mortel, car Sargeras, au moment de sa mort physique, avait transféré son esprit dans le corps affaibli d'Aegwynn. Sans se révéler à la jeune Gardienne, Sargeras allait rester calfeutré dans les recoins sombres de son âme pendant des années.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Léati Tayra le Jeu 25 Déc 2008, 01:05

Arathor et les Guerres trolles

Tandis que les hauts-elfes se battaient pour leur survie contre le furieux assaut des trolls, les humains éparpillés de Lordaeron luttaient pour consolider la position de leurs propres tribus. Ces dernières s'attaquaient sauvagement, sans projet d'unification ni souci d'honneur.

Pourtant, une tribu, les Arathi, comprit que la menace des trolls devenait trop grave pour être ignorée. Les Arathi espéraient soumettre toutes les tribus pour pouvoir présenter un front uni contre les guerriers trolls.

Pendant six ans, les Arathi remportèrent sur les autres tribus victoire sur victoire, offrant à chaque fois la paix et l'égalité au peuple conquis. Ils gagnèrent ainsi la loyauté de ceux qu'ils avaient vaincus. Au bout du compte, la tribu Arathi parvint à inclure un grand nombre de peuples disparates, et les rangs de son armée prirent une considérable ampleur.

Pensant pouvoir repousser les trolls ou même les solitaires elfes en cas de besoin, les seigneurs de guerre Arathi décidèrent de construire une puissante ville fortifiée dans le sud de Lordaeron. La cité-état prit le nom de Strom et devint la capitale de la nation Arathi, Arathor. Tandis qu'Arathor prospérait, les humains de tout le continent émigrèrent vers le sud pour bénéficier de la protection et de la sécurité de Strom.
Unies sous une bannière unique, les tribus humaines développèrent une culture solide et tournée vers l'avenir. Thoradin, le roi d'Arathor, savait que les mystérieux elfes des terres du Nord étaient constamment assiégés par les trolls, mais ne voulut pas risquer la sécurité de son peuple en se lançant à l'aide de ces étrangers mystérieux. Pendant des mois, des rumeurs sur la défaite des elfes parvinrent du Nord. C'est seulement lorsque des ambassadeurs épuisés mandés par Quel'Thalas atteignirent Strom que Thoradin réalisa la puissance que représentaient les trolls.

Les elfes informèrent Thoradin que les armées des trolls étaient immenses et qu'une fois Quel'Thalas détruite, elles se tourneraient contre les régions du Sud. Les elfes, désespérés, ardemment désireux de trouver une aide militaire, acceptèrent sans rechigner d'enseigner à quelques humains les secrets de la magie en échange d'un soutien contre les trolls.

Thoradin, qui n'avait pas confiance dans la magie, accepta par nécessité d'aider les elfes en difficulté. Presque immédiatement, des sorciers elfes arrivèrent à Arathor et commencèrent à instruire un groupe d'humains.

Les elfes virent que, malgré la maladresse des humains dans la manipulation de la magie, ils possédaient pour elle une affinité naturelle. Une centaine d'humains apprit les bases de la magie elfique : pas plus qu'il n'était strictement nécessaire pour combattre les trolls. Convaincus que leurs disciples humains étaient prêts à les aider dans leur lutte, les elfes quittèrent Strom et partirent vers le nord avec les puissantes armées du roi Thoradin.

Les armées unies des elfes et des humains se heurtèrent aux innombrables trolls au pied des Montagnes d'Alterac. La bataille dura plusieurs jours, mais les armées inépuisables d'Arathor ne cédèrent jamais un pouce de terrain devant les assauts des trolls. Les seigneurs elfes pensèrent venu le temps d'utiliser leur magie contre l'ennemi

Les cent magi humains et les innombrables sorciers des elfes appelèrent la fureur et le feu du ciel sur les armées des trolls. Les flammes élémentaires empêchèrent les trolls de régénérer leurs blessures et les consumèrent de l'intérieur.

Les trolls se débandèrent et s'enfuirent. Les armées de Thoradin les poursuivirent et éliminèrent tous les soldats. Les trolls n'allaient jamais se remettre de cette défaite, et le monde ne vit plus jamais les trolls s'unir en une grande nation. Sachant que Quel'Thalas était sauvée de la destruction, les elfes firent acte d'allégeance et d'amitié à la nation d'Arathor et à la lignée du roi Thoradin. Les humains et les elfes allaient vivre en paix pendant les années à venir.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Léati Tayra le Jeu 25 Déc 2008, 01:06

Kel'Thuzad et l'avènement du Fléau

Des individus puissants, un peu partout dans le monde, entendirent la convocation mentale du roi-liche. Le plus notable d'entre eux fut l'archimage Kel’Thuzad, de la nation magique de Dalaran. Kel’Thuzad, l'un des membres de plus haut rang du Kirin Tor, le conseil suprême de Dalaran, était considéré comme un original depuis des années : ne désirait-il pas étudier les secrets interdits de la nécromancie ?

Ayant appris tout ce qu'il pouvait sur le monde magique et ses merveilles, il était frustré par ce qu'il considérait être, chez ses pairs, un manque d'imagination et du conservatisme. En entendant les puissants appels de Norfendre, l'archimage mit toute sa volonté à communiquer avec la voix mystérieuse. Convaincu que le Kirin Tor était trop immobiliste pour se saisir du pouvoir et de la connaissance des arts obscurs, il décida de se vouer à apprendre tout ce qu'il pourrait du puissant roi-liche.

Laissant là sa fortune et sa prestigieuse position politique, Kel’Thuzad abandonna la manière de vivre du Kirin Tor et quitta Dalaran à jamais. Attiré par la voix persistante du roi-liche qui résonnait dans son cerveau, il vendit ses nombreux biens et mit sa fortune à l'abri. Voyageant seul sur des centaines de lieues, sur terre comme sur mer, il atteignit finalement les rivages glacés de Norfendre.

Désireux d'atteindre la Couronne de glace et d'offrir ses services au roi-liche, l'archimage traversa les ruines ravagées par la guerre d'Azjol-Nerub. Kel’Thuzad constata de visu l'étendue et la cruauté des pouvoirs de Ner’zhul. Il réalisa petit à petit que s'allier avec le mystérieux roi-liche serait sage, mais pourrait aussi s'avérer fructueux.

Après de longs mois de marche dans les plaines désertiques et glacées, Kel’Thuzad atteignit finalement le glacier noir de la Couronne de glace. Il approcha bravement de la sombre citadelle de Ner’zhul et fut ébahi de voir les sentinelles mortes-vivantes s'écarter silencieusement pour le laisser passer, comme s'il était attendu.

Kel’Thuzad descendit dans les profondeurs de la terre froide et trouva son chemin jusqu'au bas du glacier. Là, dans l'immense caverne de gel et d'ombres, il se prosterna devant le Trône de glace et offrit son âme au noir seigneur des morts.

Le roi-liche se montra satisfait de sa nouvelle recrue. Il promit à Kel’Thuzad l'immortalité et un grand pouvoir en échange de sa loyauté et de son obéissance. Kel’Thuzad, désireux d'apprendre le savoir obscur, accepta sa première grande mission : retourner au monde des hommes et fonder une nouvelle religion qui adorerait le roi-liche comme un dieu.

Pour aider l'archimage dans sa mission, Ner’zhul ne toucha pas à l'humanité de Kel’Thuzad. Le magicien, âgé mais toujours charismatique, utilisa ses pouvoirs d'illusion et de persuasion pour s'attirer la confiance des démunis et des laissés-pour-compte de Lordaeron. Leur attention captée, il leur offrit une vision nouvelle de ce que pourrait être la société, ainsi qu'une nouvelle idole à adorer.

Kel’Thuzad retourna sous un déguisement à Lordaeron, et en l'espace de trois ans, il utilisa sa fortune et son intelligence pour fonder une fraternité clandestine d'hommes et de femmes à son image. La fraternité, qu'il appela Culte des damnés, promit à ses membres l'égalité sociale et la vie éternelle sur Azeroth en échange de leurs services et de leur obéissance à Ner’zhul.

Au fil des mois, Kel’Thuzad trouva de nombreux volontaires enthousiastes pour son culte parmi les travailleurs épuisés et saignés à blanc de Lordaeron. Etrangement, le but de Kel’Thuzad fut atteint facilement : la foi des citoyens en la Lumière se transforma rapidement en culte des pouvoirs obscurs de Ner’zhul. Tandis que le Culte des damnés augmentait en taille et en influence, Kel’Thuzad continua de se cacher aux yeux des autorités de Lordaeron.

Kel’Thuzad ayant réussi à Lordaeron, le roi-liche s'occupa des ultimes préparatifs de son assaut contre la civilisation humaine. Il enferma sa peste dans de nombreux artefacts portables nommés chaudrons du fléau, puis ordonna à Kel’Thuzad de transporter les chaudrons vers Lordaeron où ils seraient placés dans différents villages contrôlés par le culte.

Les chaudrons, protégés par les adeptes fidèles du Culte, allaient devenir des générateurs de peste et la répandre dans les fermes et les villes du nord de Lordaeron.


Des individus puissants, un peu partout dans le monde, entendirent la convocation mentale du roi-liche. Le plus notable d'entre eux fut l'archimage Kel’Thuzad, de la nation magique de Dalaran. Kel’Thuzad, l'un des membres de plus haut rang du Kirin Tor, le conseil suprême de Dalaran, était considéré comme un original depuis des années : ne désirait-il pas étudier les secrets interdits de la nécromancie ?
Ayant appris tout ce qu'il pouvait sur le monde magique et ses merveilles, il était frustré par ce qu'il considérait être, chez ses pairs, un manque d'imagination et du conservatisme. En entendant les puissants appels de Norfendre, l'archimage mit toute sa volonté à communiquer avec la voix mystérieuse. Convaincu que le Kirin Tor était trop immobiliste pour se saisir du pouvoir et de la connaissance des arts obscurs, il décida de se vouer à apprendre tout ce qu'il pourrait du puissant roi-liche.
Laissant là sa fortune et sa prestigieuse position politique, Kel’Thuzad abandonna la manière de vivre du Kirin Tor et quitta Dalaran à jamais. Attiré par la voix persistante du roi-liche qui résonnait dans son cerveau, il vendit ses nombreux biens et mit sa fortune à l'abri. Voyageant seul sur des centaines de lieues, sur terre comme sur mer, il atteignit finalement les rivages glacés de Norfendre.
Désireux d'atteindre la Couronne de glace et d'offrir ses services au roi-liche, l'archimage traversa les ruines ravagées par la guerre d'Azjol-Nerub. Kel’Thuzad constata de visu l'étendue et la cruauté des pouvoirs de Ner’zhul. Il réalisa petit à petit que s'allier avec le mystérieux roi-liche serait sage, mais pourrait aussi s'avérer fructueux.
Après de longs mois de marche dans les plaines désertiques et glacées, Kel’Thuzad atteignit finalement le glacier noir de la Couronne de glace. Il approcha bravement de la sombre citadelle de Ner’zhul et fut ébahi de voir les sentinelles mortes-vivantes s'écarter silencieusement pour le laisser passer, comme s'il était attendu.
Kel’Thuzad descendit dans les profondeurs de la terre froide et trouva son chemin jusqu'au bas du glacier. Là, dans l'immense caverne de gel et d'ombres, il se prosterna devant le Trône de glace et offrit son âme au noir seigneur des morts.
Le roi-liche se montra satisfait de sa nouvelle recrue. Il promit à Kel’Thuzad l'immortalité et un grand pouvoir en échange de sa loyauté et de son obéissance. Kel’Thuzad, désireux d'apprendre le savoir obscur, accepta sa première grande mission : retourner au monde des hommes et fonder une nouvelle religion qui adorerait le roi-liche comme un dieu.

Pour aider l'archimage dans sa mission, Ner’zhul ne toucha pas à l'humanité de Kel’Thuzad. Le magicien, âgé mais toujours charismatique, utilisa ses pouvoirs d'illusion et de persuasion pour s'attirer la confiance des démunis et des laissés-pour-compte de Lordaeron. Leur attention captée, il leur offrit une vision nouvelle de ce que pourrait être la société, ainsi qu'une nouvelle idole à adorer.
Kel’Thuzad retourna sous un déguisement à Lordaeron, et en l'espace de trois ans, il utilisa sa fortune et son intelligence pour fonder une fraternité clandestine d'hommes et de femmes à son image. La fraternité, qu'il appela Culte des damnés, promit à ses membres l'égalité sociale et la vie éternelle sur Azeroth en échange de leurs services et de leur obéissance à Ner’zhul.
Au fil des mois, Kel’Thuzad trouva de nombreux volontaires enthousiastes pour son culte parmi les travailleurs épuisés et saignés à blanc de Lordaeron. Etrangement, le but de Kel’Thuzad fut atteint facilement : la foi des citoyens en la Lumière se transforma rapidement en culte des pouvoirs obscurs de Ner’zhul. Tandis que le Culte des damnés augmentait en taille et en influence, Kel’Thuzad continua de se cacher aux yeux des autorités de Lordaeron.
Kel’Thuzad ayant réussi à Lordaeron, le roi-liche s'occupa des ultimes préparatifs de son assaut contre la civilisation humaine. Il enferma sa peste dans de nombreux artefacts portables nommés chaudrons du fléau, puis ordonna à Kel’Thuzad de transporter les chaudrons vers Lordaeron où ils seraient placés dans différents villages contrôlés par le culte.
Les chaudrons, protégés par les adeptes fidèles du Culte, allaient devenir des générateurs de peste et la répandre dans les fermes et les villes du nord de Lordaeron.

Le plan du roi-liche fonctionna parfaitement. De nombreux villages du nord de Lordaeron furent atteints presque immédiatement. Tout comme en Norfendre, les citoyens contaminés moururent et se relevèrent sous la forme d'esclaves fidèles du roi-liche.
Les adeptes conduits par Kel’Thuzad avaient hâte de mourir et de renaître au service de leur sombre maître. L'immortalité dans la mort les exaltait. Tandis que la peste prenait de l'ampleur, de plus en plus de zombies sauvages affluaient dans les terres du Nord. Kel’Thuzad regarda l'armée croissante du roi-liche et lui donna le nom de Fléau, un fléau qui allait bientôt marcher sur Lordaeron... et éliminer l'humanité de la surface de la terre.[/quote]

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Léati Tayra le Dim 28 Déc 2008, 20:37

Au-delà de la Porte des ténèbres

Quelques mois seulement après l'achèvement de Rempart-du-Néant, les énergies de la Porte des ténèbres se confondirent pour ouvrir un nouveau chemin vers Draenor. Les clans orcs rescapés, sous la conduite d'un chaman âgé, Ner’zhul, se ruèrent de nouveau dans Azeroth. Les orcs étaient décidés à voler des objets magiques capables d'augmenter les pouvoirs de Ner’zhul, afin d'ouvrir de nouveaux portails dans Draenor. Ils pensaient pouvoir fuir ainsi, à jamais, leur monde maudit.

Convaincu que Ner’zhul planifiait une nouvelle offensive contre l'Alliance, le roi Terenas de Lordaeron envoya ses armées à Draenor pour mettre fin, une fois pour toutes, à la menace des orcs. Conduits par Khadgar et le général Turalyon, les forces de l'Alliance se heurtèrent aux orcs sur les terres calcinées. Même avec l'aide du Forestier elfe Alleria, du nain Kurdran et du vétéran Danath, Khadgar ne parvint pas à empêcher Ner’zhul d'ouvrir ses portails vers d'autres mondes.

Les puissantes tempêtes magiques déclenchées par les énergies convergentes des portails commencèrent à déchiqueter les terres déjà ravagées. Ner’zhul, suivi de ses serviteurs les plus précieux, parvint à s'échapper à travers l'un des portails tandis que Khadgar luttait désespérément pour repousser les autres orcs vers Azeroth. Comprenant qu'ils allaient se retrouver prisonniers d'un monde à l'agonie, Khadgar et ses compagnons décidèrent héroïquement de détruire la Porte des ténèbres. Ainsi, Azeroth serait épargné par l'effondrement violent de Draenor.

Selon toutes les chroniques, les héros parvinrent à détruire la Porte et à sauver Azeroth. Mais nul ne sait s'ils échappèrent à la destruction de Draenor.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Léati Tayra le Dim 28 Déc 2008, 20:39

Guerre civile dans les Maleterres

Ner'zhul, le roi-liche, savait que ses heures étaient comptées. Emprisonné dans le Trône de glace, il suspecta que Kil'jaeden allait envoyer ses agents pour le détruire. Les dégâts causés par le sort d'Illidan avaient rompu le Trône de glace : le roi-liche perdait chaque jour de son pouvoir. Désireux de se préserver, il appela son plus grand serviteur mortel à ses côtés : le chevalier de la mort, le prince Arthas

Bien que ses pouvoirs fussent diminués par la faiblesse du roi-liche, Arthas s'était impliqué dans la guerre civile de Lordaeron. La moitié des forces des morts-vivants, menée par la banshee Sylvanas Coursevent, avait préparé un coup d'état pour prendre le contrôle de l'empire mort-vivant. Arthas, appelé par le roi-liche, dut laisser le Fléau aux mains de son lieutenant, Kel'Thuzad, alors que la guerre s'étendait sur les Maleterres.

Finalement, Sylvanas et ses morts-vivants rebelles (connus sous le nom de Réprouvés) s'emparèrent de la capitale en ruine de Lordaeron. Ils construisirent leur propre bastion sous la cité délabrée et jurèrent de vaincre le Fléau et de repousser Kel'Thuzad et ses serviteurs loin de la région.

Affaibli, mais déterminé à sauver son maître, Arthas rejoignit le Norfendre et découvrit que les nagas d'Illidan et les elfes de sang l'attendaient. Avec ses alliés nérubiens, Arthas tâcha d'atteindre avant les forces d'Illidan le glacier de la Couronne de glace pour y défendre son trône.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Léati Tayra le Dim 28 Déc 2008, 20:41

L'exil des hauts-elfes

Au fur et à mesure que les siècles s'écoulaient, la nouvelle société des elfes de la nuit devint forte et s'étendit à travers les forêts désormais connues sous le nom d'Orneval. Bien des créatures et des espèces qui abondaient avant la Grande Fracture, comme les furbolgs et les hurans, réapparurent et se multiplièrent. Sous la conduite bienveillante des druides, les elfes de la nuit connurent une période sans précédent de paix et de tranquillité.

Cependant, de nombreux survivants parmi les anciens Bien-nés ne trouvaient pas le repos. Comme Illidan auparavant, ils souffraient du manque occasionné par la perte de leur magie. Ils furent tentés, une fois encore, d'utiliser les énergies du Puits d'éternité et de renouer avec leurs pratiques magiques. Dath’Remar, le chef impudent et brusque des Bien-nés, commença à moquer publiquement les druides. Il les traitait de lâches parce qu'ils refusaient d'utiliser la magie qui leur appartenait de droit.

Malfurion et les druides repoussèrent les arguments de Dath’Remar et prévinrent les Bien-nés que tout usage de la magie serait puni de mort. Dans leur insolence, Dath’Remar et ses compagnons lâchèrent une terrible tempête magique sur Orneval dans une tentative désespérée pour convaincre les druides d'abroger la loi.

Les druides, incapables de se résoudre à tuer tant des leurs, décidèrent d'ostraciser les Bien-nés. Dath’Remar et ses compagnons, contents d'être enfin débarrassés de leurs cousins conservateurs, embarquèrent dans des navires spécialement conçus et prirent les mers. Personne ne savait ce qui les attendait de l'autre côté du furieux Maelström, mais ils avaient hâte d'établir leur propre foyer où ils pourraient pratiquer impunément leur chère magie.

Les Bien-nés, ou ‘Quel’dorei’ selon l'appellation ancienne d'Azshara, finirent par aborder sur une terre à l'est que les hommes appelleraient un jour Lordaeron. Ils décidèrent de construire leur propre royaume magique, Quel’Thalas, et rejetèrent l'adoration de la lune et la vie nocturne qui avaient jusque-là soudé les elfes. On ne les connut plus désormais que sous le nom de hauts-elfes.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bibliothèque de Nèph'anis]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum